Archives 2008-2014

Raccourcis d'accessibilité :

Recherche

Outils

Ecrire aux élus Plans Agenda Newsletter Numéros utiles AJJ

Liens

Archives 2008-2014MajoritéImprimer cette page

Navigation médias

  • Vidéos
  • Photos
  • Audio

Espace d'expression des groupes de la majorité municipale

Expression du 28 mars 2014


L’arrivée du tram en gare du Charrel 

Le bonheur, c’est parfois fait de petites choses. Un tram vu par des yeux d’enfants, par exemple. Les premiers essais de roulage du tramway, au Charrel, faisaient partie de ces moments qui marquent une vie politique, l’évidence d’une complète réussite. L’enthousiasme de ces enfants devant la nouveauté, la spontanéité de leurs rires, autant de choses qui font défaut aux adultes que nous sommes, et qui sont pourtant le plus efficace des stimulants. C’est le Charrel, c’est mon quartier depuis plus de vingt ans, qui m’a offert tant de solidarité, de chaleur humaine. Aubagne ne connaît pas de fracture territoriale, c’est une chance qu’il faut savoir apprécier, un capital à préserver, au Charrel comme ailleurs. Le tram nous invite à ce voyage, les enfants d’Aubagne, eux, l’ont déjà compris..

Front de Gauche, Aubagne citoyenne et solidaire : Jean-Claude Cuisinier.

Le MoDem pour un engagement citoyen

Depuis que nous avons décidé de nous engager en politique, nous avons oeuvré pour un large rassemblement des énergies et compétences républicaines sur Aubagne. Nous avons prôné le renouveau, la poursuite d'un dialogue fécond et d'une ouverture indispensable dans notre commune. Les Aubagnais saturés des clivages stériles, lassés de l'hégémonie des blocs politiques antagonistes, nous ont dit leur souhait d’une autre politique où les problèmes concrets des citoyens trouvent des solutions novatrices et durables. L'avenir sera citoyen. Chaque Aubagnais veut retrouver l'espérance réalisable d'une société plus humaine et plus solidaire. Notre dernier écrit de la mandature est pour vous remercier de nous avoir lus attentivement et vous souhaiter le plus bel avenir : devenir davantage des acteurs éclairés de la vie de notre cité.

Les élus Modem : Jean-Marie Orihuel, Josyane Royère, Michèle Cassand

Paradis fiscaux

Il est de plus en plus difficile de garantir aux citoyens un bon niveau de protection sociale et des politiques publiques de qualité en période de pénurie des ressources publiques. L’évasion et la fraude fiscales progressent, notamment du fait des multinationales, de banques qui transfèrent artificiellement une partie de leurs bénéfices vers les paradis fiscaux. Les sommes détournées représentent 21 à 32 000 milliards de dollars environ. Si ces fortunes cachées étaient imposées équitablement, les ressources nécessaires à investir dans la sécurité sociale, la lutte contre la pauvreté et vers une transition durable pour les générations futures, seraient disponibles. Les acteurs des paradis fiscaux méritent, pour les dégâts sociaux qu'ils génèrent et pour toutes les chances de progrès humain qu'ils condamnent, d'être jugés avec un niveau de sévérité équivalent aux nuisances qu'ils procurent.

Les élus EELV : Joëlle Anton-Michel, Carmen Heumann, Claude Carbonnel.

L’emploi, l’emploi et toujours l’emploi…

L’exemplarité doit être la règle dans la bataille de la croissance et de l’emploi car un trop grand retard avait été pris lors du précédent quinquennat. A l’échelle de notre territoire, cette volonté existe et nous citerons à titre d’exemple les nombreuses créations d’emploi d’avenir. Chacun, quel que soit sa place dans les structures économiques, politiques ou sociétales, doit y jouer un rôle et apporter sa pierre à l’édifice. Réactivité, audace et anticipation aux changements socio-économiques doivent être la règle. Face aux diverses interrogations en la matière, le débat doit exister, bien entendu, mais un débat constructif et républicain pour faire reculer durablement le chômage. Pour ces raisons, nous appelons à la mobilisation générale et face au calendrier gouvernemental des réformes, nous devons rester lucides et très attentifs aux retombées locales en termes d’emploi.

Groupe socialiste et Radical de Gauche :Patrick Arnoux, Gérard Rampal, Nicole Flouret, David Zeitoun, Stéphanie Harkane, Maurice Julien, Benjamin Durand, Fadela Ghassoui, Hélène Lunetta, Jacques Athias, Arthur Salone.

Expression du 14 mars 2014


Loin des idées de métropolisation 

Malgré un climat national nauséabond, où les fantômes d’un autre âge resurgissent et font dire à beaucoup « tous pourris », il faut compter sur les élus de terrain, proches de leur population, pour continuer à construire une société meilleure, plus proche des attentes des citoyens. C’est de proximité dont il s’agit, loin des idées de métropolisation lancées par la droite, qui ne peuvent qu’éloigner encore plus nos concitoyens de leurs instances politiques. Rappelons d’ailleurs ce scrutin local que la majorité actuelle a voulu le 13 juin 2010 et pour lequel certains avaient invité les Aubagnais à ne pas se déplacer ! Cela n’a pas empêché 96% des votants d’exprimer leur désaccord avec ce projet de métropole si loin de leurs aspirations. C’est un refus catégorique de toute ingérence dans la gestion de notre territoire que nous réaffirmons de toutes nos forces..

Groupe Aubagne Citoyenne et Solidaire, société civile : Pierre Rodeville, Barbara La Barbera, Virginie Makeeff, André Sinet, Marie-Georges Pruneau.

Une position claire.

Les élus de notre groupe, ce sont toujours opposés à l’intégration d’Aubagne dans la future métropole marseillaise et continuerons à le faire avec force et détermination. Nous sommes capables de travailler avec les villes et les intercommunalités voisines sans pour cela nous laisser imposer des décisions qui ne conviendraient pas à notre population. Que cette métropole soit faite par un gouvernement de gauche ou de droite et que Marseille, sa ville centre, ait un maire de gauche ou de droite, ne changera absolument pas notre volonté de préserver la qualité de vie des habitants d’Aubagne qui souhaitent rester proches des lieux de décisions. Une position claire sur ce dossier vital pour Aubagne.

Groupe socialiste et Radical de Gauche :Patrick Arnoux, Gérard Rampal, Nicole Flouret, David Zeitoun, Stéphanie Harkane, Maurice Julien, Benjamin Durand, Fadela Ghassoui, Hélène Lunetta, Jacques Athias, Arthur Salone.

Climat-énergie : un volontarisme émoussé.

En adoptant le «paquet climat énergie» en 2008, l’UE prenait le leadership mondial dans le domaine de la maîtrise des pollutions liées à l'utilisation des énergies fossiles. Elle s’engageait d’ici à 2020 à réduire d’au moins 20% ses émissions de gaz à effet de serre par rapport à 1990, à avoir 20% d’énergies renouvelables dans son «mix» énergétique et à diminuer de 20% sa consommation d’énergie. Six ans plus tard, notre volontarisme s’est émoussé et l’effondrement du marché des quotas de CO2 facilite le retour du charbon. Les mesures d’efficacité énergétique nous laissent à mi-chemin de l’objectif affiché ; les industries des renouvelables sont déstabilisées par les soubresauts de leur cadre réglementaire et financier et, dans le cas du photovoltaïque, par la concurrence déloyale chinoise. La taxe carbone France est reportée. Les analyses des réserves en combustibles fossiles donnent le charbon comme leader des ressources disponibles pour les cent prochaines années .

Les élus EELV : Joëlle Anton-Michel, Carmen Heumann, Claude Carbonnel.

Le Modem pour un projet démocrate.

Le projet démocrate est un projet d'exigence civique. « La démocratie est l'organisation sociale qui tend à porter au maximum la conscience et la responsabilité civiques de chacun». Les Français ne signent pas un chèque en blanc aux élus. Il est indispensable que se mette réellement en action dans les jours, mois et années à venir, une politique de vérité, d’information et de formation civiques, destinée à porter le citoyen au niveau d'un décideur. Il est indispensable d’abolir le gouffre entre « ceux qui savent » et « ceux qui ne savent pas », qui est le fondement de la technocratie contre laquelle nous combattons. La toute puissance anesthésiante des médias qui expliquent si mal et ne brillent que dans les situations de conflits doit être largement affaiblie. C’est peut-être cela la vraie révolution citoyenne qu’au-delà des clivages politiques nous avons tous à poursuivre…

Les élus Modem : Jean-Marie Orihuel, Josyane Royère, Michèle Cassand

Expression du 28 février 2014


Un écrin pour la Terre 

A Aubagne, le centre-ville va s’enrichir d’un lieu d’exposition permanent pour les céramistes et santonniers du Pays d’Aubagne: c’est l’aboutissement de l’excellente collaboration établie depuis des années entre les élus, les artisans et les techniciens de l’Agglo. C’est aussi un nouveau centre d’intérêt que nos visiteurs vont découvrir, rue de la République, face au cours Beaumond, sur le trajet de la deuxième tranche du tramway. Et par la même tout une partie du vieil Aubagne qui mérite que l’on y flâne, de la Place Chaulan au Boulevard Jean Jaurès, où tant de familles aubagnaises ont leurs racines. Ce projet illustre parfaitement ce que l’on entend par un développement maîtrisé: en offrant une vitrine prestigieuse à nos artisans, il permettra de mettre en valeur la complémentarité de leurs productions, et donner envie d’aller visiter chacun de leurs ateliers. Un accord harmonieux entre patrimoine, économie, et création artistique, et un nouvel atout pour notre belle ville.

