Opposition

Raccourcis d'accessibilité :

Recherche

Outils

Ecrire aux élus Plans Agenda Newsletter Numéros utiles AJJ

Liens

OppositionL'expression des groupes politiquesImprimer cette page

Navigation médias

  • Vidéos
  • Photos
  • Audio

Espace d'expression des groupes de l'opposition municipale


Expression d'octobre 2018

LA  MÉTROPOLE, UN  VASTE SUJET, MAIS  SI IMPORTANT POUR LES ÉLUS DE PROXIMITÉ   

La  démission de Jean Claude Gaudin de la présidence de la Métropole et le projet de fusion du Conseil Départemental et de cette même Métropole  au bénéfice de cette dernière ont rappelé, s’il en était encore besoin, la place importante de celle-ci dans la prise de décision concernant nos communes.

Avec la fusion- absorption du Département, la centralisation de la majorité des décisions nous concernant au profit d’une seule assemblée ne peut que nous inquiéter et doit interpeller les élus de proximité que sont notamment les Maires des Communes.

Aujourd’hui, le Gouvernement a ouvert  une brèche en indiquant qu’en même temps qu’il y aurait fusion des deux Assemblées en une Métropole concentrant plus de pouvoirs, certaines  prérogatives qui avaient été enlevées aux communes leur seraient rendues. Lesquelles ? Le débat sera-t-il réel ou tout est-il déjà décidé ?

Certes, le pouvoir actuel nous a plutôt habitué à imposer sa décision, mais il appartient aussi aux élus de proximité et à ceux en charge notamment des Communes de saisir cette opportunité pour redonner à ce pouvoir de proximité un peu de son éclat.

La bataille sera sans doute difficile, mais si elle n’est pas menée avec force, il est certain qu’il n’y aura pas d’autre chance de sauvegarder ce qu’il reste de la politique de proximité.

En ce qui nous concerne nous soutiendrons toute action qui va dans ce sens.

Les élus du groupe «Socialiste et Démocrates»
Patrick Arnoux, Stéphanie Harkane, Gérard Rampal (PS), Jean-Marie Orihuel (MoDem)

LE DÉMANTÈLEMENT SE POURSUIT 

À Aubagne, la dette ne diminue pas et le patrimoine fond comme neige au soleil.

Cette année pas moins de 7,7 millions d'euros de ventes sont prévues une somme supérieure à ce que la ville remboursera de ses emprunts ! Un record !

On a ainsi appris qu'après le marché de gros, après divers terrains de la ville, venait le temps de vendre les logements de fonction des enseignants et l'immeuble qui abrite 52 logements de fonction, le CCAS et la police municipale dont le CSU où sont reçues les images des caméras !

Ici, on vend à tour de bras, on prête à ses amis (cuisine centrale...), on abandonne (piscine du Bras d'Or, salle de spectacle de la MJC, médiathèque...), on détruit (kiosque...) mais on ne construit rien !

Il y avait une dette, beaucoup de biens immobiliers et une ville entretenue, avec G. Gazay il reste la dette et une ville à l'abandon.

Pour nous, la commune est le lieu du commun où lorsqu'on est élu, il faut agir pour des investissements utiles à la population, entretien du patrimoine et maîtrise de la dette. A Aubagne comme ailleurs,c'est possible ! 

Le Groupe «Aubagne alternative citoyenne et écologique» :
Magali GIOVANNANGELI et Denis GRANDJEAN, coprésidents, N’Djima AIT ABBAS, Daniel FONTAINE, et Hélène LUNETTA

QUAND LES ÉCHECS DE LA MAJORITÉ EN MATIÈRE DE TRANSPORT CONTINUENT D’ENDETTER LA VILLE !

Depuis plusieurs mois, on observe que G. Gazay va de renoncement en renoncement en matière de transport. Après avoir abandonné le prolongement du tramway vers les paluds, la promesse du Val ’tram, c’est le projet des gargues et l’aménagement du territoire qui en aurait découlé qui est également abandonné. Sans juger de la pertinence de ces projets, les coûts d’annulation sont quant à eux précis et critiquables.

La Chambre régionale des comptes estime à 36,4 M€ le coût de l’arrêt du projet de prolongement du tramway. A ces frais viennent s’ajouter les 9,8 M€ de pertes liées aux frais d’études et les 1,6M€ d’achat des voies, tout cela au profit du Val’ tram qui ne verra jamais le jour. Inutile d’évoquer les 25M€ du projet de Bus à Haut Niveau de Service destiné à compenser l’afflux de voyageur du Val’ tram et qui devient par la même inutile également. Tout cela s’ajoutant évidemment aux 300 M€ d’indemnités qui planent suite à l’abandon du projet des gargues…

J. MELIN et N. ROBINE, élus RN, ne peuvent que déplorer cette gestion calamiteuse des deniers publics et poursuivent leur travail afin qu’Aubagne dispose enfin d’une véritable politique des transports !

Le Groupe «FN-Bleu Marine» :
Joëlle MELIN, présidente, et Nicolas ROBINE


Hôtel de ville : 04 42 18 19 19ContactPlan du site Conditions d'utilisation | CréditsFin de la page.