Actualités santé

50 petites astuces pour manger mieux et bouger plus

Manger, c’est synonyme de plaisir et de convivialité. Mais parfois, ça peut devenir une corvée. C’est pour cela que nous avons élaboré ce petit livre. Il n’a l’air de rien, mais il contient 50 idées pour mieux équilibrer votre mode de vie.

> Télécharger "50 petites astuces pour manger mieux et bouger plus"

Prévenir les chutes : un dispositif d'information pour le grand public et les professionnels

Santé publique France, en partenariat avec les caisses de retraite en inter-régime, lance un nouveau dispositif d’information pour prévenir les chutes des personnes âgées.

Les chutes sont évitables, notamment au domicile, et doivent être évitées pour réduire le nombre d’hospitalisation et de décès – 9 000 personnes âgées décèdent en moyenne chaque année suite à une chute accidentelle.

C’est un événement fréquent – environ 1 personne sur 3 de plus de 65 ans chute par an – dû au vieillissement biologique qui peut altérer le fonctionnement des différentes composantes intervenant dans la posture et l’équilibre d’une personne (sensorielle, musculaire, posturale, somesthésique et cognitive). La bonne nouvelle c’est qu’un travail sur l’équilibre physique et psychique de la personne, associé à l’aménagement du logement, peut réduire le nombre de chutes et leur impact sur la santé.

La chute étant multifactorielle, sa prévention passe par une information multithématique : activité physique, alimentation, fonctions cognitives, lien social, médicaments. Cette prévention doit s’adresser aux jeunes seniors, dès 55 ans pour garder l’équilibre le plus longtemps possible, aux personnes plus âgées pour éviter une certaine fragilité, aux aidants pour savoir comment aider les aînés et aux professionnels en contact avec les personnes âgées.

Site internet, vidéos et brochure constituent le cœur du nouveau dispositif multicanal. La rubrique « Bien avec mon équilibre » propose au grand public – jeunes seniors, personnes âgées et aidants - de nombreuses pages pour tout savoir sur la prévention des chutes. Elle renseigne sur comment bouger plus, agir pour sa santé, être bien dans sa tête, soutenir les aînés en tant qu’aidant… à travers des témoignages, des mots d’expert, des chiffres clés.

Les trois vidéos « C’est une question d’équilibre » s’adressent aux jeunes seniors pour les inciter à prendre conscience de l’importance de l’équilibre. Elles mettent en scène les trois principaux comportements favorables pour se prémunir contre les chutes - équilibre physique, équilibre psychique, aménagement du logement. Disponibles sur le site pourbienvieillir.fr, elles peuvent aussi être utilisées dans le cadre d’animations réalisées par des professionnels et destinées aux jeunes seniors.

Pour aider les plus âgés à prévenir les chutes dans la vie quotidienne, la brochure « Bouger en toute sérénité » explique comment entretenir son équilibre, avoir des activités variées, adapter son logement et, bien entendu, comment agir en cas de chute. « Les contacts utiles » permettent d’identifier les professionnels qui peuvent venir en aide aux personnes âgées dans leurs initiatives « prévention des chutes ». La brochure est disponible en téléchargement et à la commande pour une diffusion auprès des publics.

La chute peut être définie comme « une perte brutale et totalement accidentelle de l’équilibre postural lors de la marche ou de la réalisation de toute autre activité et faisant tomber la personne sur le sol ou toute autre surface plus basse que celle où elle se trouvait ». Elle peut avoir de nombreuses conséquences, physiques comme psychologiques qu’il s’agit de connaître et de prévenir. Les professionnels trouvent sur l'espace professionnel du site pourbienvieillir.fr des rapports, expertises et autres documents pour prendre connaissance des données de surveillance, des actions de prévention efficaces et des référentiels d’évaluation du risque de chutes.

 

Bouger, c'est une question d'équilibre

Etre bien dans sa tête

Aménager son logement

Quels sont les risques d'une exposition au soleil ?

Le soleil dope le moral et favorise la fabrication de vitamine D ! Mais l’exposition au soleil n’est pas sans risques pour pour la santé. Votre agence régionale de santé et tous ses partenaires, vous rappelle les bons conseils pour protéger votre peau.

Contrairement aux idées reçues, l’intensité des rayons ultraviolets (UV) du soleil n’est pas liée à la sensation de chaleur et les rayons peuvent être très forts lorsqu’il y a des nuages, du vent ou de la neige. La réverbération due aux surfaces claires (sable, eau) augmente leur intensité.

La meilleure façon de réduire le risque de développer un cancer de la peau est de limiter l'exposition au soleil et à ses rayons ultraviolets.

Prenez soin de votre peau : où consulter un spécialiste dans la région ?

Si vous avez un doute concernant votre peau (modification d’un grain de beauté, apparition de tâches…), vous pouvez consulter un spécialiste.

Les bons réflexes pour se protéger du soleil

  • Ne jamais exposer un nourrisson de moins de 12 mois au soleil.
  • Choisir des endroits ombragés pour les activités extérieures.
  • Éviter de s'exposer entre 12h et 16h l'été, en France métropolitaine, car c'est le moment où les rayons solaires sont les plus intenses, donc les plus dangereux.
  • La meilleure protection est vestimentaire : il est donc nécessaire de porter un chapeau, un tee-shirt et des lunettes de soleil.
  • Utiliser une crème solaire à indice de protection solaire haute. L'appliquer généreusement avant l'exposition et recommencez ensuite toutes les 3 à 4 heures et après chaque baignade, même s'il s'agit d'une crème dite « résistante » à l'eau. Gardez à l'esprit qu'une crème à indice de protection solaire haute ou très haute ne permet pas une exposition plus longue.