MRC, Aubagne citoyenne et solidaire : Christian Faglia.

L’avis du MoDem sur le sens de la votation suisse.

Après la votation restreignant la libre circulation des personnes en Suisse on peut avoir de l’inquiétude pour les Suisses qui font le choix du repli, pour l'avenir des relations entre l'Union européenne et la Suisse, et pour les nombreux frontaliers français qui travaillent en Suisse. Ce vote est symptomatique d'un mal qui ronge aujourd'hui l'Europe. Sous l'effet de la crise et du chômage qui ne diminue pas, beaucoup sont gagnés par une fausse perception, que les populistes et extrémistes de tous poils exploitent : leurs maux viendraient de l'étranger et de la libre circulation sur notre continent. On peut évoquer des analogies avec les états d’esprits, qui ont laissé venir en Europe le nazisme, le fascisme au début du siècle dernier après la grande crise. Les différences font les richesses de tous. Pour bien vivre ensemble il faut combattre les égoïsmes et les peurs en mettant encore plus d’humain au niveau local.

Les élus Modem : Jean-Marie Orihuel, Josyane Royère, Michèle Cassand

Droit à l’environnement pour le bien vivre de tous

Le droit de l’environnement, même s’il est reconnu, est toujours malmené face aux grands projets d’aménagement, et à la pression foncière. Ainsi la préservation de la qualité des eaux, de la biodiversité est impérative pour l’équilibre écologique des territoires, donc une meilleure qualité de vie. Que ce soit à Aubagne, Marseille, La Sainte Baume ou Notre Dame des Landes, la destruction des zones humides est inacceptable. Et aucune mesure compensatoire ne pourrait en compenser la perte. Le projet de l’Aéroport du Grand-Ouest en est un exemple criant. Conçu il y a plus de 40 ans, dans le contexte économique et énergétique de l'époque, il est à classer dans les projets dépassés. Mettre en péril l’environnement en justifiant la création d'emplois dans les projets d’aménagement n’a plus de sens. C’est par une approche globale inclusive et concertée que ces projets doivent être abordés.

Les élus EELV : Joëlle Anton-Michel, Carmen Heumann, Claude Carbonnel.

L’eau, ressource naturelle essentielle

L’eau n’est pas d’une marchandise comme les autres. Bien commun, vital et précieux, elle a un statut particulier. De nombreuses collectivités ont estimé que ce service ne pouvait plus être totalement délégué au privé comme les parkings ou le réseau de transport, d’où la réaffirmation du primat du public dans ce domaine. C’est le cas de la Ville de Paris et de bien d’autres villes qui ont décidé de récupérer cette gestion. Cette municipalisation de l’eau est souvent assortie d’une plus grande attention aux usagers les plus modestes et à l’environnement : tarification progressive, baisse des frais fixes, engagements en rapport avec l’environnement et pourquoi pas une gratuité d’un volume d’eau, à fixer pour toute famille du territoire. Les marqueurs et les valeurs de gauche sont ainsi préservés.

Groupe socialiste et Radical de Gauche :Patrick Arnoux, Gérard Rampal, Nicole Flouret, David Zeitoun, Stéphanie Harkane, Maurice Julien, Benjamin Durand, Fadela Ghassoui, Hélène Lunetta, Jacques Athias, Arthur Salone.

Expression du 14 février 2014


Et vive les Fralib ! 

En septembre dernier, après 3 ans d’arrêt, les machines ont à nouveau tourné à l’usine Fralib, pour produire des sachets de tisanes à partir de tilleul cueilli en France. La désindustrialisation n’est jamais une fatalité. Combat d’avant-garde, le bras de fer avec Unilever continue. Les enjeux d’une alternative à la concentration industrielle dépassent largement nos frontières. Pour preuve, les rencontres qui ont eu lieu fin janvier avec des ouvriers en lutte venus d’Amérique latine, d’Allemagne, de Pologne, de Grèce, d’Italie, d’Espagne. On y a parlé de «l’économie des travailleurs » et dénoncé ce à quoi conduit, partout, celle des financiers. L’emploi et la place de l’humain dans l’économie sont des enjeux fondamentaux pour demain, au moins autant que les questions de société qui, si elles sont traitées isolément des questions sociales, ne génèrent que division et repli sur soi. Merci aux Fralib pour cette belle leçon de politique.

Aubagne citoyenne et solidaire, Front de Gauche : Jean-Claude Cuisinier.

Inspection du travail : un service public à défendre

En période de fort chômage ou de chantage à l’emploi, le respect des droits du travail doit être préservé. L’inspection du travail est un service public essentiel aux salariés, un appui indispensable à la démocratie dans l’entreprise. Annoncé avec le pacte de responsabilité, le dialogue social serait renforcé en contrepartie. Cela ne peut se réaliser que si les entreprises respectent les droits du travail. Seul un corps extérieur de contrôle libre peut vérifier en permanence les conditions de travail, de sécurité et de santé des salariés, en toute indépendance. Les inspecteurs du travail peuvent assumer ce rôle s’ils en ont les moyens et s’ils sont en nombre suffisants. La loi Sapin actuelle en préparation les inquiète fortement. Nous soutenons leur revendication de maintenir d’une inspection du travail libre sans restrictions budgétaires ou d’effectifs.

Les élus EELV : Joëlle Anton-Michel, Carmen Heumann, Claude Carbonnel.

Le MoDem souhaite que les Français soient davantage acteurs

Notre pays a besoin de sérénité. Au bout de dix-huit mois, le gouvernement a fait le tour des situations, il faut maintenant qu’il obtienne des résultats sur le chômage et la production. Nous avons aujourd'hui, dans ce changement de monde anxiogène, de grandes difficultés à faire monter du peuple des aspirations qu'il puisse par la suite soutenir. Le problème est dans notre manière de faire de la politique. Nous devons redonner la voix au peuple, car le grand absent de toutes les décisions que l'on prend depuis vingt-cinq ans, c'est le peuple. On l'interroge insuffisamment, et ne le positionne pas à la place de choix qu’il devrait avoir, dans l’élaboration des décisions, si ce n'est en fin de parcours, lors des votes. Cela donne beaucoup de tort à la politique. Il faut plus d'explications, plus de mise en action citoyenne, plus de participation.

Les élus Modem : Jean-Marie Orihuel, Josyane Royère, Michèle Cassand

La solidarité n’est pas un vain mot 

Le réaménagement de l’ancienne caserne des sapeurs pompiers avenue Gabriel-Péri s’achève. En concertation avec les associations caritatives qui exercent sur notre commune, les services techniques de la Ville ont élaboré un projet qui va permettre aux bénévoles une action quotidienne dans les meilleures conditions. Deux services municipaux accom pagnent les associations dans les lieux, la Maison du partage et le service des Finances. Cet Espace de Solidarité porte un nom hélas trop peu connu des jeunes Français : Ambroise Croizat, l'un des fondateurs de la sécurité sociale. Les élus socialistes seront présents à la visite des locaux ce samedi 15 février. Ajoutons que Les locaux libérés permettront l’installation route de Beaudinard de nouveaux service du SDIS, encore une action de solidarité assurée par le service public.

Groupe socialiste et Radical de Gauche :Patrick Arnoux, Gérard Rampal, Nicole Flouret, David Zeitoun, Stéphanie Harkane, Maurice Julien, Benjamin Durand, Fadela Ghassoui, Hélène Lunetta, Jacques Athias, Arthur Salone.

Expression du 31 janvier 2014


Cantines : Aubagne a fait le bon choix

En un temps où tout s’accélère, où le progrès est constant, il est important de ne pas négliger tout ce qui relève du quotidien. Plusieurs affaires impliquant la Sodexo dans les cantines marseillaises sont venues nous rappeler que l’hygiène et la qualité ne doivent pas être abandonnées au profit de la rapidité ou de la rentabilité. A Aubagne, nous avons privilégié une cantine centrale où la qualité des repas n'est plus à démontrer avec un service remarquable pour le plus grand nombre. Les normes d’hygiène les plus strictes sont appliquées pour que les 5000 repas servis quotidiennement le soient dans les meilleures conditions. Mais évidemment si cela est possible, c'est parce que Aubagne a fait le choix du service public au grand dam de certains. Qu’en sera-t-il si d'autres services sont cédés à des entreprises privées ? Certains domaines doivent rester au service du public pour le bien de tous.

Groupe Aubagne Citoyenne et Solidaire, société civile : Pierre Rodeville, Barbara La Barbera, Virginie Makeeff, André Sinet, Marie-Georges Pruneau. 

