Souffle

Représenter le souffle, l’air qui nous entoure n’est pas simple mais c’est justement l’enjeu de cette exposition pluridisciplinaire : on y retrouvera de la photographie, du dessin et de l’art sonore. Si les deux premières disciplines sont courantes, l’art sonore est plus rare.

Hanna Hartman, artiste sonore, performeuse et compositrice suédoise, reconnue internationalement et primée à l’occasion de festivals spécialisés, présentera trois pièces sonores : Acoustic Catacombs, Cratère et Longitude. Née à Uppsala, elle travaille à Berlin depuis les années 2000. En se focalisant sur les sons naturels, Hanna Hartman collecte son matériel de création à même le paysage. Créée en 2010, Acoustic Catacombs, via un plancher équipé de haut-parleurs, convoque tout le corps, qui se mue en une caisse de résonnance vibrant au rythme des pulsations de la ville d’Arles. 

Les photographies de Corinne Mercadier, Luca Gilli et Jacqueline Salmon, exposées aux Rencontres de la photographie d’Arles, et les dessins, ô combien merveilleux, de Jacques Réattu, artiste contemporain de la Révolution Française révèlent la possible matérialité de l’air.

Au total on trouvera une vingtaine de photographies, et une vingtaine de dessins de Jacques Réattu dont une peinture en « grisaille » de 6 mètres de long, prêt exceptionnel du musée arlésien.

Le mot de la directrice du Centre d'art

L’air qui nous entoure, qui effleure nos corps, que nous ne pouvons voir est impalpable, inodore, transparent mais cependant vital à notre existence. Il se révèle lorsqu’il rencontre d’autres éléments et opère alors une transformation pour devenir souffle et de souffle à son, enfin perceptible…

L’air animé d’une force, d’un courant, se mue en vent et rencontre la minéralité de nos reliefs, la végétation qui s’y développe et ainsi sculpte, dessine nos paysages tel le mistral depuis la vallée du Rhône en passant par les Alpilles jusqu’aux massifs d’Aubagne et du Pays de l’Étoile.
L'air au contact d’architectures naturelles ou construites, circule, de façon contrainte et crée des sons. L’air prend forme, enfermé dans un contenant souple, pour donner à celui-ci volume et drapé.

Tel est l’enjeu de cette exposition. Montrer comment le champ des arts visuels tend à rendre visible, l’immatérialité de l’air.

Chaque artiste s’est attaché à jouer avec cette abstraction, à donner de la matière à l’élément le plus abstrait et essentiel de notre environnement.

Simultanément à cette évidence scientifique, l’exposition se veut expérimentale, multi-sensorielle, originale, par la cohabitation de l’art sonore et de l’art visuel, où les frontières entre sensibilité, science et art sont à franchir.

Cette exposition est réalisée en collaboration avec le musée Réattu d’Arles. Un musée qui a créé en 2007 un département son, qui a en commun avec les Pénitents Noirs de mettre en valeur l’histoire et le patrimoine tout en s’inscrivant fermement dans l’art contemporain, jusqu’aux paysages calcaires balayés par le souffle du midi.

Coralie Duponchel
Directrice du centre d’art Les Pénitents Noirs

L'exposition SOUFFLE par la directrice du Centre d'art contemporain