ATTENTION : LES CRÈMES SOLAIRES, SONT UN POISON POUR LES CORAUX
Chaque année, ce sont 14 000 tonnes de crème qui sont déversées dans les mers et dans les océans. Qu’il s’agisse de produit étalé ou vaporisé sur la peau, il se retrouve inexorablement avalé par les eaux toutes proches.

Alors soyons responsables, il existe aujourd’hui différentes marques qui proposent des crèmes solaires non toxiques qui respectent l’environnement.

Attention aux idées reçues

La crème solaire ne suffit pas à protéger votre peau du soleil

Il faut privilégier la protection vestimentaire (tee-shirt, chapeau et lunettes de soleil). Même les produits solaires les plus efficaces ne filtrent pas la totalité des UV, notamment des UVA : l'écran « total » n'existe pas. La crème n'en reste pas moins importante, mais en complément des autres précautions, pour protéger les zones du corps qui restent découvertes.

Il faut continuer à se protéger même quand on est bronzé

Le bronzage est une « barrière » naturelle fabriquée par la peau pour se protéger du soleil. Mais cette barrière est superficielle et ne filtre qu'une partie des UV. Une peau bronzée risque donc moins les coups de soleil, elle ne protège pas contre le vieillissement cutané et ne limite qu'en partie le risque de cancer.

Le danger ne vient pas uniquement des coups de soleil

Ce sont les rayonnements infra-rouge qui chauffent et l'on ne se rend pas forcément compte de leur présence. Méfiez-vous des fausses impressions de sécurité lorsqu'il fait plus frais, sous un ciel nuageux, avec du vent ou après une baignade. C'est l'index UV qui mesure l'intensité des rayons solaires : plus il est élevé (sur une échelle de 1 à 9), plus il est nécessaire de se protéger.

Les auto-bronzants et les compléments alimentaires ne protègent pas du soleil

Ils donnent un teint hâlé mais n'apportent aucune protection car ce sont souvent de simples colorants (carotène). En revanche, ils ne sont pas cancérogènes.

 

Mobilisons-nous contre les moustiques : détruisons les lieux de ponte !

Chikungunya, dengue, zika... Ce sont des maladies dues à des virus. On appelle ces maladies des arboviroses. En Paca, elles sont transmises par le moustique Aedes albopictus dit moustique tigre. Ce sont des maladies qui, dans les cas graves, peuvent être très invalidantes. Le mot chikungunya signifie « marcher courbé » en Makondé (langue africaine), ce qui illustre bien les symptômes de cette maladie.

> Télécharger Les bons gestes pour lutter contre les moustiques

Plus d'informations : www.paca.ars.sante.fr

Punaises de lits

Les punaises de lits ne transmettent pas de maladie à l’homme mais sont responsables de nuisances. Elles peuvent occasionner des troubles du sommeil, de l’anxiété, un isolement social, etc. Les punaises de lit touchent toutes les catégories d’hébergement. La propreté d’un lieu ne garantit pas à elle seule la protection contre les colonisations.

Pour protéger son environnement des punaises de lit, il est conseillé de :

  • maintenir le logement propre sans encombrement d’objets inutiles
  • passer régulièrement l’aspirateur
  • éviter de se procurer des vêtements, des meubles rembourrés ou des matelas d’occasion (notamment dans la rue) car ils peuvent être infestés par des punaises de lits
  • surveiller l’apparition de toute piqûre suspecte

> Télécharger Punaises de lits | Agence régionale de santé

Prévenir les intoxications au monoxyde de carbone

Malgré les campagnes d’information et les rappels des mesures de prévention, diffusés régulièrement par les autorités sanitaires, on déplore encore chaque année au niveau national près de 100 décès attribués à des intoxications au monoxyde de carbone.

Des simples gestes de prévention permettent pourtant d'éviter ces intoxications. La prévention joue un rôle majeur dans la réduction du risque d'intoxication au monoxyde de carbone qui touche toute la population, quel que soit son niveau de vie. Elle permet également d'améliorer la prise en charge des personnes intoxiquées en favorisant la rapidité d’intervention des services d’urgence.

L'intoxication est un risque insidieux car le monoxyde de carbone - produit de la combustion incomplète des combustibles de chauffage - est un gaz inodore et incolore qui, selon de degré d’exposition, provoque des symptômes banals (maux de têtes, vertiges, etc.) mais pouvant s’avérer mortel.

> Télécharger Comment éviter les risques d'intoxication au monoxyde de carbone

Prévenir l'impact du frelon asiatique

Le frelon asiatique a été introduit en France en 2004 et son aire d'extension n'a cessé d'augmenter constituant une réelle menace pour les abeilles domestiques. Depuis quelques années, de nombreuses initiatives de lutte ont vu le jour sans pour autant aboutir à des résultats probants. Certaines pratiques pouvaient constituer un danger pour la sécurité publique ou parfois un risque pour la biodiversité (produits non autorisés, conséquences sur les autres espèces non cibles...).

> Cycle du frelon asiatique
> Identification du frelon asiatique

Prévenir la grippe saisonnière

La grippe saisonnière touche chaque année entre deux et huit millions de personnes en France et entraîne le décès de plusieurs milliers d’entre elles, essentiellement des personnes de plus de 65 ans. Ce Repères pour votre pratique propose aux professionnels de santé de faire le point sur la prévention de la grippe saisonnière. Il comprend des questions-réponses, un point sur les principales mesures barrières et la vaccination, ainsi que les indications des antiviraux.

> Télécharger Repères pour votre pratique | Prévenir la grippe saisonnière