Agriculture et forêt

La loi d'avenir agricole a été votée le 14 janvier dernier par les députés. L'agro-écologie, qui ne se limite pas au bio, a été définie dans ce projet de loi comme un « système de production privilégiant l'autonomie des exploitations agricoles et l'amélioration de leur compétitivité en diminuant la consommation d'énergie, d'eau, d'engrais, de produits phytopharmaceutiques et de médicaments vétérinaires ». Il s'agit là d'une avancée déterminante pour tous ceux qui pensent que l'agriculture est au service de l'Homme et non au service des lobbies. EELV se félicite que de nombreux amendements portés par le groupe soient adoptés. Parmi eux, la facilitation de l’échange et de l’utilisation des semences paysannes. Pour autant, Il serait incompréhensible que la loi définisse des orientations vertueuses, mais que des décrets trop laxistes en limitent la portée ou poursuivent des objectifs contradictoires. Restons vigilants.

Les élus EELV : Joëlle Anton-Michel, Carmen Heumann, Claude Carbonnel.

Le MoDem approuve le pragmatisme et la social démocratie..

Le président de la république a annoncé sa volonté d’allègement des charges pour les entreprises d’ici 2017, de poursuivre la diminution de la dépense publique, de mettre en oeuvre des réformes structurelles concernant l’État. Ces orientations figuraient dans le programme de François Bayrou lors de l’élection présidentielle de 2012. Elles vont dans la bonne direction même si, à elles seules, elles ne suffiront pas au redressement du pays. Le MoDem ne peut que les approuver. L’essentiel réside désormais dans leur mise en oeuvre. Quand à la mise en mots « sociaux démocrates » de cette volonté de redresser le pays et de traiter réellement le chômage, par la création d’emplois tout en préservant notre système social nous ne pouvons que nous en satisfaire. Reste à rassembler tous les acteurs économiques, politiques, syndicaux… avec leurs différences.

Les élus Modem : Jean-Marie Orihuel, Josyane Royère, Michèle Cassand

Avoir une certaine idée de la politique

Nous avons écouté avec une très grande attention la dernière conférence de presse du Président de la République. Il a été élu pour gouverner notre pays et proposer des solutions adéquates aux problèmes posés. Ces solutions sont contenues dans le pacte de responsabilité pour gagner la bataille de l'emploi. Elles passent aussi par la réduction les dépenses publiques dans un Service Public de qualité. La volonté d’agir est là. Donnons-lui le temps de mettre en place des mesures importantes pour une France plus forte et plus solidaire. Un vrai travail de fond est mis en place pour remettre le bateau France à flot. La participation et l’engagement de chacun sont nécessaires afin de récupérer le temps perdu par les politiques précédentes et les donneurs de leçons d’aujourd’hui. Nous sommes confiants dans l’avenir et persuadés de tenir le bon cap.

Groupe socialiste et Radical de Gauche :Patrick Arnoux, Gérard Rampal, Nicole Flouret, David Zeitoun, Stéphanie Harkane, Maurice Julien, Benjamin Durand, Fadela Ghassoui, Hélène Lunetta, Jacques Athias, Arthur Salone.

Expression du 17 janvier 2014


C’est la bonne direction pour l’emploi

L'Agglo a ouvert à Aubagne, ville centre, "La Boussole" lieu qui répond, déjà, aux demandes des jeunes avec le transfert de la Mission Locale ; la création d'une antenne de la Cité des Métiers ; le regroupement volet formation par l'ouverture de permanence. Les employeurs pourront également venir se documenter sur les différents types de contrats. L'Agglo et les mairies répondent aux besoins des jeunes en demande d'avenir par des contrats de même nom - Contrat d'avenir - en leur donnant des outils, un encadrement nécessaire à l'apprentissage et un volet formation pour leur permettre de diversifier leurs demandes. Cela a un coût, mais nous répondons complètement aux besoins. Pour les salariés du privé, les jeunes n'entrant pas dans les critères des emplois d'avenir, c'est aux employeurs aussi à les former. Des outils existent ainsi que les fonds. Faisons-en un pôle prioritaire et un pôle d'excellence pour la région.

Groupe socialiste et Radical de Gauche :Patrick Arnoux, Gérard Rampal, Nicole Flouret, David Zeitoun, Stéphanie Harkane, Maurice Julien, Benjamin Durand, Fadela Ghassoui, Hélène Lunetta, Jacques Athias, Arthur Salone.

Le MoDem aubagnais vous souhaite une belle année citoyenne.

En ce début d’année, notre équipe est de plus en plus déterminée à œuvrer dans la majorité de gestion et avec les citoyens pour rapprocher les gens malgré leurs différences, faire tomber les murs de l’incompréhension et encourager le dialogue pour un meilleur fonctionnement de la démocratie. Notre navire Modem aubagnais est robuste et suit son chemin contre vents et marées. Notre combat se poursuit pour que la politique ait comme finalité essentielle de permettre aux citoyens d’être davantage acteurs, pour mieux participer aux changements sociétaux qui s’imposent. Notre positionnement est clair : pragmatique pour l’intérêt général, contre-pouvoir citoyen potentiel, acteurs des réflexions et actions pour construire un autre monde plus juste, plus solidaire avec davantage de citoyens engagés. Belle et heureuse année à toutes et tous.

Les élus Modem : Jean-Marie Orihuel, Josyane Royère, Michèle Cassand

2013 : les leçons d’une année exceptionnelle.

Avant même son formidable épilogue de la fin décembre, la Capitale Européenne de la Culture était déjà une complète réussite, et ce à plus d’un titre. D’abord en démontrant que la culture est affaire de rencontres, d’enrichissement, et pas de repli sur soi. Entre des artistes bien sûr, d’ici et d’ailleurs, mais aussi des publics que l’on oppose ou que l’on hiérarchise trop volontiers. Rien n’est plus précieux que cette démonstration, renouvelée des dizaines de fois en 2013 : l’exigence artistique et le nombre ne sont pas incompatibles. Ensuite, parce que l’activité économique générée par ces manifestations dépasse, et de loin, les investissements consentis, qui porteront encore dans les années à venir. Enfin, il ne faut pas l’oublier, 2013 est le produit de la coopération exemplaire de territoires que la Métropole marseillaise verrait disparaître. Ce que nous avons su faire autour de la culture, nous saurions le faire pour les transports, ou les déchets, pour peu que l’on nous respecte.

MRC, Aubagne Citoyenne et Solidaire : Christian Faglia.

Merci !

Joëlle, Carmen et Claude, élu-e-s écologistes, vous présentent leurs meilleurs vœux pour la nouvelle année. Nous remercions les Aubagnais et Aubagnaises qui nous ont accompagné-e-s dans les projets que nous avons portés. Votre participation et vos apports ont permis d’aller vers plus d’accessibilité pour tous et toutes, de créer de nouveaux liens intergénérationnels, d’intégrer plus d’écologie au cœur de la ville. La transition écologique se construit peu à peu. Elle part des réalités des territoires en essayant d’apporter une nouvelle approche de notre développement et en construisant des alternatives nouvelles à la « pensée unique » en cours. La solidarité, l’équité, la justice, les besoins et droits humains, la préservation de l’environnement sont au cœur de ces changements indispensables. En 2014, citoyens sans mandat municipal, nous continuerons nos routes toujours fidèles à nos convictions écologistes. Merci aussi à l'équipe Arc en Ciel et encore Bonne Année !

Les élus EELV : Joëlle Anton-Michel, Carmen Heumann, Claude Carbonnel.

Expression du 20 décembre 2013


Commerce : les félicitations involontaires du FN

Joëlle Melin et le FN « s’insurgent » contre le plan municipal de soutien aux activités commerciales, qualifié de « projet de destruction du centre-ville ». Ce projet est pourtant soutenu par la Chambre de Commerce et d’Industrie et par la Chambre des Métiers et de l’Artisanat, organismes peu suspects de comploter contre le commerce de proximité ! Alors ? L’explication est peut-être donnée par Le petit guide pratique que le FN vient d’éditer à l’intention de ses cadres. On les invite notamment (page 62) à se méfier des grands projets municipaux, « car si le grand projet est bon, les électeurs retiendront que c’est le maire qui l’a porté ». Et le guide de préciser : « Les approuver ne vous portera aucun bénéfice ». Autrement dit, soyez de mauvaise foi, car l’intérêt du FN passe avant celui des habitants… A lire le communiqué virulent de Mme Melin, le projet de la municipalité pour le commerce aubagnais est donc excellent !

Front de Gauche, Aubagne citoyenne et solidaire :Jean-Claude Cuisinier.

Un grand homme s’en est allé

Nelson Mandela est décédé le jeudi 5 décembre 2013 à l’âge de 95 ans. Il aura marqué profondément l’histoire de l’Afrique du Sud et celle du monde. C’est la dernière page qui se ferme sur ce XXIème qu’il aura gravé de son combat pour la liberté. Premier président de l’Afrique du Sud suite à des élections démocratiques et Prix Nobel de la paix, il restera pour nous un de ces géants qui ont façonné l’histoire du monde. La planète, et à sa manière, la ville d’Aubagne lui ont rendu hommage. Il nous laisse quelques citations qui doivent guider nos actions au quotidien : « Etre libre ce n’est pas seulement se débarrasser de ses chaines, c’est vivre de manière à respecter et renforcer la liberté des autres » ou encore « La plus grande victoire de l’existence ne consiste pas à ne jamais tomber mais à se relever après chaque chute » et aussi « Construire une nation arc-enciel en paix avec elle-même et avec le monde ».

