Cadre de vie

Parc Jean-Moulin : la nature vous tend les bras

Au parc Jean-Moulin,la nature vous tend les bras, promet une fête des sens et plein de petits bonheurs, en famille ou entre amis…

Publié le

À peine franchies les grilles en fer de l'accès principal, le visiteur pénètre dans un écrin de verdure au relief vallonné. En partant du bas, le parc se développe autour d'une mare où naguère se jetait un ruisseau provenant du captage d’une source aujourd’hui quasi tarie. Autour s’étend une vaste prairie où le soleil darde ses rayons. Plus haut, en empruntant les sentiers et les allées traversantes, les arbres éparpillés ou massés dans les bois offrent la fraîcheur bienvenue de leur ombre lors des journées ensoleillées. Des arbres parfois centenaires (chênes, cèdres, platanes…) côtoient des sujets plus jeunes (frênes, pins d’Alep, érables champêtres…). « Un magnifique chêne, quasi symbolique du Parc, trône là avec ses 5 mètres de tour et un âge que seule la dendrochronologie pourrait nous révéler », écrit (dans un petit ouvrage édité en 1994) Raymond Chastel qui, enfant, a vécu dans une campagne aujourd’hui intégrée dans le parc.

Parmi les végétaux, on relève aussi différentes espèces méditerranéennes qui exhalent leurs arômes. Dans cet espace vert proche du centre, la nature apparaît riche, préservée. Apaisant, voire idyllique sont des adjectifs qui siéent à ce cadre où il semble facile de trouver un coin tranquille pour se ressourcer, savourer le temps… qui suspend son vol. Le parc est propice au repos, à la sieste, à la rêverie, à la méditation, à la lecture… Il charme aussi les sportifs : ceux qui viennent s’entraîner avec sérieux et d’autres plus dilettantes qui disputent une partie de ballon. Les enfants s’y plaisent également qui s’ébattent dans l’herbe, en jouant et riant allègrement. De simples promeneurs sont là aussi, ainsi que des amateurs de pique-nique, des amoureux également qui se bécotent à l’écart du public, sous les frondaisons ; d’autres, au contraire, qui échangent un baiser au vu et au su de tous, sacrifiant au rite de la photo de mariage dans un lieu romantique. Et puis, il y a les chiens qui cheminent, de conserve avec leurs maîtres, mais en laisse, en accord avec le règlement du parc.

Le parc s’étend sur 10 hectares. Il est constitué par l'ancienne campagne Marty, acquise par la Ville en 1978, et la propriété Merlat-Boulat. Le « Parc de loisirs et de détente du Grand Canedel », comme il s’appelait alors, a été inauguré le 10 octobre 1981. À la suite d’un vote à l’unanimité du conseil municipal du 11 mai 1984, le parc a été baptisé du nom de Jean Moulin en hommage au héros de la Résistance et a été inauguré une deuxième fois le 21 août 1984, dans le cadre du 40e anniversaire de la Libération d’Aubagne.

DIX HECTARES POUR SE DÉTENDRE

Le parc comprend 3 aires de jeux pour les enfants, une aire de fitness, des tables de pique-nique et des points d’eau à proximité, des corbeilles pour les déchets, deux sanisettes. Il abrite aussi trois sculptures : deux sont en marbre de Carrare, la Vague de l’Américaine Susan Falkman et l’Arbre du Sud-Coréen Heon Youl Park ; et une en fer et ciment, Future, signée Boitard. Elles proviennent du Festival international de sculpture présidé par César qui a eu lieu à Aubagne, en 1986. Cet événement, diffusé dans le journal télévisé d’Yves Mourousi sur TF1, a permis au public d’assister en direct à la réalisation des pièces par onze artistes de différentes nationalités.
Cet espace est également le lieu d'accueil privilégié de diverses manifestations culturelles, sportives… Par exemple, samedi 22 juin, s’y déroulera la Fête des familles au cours de laquelle sera inaugurée l’aire de fitness.

Parc Jean-Moulin
Avenue du 21 Août 1944
Ouverture permanente