Groupe socialiste et Radical de Gauche :Patrick Arnoux, Gérard Rampal, Nicole Flouret, David Zeitoun, Stéphanie Harkane, Maurice Julien, Benjamin Durand, Fadela Ghassoui, Hélène Lunetta, Jacques Athias, Arthur Salone.

Le Centre contre les blocages idéologiques gauche-droite.

Le capitalisme non régulé n’est pas conforme à la vision de notre civilisation par le MoDem et la gauche. Il l’est pour la droite. Pourtant, il façonne un monde violent, un monde sous contrôle de l’argent, un monde où s’accroissent des inégalités féroces. Le Centre indépendant prône une révolution humaniste fondée sur une régulation citoyenne aux échelons locaux d’un système en panne. La gauche aussi. C’est localement qu’il faut continuer à bâtir un projet politique de rassemblement et créer des espaces de transformation. La gauche et la droite souffrent de reliquats d’idéologies d’un bloc contre l’autre. Les Démocrates et Centristes, non. Un autre monde est possible, en mettant toutes les énergies en commun, pour renforcer le bien vivre dans nos cités. Nous vous souhaitons de très belles fêtes de fin d’année avec humanisme et dépassement de chacun pour le mieux être de tous.


Les élus Modem : Jean-Marie Orihuel, Josyane Royère, Michèle Cassand

Mandela vu par ma fille…

…parmi tous les hommages rendus au grand homme. Mais qui était-il avant d'être un « grand homme » ? Etait-il si différent ? Qu'avait-il de plus que les jeunes marseillais qui firent la marche pour l'égalité il y a 30 ans, Rosa Park ou les créateurs de la sécurité sociale en 1945 ? Nelson Mandela était jeune, avocat, révolté par la discrimination, exalté contre l'absurde. La prison a transformé son énergie en patience, en obstination. Combien d'autres se sont pris une balle avant d'avoir pu exprimer la même révolte. Les circonstances font qu'un homme ou une femme devienne remarqué(e) ou condamné(e). Rendons aussi hommage à ces milliers d'opposants anonymes, morts ou vivants, qui ont lutté pour leurs valeurs. Et qui sait si, parmi les 3 milliards de jeunes, il n'y en a pas qui arrêteront la surconsommation, les guerres, les folies des hommes et autres absurdités.

Les élus EELV : Joëlle Anton-Michel, Carmen Heumann, Claude Carbonnel.

Expression du 6 décembre 2013


Prise de conscience

La ministre du logement, Cécile Duflot, le ministre de l’écologie, Philippe Martin, celui de l’agriculture, Stéphane Le Foll et celui du développement, Pascal Canfin, signent, dans Le Journal du Dimanche, une lettre demandant l’accélération de la transition écologique. Dans ce texte, rédigé à l’occasion du séminaire consacré à la France en 2025, ils estiment que « sans une évolution rapide » du système productif actuel, « l’accès aux ressources sera cause de conflits et d’inégalités nouvelles... La question n’est donc désormais plus de savoir si nous allons faire face à la mutation écologique ou non, mais de choisir entre la conduire ou la subir.....la prospérité durable permettra de créer des emplois et de réduire les dépenses contraintes des ménages... En engageant dès aujourd’hui, la transition des filières industrielles et du tissu économique, il est possible de créer d’ici à 2025 un million d’emplois dans la transition écologique ». A méditer.

 
Les élu(e)s EELV : Joëlle Anton Michel, Claude Carbonnell, Carmen Heumann.


Engrangeons de l’énergie !

Le mois de novembre a été très froid que ce soit au niveau social ou climatique. Mais voilà qu'arrive décembre avec Noël et toutes ses festivités. Les animations et les surprises vont se succéder tout au long de ces prochains jours. Foires et marchés vont nous permettre d'acheter cadeaux et nourriture jusqu'à aller crescendo pour le dernier jour de l'année. Il sera temps l'année prochaine de reprendre le quotidien pas toujours agréable mais peut-être que l'énergie et la bonne humeur engrangées pendant ces fêtes nous permettront de ne pas baisser les bras et d'aller de l'avant. A toutes et à tous nous vous souhaitons d'excellentes fêtes de Noël et de fin d'année !

Groupe Aubagne Citoyenne et Solidaire, société civile : Pierre Rodeville, Barbara La Barbera, Virginie Makeeff, André Sinet, Marie-Georges Pruneau.


Renforcer le dialogue en « dépassant les clivages ».

Les Français veulent un changement dans les rapports entre pouvoir et citoyens. Ils souhaitent gommer les clivages partisans et que soient traitées en priorité les causes et conséquences des malaises sociétaux. Un vent froid de révolte souffle régulièrement entre deux épisodes de frimas économiques et sociaux. Hélas, certains politiques continuent à privilégier leurs idéologies et la manipulation de l’opinion au détriment du bon sens et d’un vrai dialogue.Des équipes de clans opposés s’affrontent souvent sans vrai débat d’idées et de projets. Seulement un combat idéologique et de la communication. Notre ville a la tradition des échanges constructifs. Les Aubagnais veulent s’écouter, se parler, se rassembler et construire. Ils veulent que chaque citoyen devienne un acteur de premier plan en dépassant les clivages. Nous agirons dans cette direction de toutes nos forces.


Les élus Modem : Jean-Marie Orihuel, Josyane Royère, Michèle Cassand

Aubagne la généreuse

Ville accueillante, chaleureuse, où il fait bon vivre, Aubagne privilégie l’humain plutôt que la finance. Bien sur, le quotidien n’est pas simple pour tout le monde mais ici tout est fait pour que ce soit moins dur avec un service public de qualité, très réactif, des élus de la majorité qui sont, eux, sur le terrain toute l’année au service de la population. Aubagne, c’est aussi des  emplois d’avenir, une contribution pour endiguer et faire reculer le chômage. C’est aussi le combat contre la LGV, les expositions dans les quartiers, les constructions sociales de qualité, le périscolaire … En cette période de Noël avec les festivités qui ont commencé, la ville s'illuminera de tous ses feux ! Ils seront regardés par tous, si bien que nous sommes tous des ambassadeurs fiers d’être Aubagnais.

Groupe socialiste et Radical de Gauche : Patrick Arnoux, Gérard Rampal, Nicole Flouret, David Zeitoun, Stéphanie Harkane, Maurice Julien, Benjamin Durand, Fadela Ghassoui, Hélène Lunetta, Jacques Athias, Arthur Salone.


 

Expression du 22 novembre 2013


Aubagne offre un plein de bonne humeur !

Je suis toujours époustouflé par le formidable appétit d’activités, de nouveauté que les Aubagnais ont développé au fil du temps, et qui ne se dément jamais. Après Grains de Sel qui attire chaque année des centaines d’enfants supplémentaires autour de la lecture et de l’imaginaire, le forum santé permettra à chacun de s’informer, de découvrir de nouvelles techniques, de nouveaux services. Ces deux moments forts du centre ville anticipent l’euphorie qui anime Aubagne à quelques semaines des Fêtes de fin d’année ; santons et céramiques attendent patiemment le chaland, les enfants se donnent déjà rendez-vous à la patinoire, tout un programme est prévu pour clore en apothéose l’Année Capitale…L’espace public à Aubagne, c’est un formidable remède contre la morosité, la cure de bonne humeur dont nous avons tous besoin. Ne nous privons pas de ces plaisirs simples, d’autant que leur gratuité nous permet de les partager avec toutes et tous, sans retenue.

 

MRC, Aubagne Citoyenne et Solidaire : Christian Faglia

Non au racisme.

Le débat, sur l’identité nationale, initié par la droite sarkozyste, a peu à peu libéré la parole raciste. Oser bestialiser un être humain, c’est une atteinte à l’Humanité. Les injures faites à Christiane Taubira sont indignes, inacceptables. Elles ont un relent d’un passé qu’on croyait révolu. Il nous faut lutter contre toutes les fausses idées et celle en particulier qui rend l’étranger responsable des misères de ce pays. Face à une société devenant peu à peu fascisante, ce samedi 9 novembre, des citoyen-nes avec leurs divergences, en dehors des partis, ont décidé de se mobiliser contre ces idées extrémistes de droite. Cette crise morale et idéologique touche d’ailleurs aussi l’Europe. Il s’agit de résister ensemble, en espérant que les partis et la gauche en particulier rejoindront ce mouvement citoyen pour lutter ensemble contre cette haine raciste qui gangrène la société.

Les élu(e)s EELV : Joëlle Anton Michel, Claude Carbonnell, Carmen Heumann.


Changement dans la continuité ?

Depuis l’élection du président de la république, il y a 19 mois, en dehors d’un nouveau style de communication assez incompréhensible, qu’est ce qui a changé en France ? Le pouvoir d’achat a légèrement baissé, le dialogue social ne s’est pas amélioré, l’optimisme des ménages n’est pas au beau fixe, la relance de l’emploi se fait attendre. Et que dire de la méfiance des français vis-à-vis de la chose publique ? Le mal être et la fronde gagnent les citoyens. Les médias attisent les aspects négatifs sans valoriser les aspects positifs. Nous souhaitons un plus fort rassemblement des énergies et compétences, dans la construction et la proximité. Ils existent ces citoyens engagés et dévoués, qui sans renier les actions positives du passé, peuvent apaiser et innover pour un avenir agréable. Ils oeuvrent tous ces acteurs qui veulent et savent faire, avec enthousiasme et espoir.


Les élus Modem :Jean-Marie Orihuel, Josyane Royère, Michèle Cassand

Soyons les garants de notre République !

Les comportements et propos antirépublicains et racistes à l'encontre de qui que ce soit doivent être condamnés. Les valeurs de notre République doivent être respectées. Les calomnies n'ont jamais fait grandir la démocratie. La couleur de peau, l'appartenance religieuse, le choix d'aimer quelqu'un du même sexe ne suffisent pas à expliquer les dérives d'une partie de la société française. Les réseaux sociaux sont un fait de société mais force est de constater qu'ils ouvrent la porte à des dérapages inqualifiables ! A Paris on siffle un Président de la République, à Aubagne on écrit des inepties et des mensonges sur un Maire... Face à cette droite haineuse et intolérante, la majorité municipale réaffirme avec force et vigueur les valeurs fondamentales de notre République !

Groupe socialiste et Radical de Gauche : Patrick Arnoux, Gérard Rampal, Nicole Flouret, David Zeitoun, Stéphanie Harkane, Maurice Julien, Benjamin Durand, Fadela Ghassoui, Hélène Lunetta, Jacques Athias, Arthur Salone.


 

Expression du 8 novembre 2013


Services publics : une ligne de force pour rêver demain.

La création d’un collectif citoyen d’observation et d’actions pour le service public, le 17 octobre dernier, est un événement politique au sens noble du terme. Cette initiative, à l’échelle de notre territoire, s’inscrit dans une logique de société à contre courant du déferlement libéral qui a causé, en 30 ans, tant de dégâts en France et en Europe. Derrière les notions « de droits fondamentaux », « d’égalité des citoyens », de « traitement équitable des territoires », ce sont des réponses réalistes aux maux de notre époque, que l’on dessine. Il ne s’agit pas d’utopie, ce modèle était celui là-même qui a sorti la France de l’ornière à l’issue de la seconde guerre mondiale, on ne le rappellera jamais assez. Reste sans doute à le réinventer, à l’aune des progrès techniques, des spécificités locales, de l’évolution des moeurs. C’est en tout cas un formidable projet pour toute une génération en quête de sens, pour qui la société de l’argent roi est un cauchemar éveillé.

Front de Gauche Aubagne citoyenne et solidaire : Jean-Claude Cuisinier

Ici, malgré les difficultés…

Grains de sel arrive et déjà Le Très Grand Noël se prépare. Ainsi va Aubagne, une ville moyenne où il fait bon vivre, malgré les difficultés du moment au plan national. Car ce dynamisme ne concerne pas uniquement le champ culturel. Il se traduit ces derniers temps par le développement des zones des Paluds et de Napollon, la création de La Boussole, le feu vert donné à l’aménagement des Gargues, les nombreux programmes de logements répartis sur le territoire communal… Une ville qui investit, qui construit, cela a bien évidemment un coût, mais celui-ci contribue à accroître le patrimoine collectif des Aubagnais, pour un meilleur bien-être. Un coût maîtrisé, comme le montre la validation cet été, par la Chambre régionale des comptes, des économies de fonctionnement que nous avons décidées, sans réduire le service aux habitants et sans augmenter les impôts locaux.

Groupe socialiste et Radical de Gauche : Patrick Arnoux, Gérard Rampal, Nicole Flouret, David Zeitoun, Stéphanie Harkane, Maurice Julien, Benjamin Durand, Fadela Ghassoui, Hélène Lunetta, Jacques Athias, Arthur Salone.

Le MoDem pour un mieux vivre ensemble au-delà des différences..

Beaucoup de gens ont le sentiment d'être abandonnés et voient grandir en eux une colère froide. On leur parle de métropoles et de droit du sol, alors qu’ils sont dans la gestion des fins de mois trop difficiles. Ils n’ont ni un bon moral, ni une vision optimiste sur leur avenir et celui de leurs proches. Ils vivent un sentiment d’injustice fiscale. La vie devient extrêmement dure et violente. Alors vont-ils pour autant renoncer à leurs potentialités citoyennes ? A Aubagne, il est possible d'intervenir pour améliorer son quotidien. Dans la majorité « arc en ciel », les démocrates proposent aux Aubagnais d’être acteurs de leur ville, en se rassemblant au-delà des différences pour plus d’emploi, plus de services, de l’écoute active et une plus grande participation de chacun au destin commun.


Les élus Modem :Jean-Marie Orihuel, Josyane Royère, Michèle Cassand

La transition énergétique est devenue incontournable.

Les députés ont voté l’instauration d’une contribution climat énergie (CCE) dans le budget 2014, une taxe carbone revisitée qui va monter en puissance d’ici 2016 pour financer une diminution du coût du travail. Il s’agit d’augmenter progressivement les taxes intérieures sur la consommation des produits énergétiques polluants, en fonction de leurs émissions de CO2. Pour la première fois, nous allons avoir une composante carbone dans notre fiscalité. C’est une avancée dans l'objectif d'un verdissement de la fiscalité. La taxe actuelle sur les carburants et sur le fioul domestique sera cependant globalement maintenue au même niveau l’an prochain afin d'assurer une transition équitable. Elle n’augmentera que sur le fioul lourd, le gaz naturel et le charbon. Il est dommage que ce ne soit que par la fiscalité que l'on puisse faire avancer les choses. Mais la transition énergétique est devenue incontournable. Les intérêts installés sont bousculés et c'est inévitable.

Les élu(e)s EELV : Joëlle Anton Michel, Claude Carbonnell, Carmen Heumann.


 

Expression du 25 octobre 2013


Oui, il fait bon vivre à Aubagne !

Au moins un avis fait l'unanimité sur les bancs de la triste opposition : il ne se passe jamais rien à Aubagne. Inutile de vous dire à quel point ils se trompent. Mais cela n'est jamais que le reflet de cette volonté de faire peur, de semer le doute, d'emporter notre population vers la tristesse et la désolation Citons par exemple : la programmation exceptionnelle de Marseille Provence 2013 a fait vibrer la population de notre territoire, Argilla a eu un incroyable succès et le Pompidou mobile a mis l'art contemporain à la portée de tous, gratuitement ! Et déjà Grains de sel pointe le nez comme le coup d'envoi d'un temps de Noël que nous voulons riche en animation et en participation. Le temps du Magic mirror et de la patinoire arrive avec son lot de surprises et de merveilles, pour sortir de ce marasme entretenu. Alors taisez-vous les tristes, Noël sera blanc, comme notre pure volonté de donner du bonheur aux Aubagnais !.

Groupe Aubagne Citoyenne et Solidaire, société civile :Pierre Rodeville, Barbara La Barbera, Virginie Makeeff, André Sinet, Marie-Georges Pruneau.

Quels hypocrites !

Sans les multiples recours juridiques déposés par la droite aubagnaise - tous déboutés par la Justice - les travaux du tramway auraient dû débuter en novembre 2012. Ils n’ont pu commencer qu’en février 2013. Ce sabotage coûteux, n’est pas seulement inutile - le tramway avance - il constitue un véritable déni de démocratie. Les Aubagnais se sont clairement exprimés sur le projet, dans le cadre légal de l’enquête publique : 69% d’opinions favorables au tramway, qui ont justifié l’« Avis favorable sans réserve », des commissaires indépendants nommés par le Préfet. Aujourd’hui, les perdants jurent qu’ils ne sont pour rien aux pénalités de retard… mais ils ont déposé un recours auprès du tribunal administratif (il sera examiné en avril prochain), aux côtés de l’Union Patronale 13, hostiles au tramway d’Aubagne car partisans de la métropole. Quels hypocrites !

Groupe socialiste et Radical de Gauche : Patrick Arnoux, Gérard Rampal, Nicole Flouret, David Zeitoun, Stéphanie Harkane, Maurice Julien, Benjamin Durand, Fadela Ghassoui, Hélène Lunetta, Jacques Athias, Arthur Salone.

MoDem et montée des votes extrémistes.

Quand la fièvre monte trop, le malade convulse. Rares sont les familles qui n’ont pas de chômeur, tout le monde connaît des jeunes diplômés qui n’arrivent pas à s’insérer sur le marché de l’emploi, et que reste-t-il dans ces conditions aux jeunes sans diplômes ? L’argent manque dans une majorité de familles et souvent cruellement. D’où des convulsions dangereuses pour le pays. Faire croire qu’on va mettre les immigrés à la porte, sortir de l’euro et de l’Union européenne, focaliser les passions sur l’Islam, et que tout ira bien est très dangereux. Une fois qu’elles ont fait flamber ces obsessions et ces votes, quel avenir proposent es thèses extrémistes ? Aucun. Il faut une réponse politique nouvelle. Il faut une certitude de roc, qui n’a pas besoin d’être agressive, il faut un môle de stabilité, de réformisme, et de rassemblement. C’est ce que la majorité de gestion arc en ciel offre et continuera d’offrir pour le prochain mandat municipal.

Les élus Modem :Jean-Marie Orihuel, Josyane Royère, Michèle Cassand

Combats essentiels.

Il y a eu des marches, des combats pour les égalités, dont de nombreux ont été gagnés. Harlem Désir, Rosa Park, les « femens », et bien d'autres, mènent des combats indispensables pour faire grandir l'Humanité Ces actions, symboliques, sont les signes d'une humanité en marche.Progrès qui ne sont rendus possibles qu'en temps de paix, de sécurité et de confort partagé.La montée du fascisme et du chacun pour soi, vont rendre ces combats de plus en plus difficiles. Là où le chômage, la précarité et la faim surviennent, les bas instincts reviennent. Egoïsme, jalousie, violence, clientélisme, constituent ;alors le terreau où prospèrent les vendeurs d'armes et les exploitants de la démagogie.Fleurissent alors les beaux parleurs, les réponses faciles, le populisme qui ne s'est jamais encombré des symboles du progrès. Recentrons nos priorités, rappelons que la politique, c'est avant tout assurer une existence décente à chacun.

Les élu(e)s EELV : Joëlle Anton Michel, Claude Carbonnell, Carmen Heumann.


 

Expression du 11 octobre 2013


La chambre des comptes délivre à Aubagne son brevet d’honnêteté.

Le rapport de la Chambre régionale des comptes est le fruit de 3 ans de travail pendant lesquels chaque document comptable de la commune a été scruté par les experts de cette honorable institution. Et qu’ont-ils trouvé ? Rien de nouveau. Notre ville persiste à soutenir l’activité économique, les associations, développe la solidarité et l’emploi quand le chômage est à son zénith, contrairement aux directives libérales que portent la Commission européenne ou le FMI. Mais ce rapport aura au moins le mérite de souligner un point essentiel à mes yeux : la parfaite honnêteté de la municipalité. En effet, sur les rapports que la chambre a rendus en 2012-2013 dans notre région, onze (!) ont été suivis par la saisine du Procureur de la République pour des faits délictueux. Rien de cela chez nous, et on pouvait lire de la déception sur le visage des deux leaders de l’opposition aubagnaise. Ça ne les empêchera pas de continuer à nous dénigrer… et nous, de construire..

MRC, Aubagne citoyenne et solidaire : Christian Faglia.

Des investissements pour les Aubagnais.

La Chambre Régionale des Comptes a analysé la gestion de la Ville et établi un rapport débattu en conseil municipal. A aucun moment ce rapport n’a mis en cause l’honnêteté et l’intégrité des élus. De même, il ne comporte aucune critique ou remarque sur d’éventuelles irrégularités touchant aux procédures de marchés publics, à l’attribution de subventions ou à la gestion du personnel. La Chambre a, certes, comme elle le fait pour de nombreuses villes dont Marseille, critiqué l’endettement de la Ville. Nous contestons le montant de la dette retenu car il ne tient pas compte de la procédure engagée contre la banque RBS. Pour le reste, l’endettement est indispensable et justifié par les investissements faits pour les Aubagnais. Enfin, la Chambre tord le cou à une affirmation constante de l’opposition : dans son rapport, elle indique que le taux de la taxe d’habitation à Aubagne est inférieur au taux moyen communaux constaté dans les Bouches-du-Rhône.

Groupe socialiste et Radical de Gauche : P. Arnoux, G. Rampal, N. Flouret, D. Zeitoun, S. Harkane, M. Julien, B.Durand, F.Ghassoui, H. Lunetta, J. Athias, A. Salone.

Le MoDem pour des résistances prérévolutionnaires.

Nous avons accueilli Jean Lassalle, le député « qui marche » à Aubagne. Depuis le 10 avril 2013, il marche. Presque 30 à 40 kilomètres par jour. Un périple entrepris depuis l’Assemblée nationale. Jean Lassalle, député Modem des Pyrénées-Atlantiques, assume la singularité de son action qu’il dénomme comme « une action de combattant, de résistant ». Et recueille sur son parcours les doléances – « Les cahiers de l’espoir » - d’une France en crise qu’il pense être « en période prérévolutionnaire ». Nous, élus centristes et de rassemblement aubagnais, faisons ce chemin de la rencontre de l’autre dans ses différences. Nous souhaitons par une écoute active et une passion de l’engagement, créer chez le plus possible de citoyens, une volonté à œuvrer au-delà des clivages. Nous voulons bâtir, à notre échelle, un monde plus juste, où les dogmes de l’argent roi et des profits qui prévalent sur l’humain dans nos sociétés dépressives seront combattues par des motivations citoyennes. La libre entreprise n’est pas à remettre en cause tout au contraire, il faut elle aussi la dynamiser. 

Les élus Modem : Jean-Marie Orihuel, Josyane Royère, Michèle Cassand. 

Les dernières chances.

Le volet I du cinquième rapport du GIEC, rendu public ce vendredi 27 septembre, confirme et aggrave le diagnostic sur le changement climatique. Le réchauffement de la planète, dont le GIEC confirme une nouvelle fois l’origine humaine, se poursuit et s’accélère sur les trois dernières décennies. Les impacts attendus sont conséquents. Selon le GIEC, l’augmentation de la température moyenne du globe la planète pourrait aller jusqu’à + 4,8 °C avant 2100. Les mots ne suffisent plus. Le GIEC, dans son scénario le plus sobre, indique qu’il est encore possible de limiter le réchauffement global en dessous de 2°C à la fin du siècle. Les actions et les efforts à engager pour y parvenir sont connus. Ils ne peuvent plus être retardés, comme si renvoyer le problème à plus tard pouvait laisser croire qu’il se résoudra tout seul. Nous sommes dans le temps des dernières chances d'éviter un bouleversement. Il est impérieux de les saisir. 

Les élu(e)s EELV : Joëlle Anton Michel, Claude Carbonnell, Carmen Heumann.

 

Expression du 27 septembre 2013


Aubagne, la vitalité en toutes saisons.

Après un très bel été, festif, convivial et fraternel, l’automne à Aubagne sera constructif, solidaire, sans oublier des rassemblements auxquels les Aubagnais, grands et petits tiennent beaucoup. Cette année encore, la fête des associations a permis de mesurer la solidité d’un tissu associatif qui est si nécessaire quand il faut renforcer le lien social pour faire face collectivement aux difficultés ; l’ouverture de la maison PauleAbric, accueillera des femmes et leurs enfants, pour répondre à des détresses dont on comprend l’ampleur quand on connaît les statistiques de la violence conjugale dans notre pays. Enfin, la 30e fête de la paix sera une réussite au vu du programme concocté par ses organisateurs, c’est en tout cas un pari que je fais sur l’avenir, devant rendre ces lignes à la veille de cette manifestation. Le pari n’est toutefois pas très risqué quand on connait Jean-François Bernardini, son immense talent et son engagement en faveur de la non-violence.

Front de Gauche Aubagne citoyenne et solidaire Jean-Claude Cuisinier

Notre pays a plus besoin de réformes que d’une politique fiscale.

Le budget 2014 présenté par le gouvernement n'est qu'une accumulation de mesures comptables qui se retournent contre presque tous les Français. La réduction des dépenses publiques est beaucoup plus faible qu’annoncée. Le budget de l’État est juste stabilisé. Les hausses des prélèvements, indispensables pour l’année prochaine, ne pourront plus cibler les entreprises. Elles sont concentrées sur les Français au premier rang desquels figurent les familles et les retraités. Une fois de plus, il s’agit d’une accumulation de mesures comptables, de petites ou moyennes économies prises ici ou là, sans vision d’ensemble. Ce n’est pas la politique fiscale dont notre pays a besoin. Sans réforme profonde du fonctionnement de l’État, sans simplification des procédures et des normes, sans un franc soutien à la production française, la croissance ne repartira pas et le chômage ne se stabilisera que par la multiplication des emplois aidés.

Les élus Modem : Jean-Marie Orihuel, Josyane Royère, Michèle Cassand. 

La sécurité partout et pour tous…

Notre groupe a toujours considéré qu’il n’existait aucun sujet tabou, et encore moins celui de la Sécurité. Il s’inscrit dans une majorité municipale progressiste, respectueuse de ses engagements, y compris en matière de tranquillité publique : renforcement humain et matériel de sa police municipale, permanence des actions de prévention et de présence humaine, complémentarité avec la Police Nationale. Nos concitoyens méritent d’être écoutés et entendus sur leurs légitimes inquiétudes, leurs demandes prises en compte et étudiées dans une démarche de démocratie participative, y compris sur le sujet de l’implantation de la vidéosurveillance. Nous appelons les partis républicains à ne plus faire de la Sécurité un sujet de politique politicienne, ouvert à la démagogie des extrêmes et des populistes. Des propositions communes pourraient être formulées dans l’intérêt de notre population : renforcement des effectifs de la Police Nationale et réalisation programmée d’un nouveau commissariat.

Groupe socialiste et Radical de Gauche : P. Arnoux, G. Rampal, N. Flouret, D. Zeitoun, S. Harkane, M. Julien, B.Durand, F.Ghassoui, H. Lunetta, J. Athias, A. Salone.

Une loi pour un Accès au Logement et un Urbanisme Rénové.

Forte augmentation des prix, pénurie de logements, baisse du pouvoir d’achat des ménages : la crise du logement est devenue insupportable. Pour nous, le logement n’est pas une marchandise. La loi pour l’Accès au Logement et un Urbanisme Rénové (ALUR) présentée par Cécile Duflot pose les bases d’une régulation plus juste et plus efficace des marchés du logement. Avec cette loi, la gauche et les écologistes montrent que, malgré la crise, des avancées écologiques et sociales peuvent encore être obtenues. Deux mesures phares du projet de loi ALUR : la garantie universelle des loyers (les bailleurs verront le paiement de leurs loyers garanti.) et l’encadrement des loyers, qui donnera de nouveaux droits aux locataires du parc privé pour faire baisser les loyers indécents. Ces mesures vont conforter notre équipe municipale dans l'objectif ambitieux qu'elle s'est fixé en matière de logement.

Les élu(e)s EELV : Joëlle Anton Michel, Claude Carbonnell, Carmen Heumann.

 

Expression du 13 septembre 2013


Emplois d’avenir : l’Etat et la Ville main dans la main.

25 jeunes Aubagnais ont été recrutés par la Ville dans le cadre du dispositif des « emplois d’avenir », une mesure phare du gouvernement, chère au président de la République. Ces jeunes de tous les quartiers se souviendront longtemps de la signature de leur contrat de travail, le 26 août, et de ce lundi 2 septembre, date de leur embauche à la mairie. Main dans la main, l’Etat et la Ville ouvrent de nouveaux horizons aux jeunes, souvent les premières victimes de la crise du marché de l’emploi. L’espoir renaît… L’Agglo se lance dans cette direction, au côté des établissements publics et des associations qui, sur le territoire, ont récemment embauché plus de 100 jeunes. Espérons que les entreprises du secteur marchand prendront toute leur place dans ce dispositif des « emplois d’avenir » qui les concerne également.

Groupe socialiste et Radical de Gauche :Patrick Arnoux, Gérard Rampal, Nicole Flouret, Arthur Salone, David Zeitoun, Stéphanie Harkane, Maurice Julien, Benjamin Durand, Fadela Ghassoui, Hélène Lunetta, Jacques Athias.

Retraites : quid d’une reforme de fond ?

Les Ecologistes souhaitent inscrire cette réforme dans la globalité de notre modèle de protection sociale incluant le financement du chômage, la perte d’autonomie, la politique familiale. Nous avons 4 objectifs principaux: plus de justice sociale, un système pérenne dans une perspective de croissance nulle ou très faible, un rapport au travail repensé (comment le partager et le répartir au long de la vie), l’instauration progressive d’un revenu universel. L’allongement de la durée de cotisation ne répondra pas aux problèmes du financement. Elle induit la logique du « travailler toujours plus » alors que jeunes et seniors sont frappés par le chômage. Ce chantier doit dans l’immédiat plancher sur l’augmentation des pensions pour les plus pauvres, la solidarité entre les différentes catégories et une taxation des plus riches dans le cadre du partage des richesses.(on peut aussi parler de l’évasion fiscale, facteur de régression sociale).

Les Elu(e)s (EELV) : Joëlle Anton Michel, Claude Carbonnell,Carmen Heumann. 

MoDem, Centre, Droite et Gauche

La démarche de Jean-Louis Borloo et de François Bayrou de rassembler le Centre, est pour les Démocrates sociaux du Modem que nous sommes, un exercice difficile, car sur Aubagne une partie de la droite locale et un membre de l’extrême droite se sont travestis en Centre, pour une simple quête de pouvoir. Hors de question pour nous de positionner à droite le MoDem. Nous sommes et devons rester indépendants des deux grands blocs qui clivent nos concitoyens. Ce qui ne nous empêche pas de poursuivre des partenariats de gestion avec la gauche (comme nous le faisons et le ferons à Aubagne dans « la majorité arc en ciel ») et/ou la droite comme cela se pratique et se pratiquera dans d’autres communes, pour des initiatives et des gouvernances d’intérêt général. Nous avons un projet de rassemblement local au delà des frontières partisanes, fondé sur la proximité, l’écoute active, la démocratie locale, le pragmatisme et l’humanisme.

Les élus Modem : Jean-Marie Orihuel, Josyane Royère, Michèle Cassand. 

Une ville de résistance

Ça y est, c'est de nouveau la rentrée avec tout ce que cela suppose : reprise de l'école pour les plus jeunes et retour au travail pour les plus âgés. Les activités diverses et variées sont de nouveau à l'ordre du jour. Et à Aubagne que se passe-t-il ? Trophées sportifs, Fête des associations, Fête de la paix et toujours l'expo Picasso et le Pompidou mobile. De quoi satisfaire tous les goûts. La vigilance de la Ville à permis à deux classes de nos écoles primaires d'ouvrir pour un meilleur bien être de nos enfants. Malgré un contexte difficile, avec l'augmentation du chômage, la baisse du pouvoir d'achat et malgré la menace de la métropole qui nous ferait perdre nos acquis (gratuité des transports ) nous sommes et restons une ville de résistance et faisons tout pour qu'il fasse bon vivre dans notre ville d’Aubagne.

Groupe Aubagne Citoyenne et Solidaire, société civile : Pierre Rodeville, Barbara La Barbera, Virginie Makeef, André Sinet, Marie-Georges Pruneau.

 

Expression du 28 juin 2013


Le fantôme vous salue bien !

Aux dires de certains, Aubagne serait devenue une ville fantôme ! Jugez plutôt : plus de 40 événements prévus, pour tous les publics, pendant les mois de juillet et août, dans tous les quartiers, du Charrel à Beaudinard, du Pin Vert à La Tourtelle. L’exposition Picasso, le Pompidou mobile, Argilla, Festimôme, un opéra en direct du festival d’Aix… Autant de manifestations où les Aubagnais côtoieront les milliers de visiteurs que notre ville accueille chaque été. Bien sûr, avec Marseille-Provence 2013, cet été prendra une tournure un peu particulière, mais sans perdre de vue son authenticité et sa convivialité. « Aubagne ville fantôme », ce n’est qu’une outrance de campagne électorale. S’agissant de notre commune, l’argument prête plutôt à sourire. Mais sur d’autres questions, l’outrance peut faire beaucoup de mal : souhaitons que cet exemple serve de leçon à celles et ceux qui sont tentés d’en abuser.

MRC Aubagne Citoyenne et Solidaire :Christian Faglia.


Le MoDem vous souhaite un bel été citoyen.

L’été arrive enfin avec les belles couleurs que nous aimons dans notre ciel aubagnais, dans nos collines et dans nos déterminations à davantage y travailler au sein de la majorité arc en ciel. Les crises économiques et sociétales sont encore là pour quelques années. Notre pays et notre commune ont besoin de poursuivre les choix du rassemblement et de l’engagement humaniste, pour mieux y résister. Les politiques d’aménagement de notre ville, le travail incessant pour davantage de solidarité entre tous ses habitants, la bonne qualité du service public local et l’écoute de vos élus se poursuivront dans les années à venir. L’été est une période de détente et de remise à niveau de notre énergie vitale, mais aussi de nos énergies citoyennes. Ne nous laissons pas aller au pessimisme, nous avons à bâtir ensemble le monde de demain. Nous le pouvons ensemble. Nous vous souhaitons le plus de tonus citoyen possible.

Les élus Modem : Jean-Marie Orihuel, Josyane Royère, Michèle Cassand.

Non à l’accord de libre-échange Europe/Etats-Unis

On ne peut se satisfaire de l’exclusion de l’exception culturelle des négociations quand les services publics, les droits sociaux, l’agriculture, les OGM, les marchés publics, les normes environnementales et sanitaires…seront eux inclus dans un accord qui renforcera le pouvoir des firmes face aux politiques publiques. Les états européens, le gouvernement Hollande, renoncent à se défendre contre l’extension du modèle étasunien à l’Europe. L’absence de transparence sur ces négociations, les risques pour notre économie, la dérégulation des marchés et leurs conséquences pour notre société sont un déni scandaleux de démocratie. Les premières victimes en seront les citoyen-nes européen-ne-s. Les écologistes dénoncent ces négociations. Ils vont engager des alliances transatlantiques pour stopper cet inacceptable marché unique bilatéral dominé par la finance et les multinationales au détriment des peuples de notre planète

Les Elu(e)s (EELV) : Joëlle Anton Michel, Claude Carbonnell,Carmen Heumann. 

Un enfant du peuple

Une figure du socialisme s’est éteinte le 7 juin, à l’âge de 84 ans. Pierre Mauroy, maire de Lille pendant 28 ans, fut le premier chef d’un gouvernement de gauche, à l’élection de François Mitterrand en 1981. L’histoire de ce fils d’instituteur, se confond avec celle de la gauche. Il est entré dans l’histoire pour avoir été l’artisan de grandes conquêtes sociales et de libertés nouvelles. Il fut l’un de ceux qui ont pensé et mis en œuvre l’union de la gauche. Parmi les nombreuses avancées sociales votées sous sa direction figurent l’abolition de la peine de mort, la dépénalisation de l’homosexualité, la retraite à 60 ans la cinquième semaine de congés payés, les 39 heures de travail hebdomadaire sont les principales. Nous lui rendons hommage en pensant à lui. Le nom de Pierre Mauroy restera attaché à de belles vertus : la générosité, le sens de la solidarité, la simplicité des mœurs

Groupe socialiste et Radical de Gauche : Patrick Arnoux, Gérard Rampal, Nicole Flouret, Arthur Salone, David Zeitoun, Stéphanie Harkane, Maurice Julien, Benjamin Durand, Fadela Ghassoui, Hélène Lunetta, Jacques Athias.

Expression du 14 juin 2013

L’austérité n’est pas un projet

Parler d’avenir à des jeunes qui « galèrent » dans leur quotidien,ce n’est pas choisir la facilité, beaucoup ne s’y seraient pas risqués. Et pourtant, les quatre réunions organisées dans les quartiers d’Aubagne, sur l’emploi, ont fait salles combles. Sans doute parce que nos élus ont un dialogue direct, en confiance, avec les citoyens, mais aussi parce qu’ils font le lien entre emploi, croissance, et les investissements de la collectivité. Le message a été parfaitement compris : ici, face au chômage, on ne baisse pas les bras, on y fait face ensemble. C’est notre réponse à l’austérité généralisée qui va à contre-courant de tout progrès, et prive des millions de jeunes, ici et en Europe, de la moindre perspective. La ville est un échelon essentiel de la société, habiter à Aubagne quand on est jeune, ce n’est pas la même chose qu’être livré à soi-même dans un quartier délaissé par ses élus ou les services publics. Nous en avons encore fait la démonstration, sur le sujet le plus sensible qui soit

Aubagne Citoyenne et Solidaire, Front de Gauche :Jean-Claude Cuisinier.


Métropole : un manquement à la démocratie.

Nous dénonçons le vote du sénat qui nous impose la métropole Aix-Marseille Provence. Nous remercions les sénatrices et sénateurs qui se sont opposés au texte mais, nous sommes profondément contrariés du vote majoritaire des sénateurs socialistes. Ils ont refusé de suivre notre projet alternatif, symbole de l’unité des 109 maires opposés au projet. Ne pas tenir compte de l’avis des élus locaux et de leurs populations est un manquement grave à la démocratie. Seul un effort sans précédent de l’État permettra d’apporter des réponses à la crise que traverse Marseille et son agglomération. Nous devons poursuivre le combat dans l’unité qui est la nôtre, l’ensemble des opposants à cette métropole imposée doivent continuer à aller à la rencontre de la population qui ne trouvera aucune réponse positive dans cette loi.

Groupe socialiste et Radical de Gauche : Patrick Arnoux, Gérard Rampal, Nicole Flouret, Arthur Salone, David Zeitoun, Stéphanie Harkane, Maurice Julien, Benjamin Durand, Fadela Ghassoui, Hélène Lunetta, Jacques Athias.

Le MoDem pour une plus forte démocratie locale au-delà des clivages.

Le maire d’Aubagne, en ouvrant sa majorité en 2008 au MoDem, a permis la création d’une démarche locale de partenariat actif au-delà des idéologies et des étiquettes politiques. Avec notre identité politique centriste, nous travaillons dans un dialogue le plus consensuel possible avec nos partenaires de la majorité, pour l’intérêt général. Pour les prochaines élections municipales, les élus et militants du MoDem aubagnais participeront au mieux à l’élaboration de l’avancée de notre commune dans un avenir constructif et de rassemblement. Nous souhaitons davantage d’implication des habitants et des élus dans les codécisions à venir. Certaines habitudes décisionnelles sont encore à modifier pour que les citoyens soient davantage acteurs de leur destin local. Une mise en commun du plus possible de compétences et de volontés de tous les Aubagnais au-delà des clivages historiques doit se renforcer.

Les élus Modem :Jean-Marie Orihuel, Josyane Royère, Michèle Cassand.

Préservation de notre patrimoine arboricole urbain.

Dans les années 80, les platanes de la route de Cuges ont été enlevés et puis, semble-t-il, replantés à Nîmes. Dans les années 90, ceux de l’ancien boulodrome ont été transplantés sur l’allée « piétonne » du stade de Lattre. Les travaux du tram au niveau du collège prévoyaient l’abattage des platanes. Heureusement un platane du rond-point Luther King a pu être sauvé in extremis, grâce à une intervention de citoyens vigilants et d’élu(e)s. Lors de la concertation pour l’aménagement du Cours Foch, les Aubagnais-ses ont demandé la préservation des arbres. L’arbre dans la ville est un agrément paysager, un bonheur en été, un régulateur, et avant tout un patrimoine légué par celles et ceux qui les ont plantés pour toutes ces raisons il y a bien longtemps. Projet d’aménagement et patrimoine ne doivent pas s’opposer. Toute notre inventivité sera de construire l’un avec l’autre. "Auprès de mon arbre, je vivais heureux…" comme dit la chanson.

Les Elu(e)s (EELV) : Carmen Heumann. 

Expression du 31 mai 2013

Mariage pour tous 

Même si trop nombreux sont ceux qui aimeraient la voir se scléroser, la société évolue et s'ouvre à la différence et donc à la Liberté d'être comme on est et non comme on voudrait que nous soyons. Les prémices de la dernière guerre mondiale avaient été marqués par la chasse aux handicapés et aux homosexuels. Et on connaît la suite... Aujourd'hui, le gouvernement, qui ne fait pas que des bonnes choses, nous propose une véritable évolution de la société en brisant la barrière judéo-chrétienne du mariage qui a soumis la femme durant des millénaires. Et c'est une bonne chose qui établit enfin une égalité pour toutes les formes de couples devant l'amour. Alors laissons l'homophobie aux réactionnaires et réjouissons-nous que l’une des devises de la République soit au cœur du débat national : l'Egalité.

Groupe Aubagne Citoyenne et Solidaire, société civile : Pierre Rodeville, Barbara La Barbera, Virginie. Makeeff, André Sinet, Marie-Georges Pruneau. 


Liberté pour les logiciels 

Nos sénateurs examinent une loi visant à favoriser l'usage des logiciels libres dans les administrations. Mais de quoi s'agit-il ? Un logiciel libre est un programme, comme ceux utilisés dans les PC et les i-bazar dont l'écriture interne est obligatoirement publique, modifiable et copiable à volonté. Tout le monde n'a pas les compétences pour le faire, mais chacun peut demander à un informaticien de l'adapter à ses besoins. Un logiciel prévu pour la gestion des parkings de Berlin peut être modifié pour celle des parkings d'Aubagne. Plus un logiciel est utile à différentes personnes, moins il sera cher car le coût est réparti ; certains sont gratuits comme Firefox, Linux. L'adaptation et la vente se font par les entreprises locales, qui connaissent leurs usagers. Les gratuits se trouvent sur Internet. Personne ne peut se les approprier ou en interdire l'usage comme cela s'est vu sur certaines tablettes. Liberté, économie, indépendance technologique et commerciale, emploi local, autant de valeurs soutenues par EELV.


Les élu(e)s EELV : Joëlle Anton Michel, Claude Carbonnell, Carmen Heumann. 

Le MoDem pour des « conseils d’union municipale ».

En attendant un hypothétique gouvernement d'union nationale, pourquoi ne pas imaginer des «conseils d'union municipale» pour 2014 dans le plus de villes possibles ? Cette question, le MoDem qui appelle depuis des années à dépasser les clivages partisans, la pose très sérieusement. La question des prochaines municipales, ce n'est pas «de faire la fête» au Président de la République. Pour nous, 2014 ne doit pas devenir un référendum pour ou contre le gouvernement. Il s'agit juste de choisir le meilleur maire et la meilleure équipe dont chaque ville a besoin. Pour Aubagne, le MoDem national nous a donné accord pour poursuivre le partenariat de gestion gauche-centre-société civile, que nous souhaiterions étendre à des personnalités compétentes, partageant nos valeurs républicaines, humanistes et de solidarité, provenant d’autres horizons.

Les élus Modem : Jean-Marie Orihuel, Josyane Royère, Michèle Cassand 

Se former est un droit 

La formation continue n'a plus la côte chez les 36/64 ans alors qu'elle représente 32 milliards d'euros. Chaque année, 160 000 jeunes décrochent du système scolaire sans formation et 460 000 offres d'emplois ne sont pas satisfaites. La formation professionnelle apparaît sans lien réel avec les problématiques économiques du pays. Notre région y consacre 900 millions d'euros. Former et se former s'est ouvrir une perspective ; c'est un DROIT. La Boussole, qui regroupera à la rentrée de septembre tous les moyens d'aide aux chômeurs et travailleurs, doit être une courroie de transmission avec les services publics de l'emploi. Elle se doit de convaincre, au delà des conventions d'embauche dans les marchés publics, les entreprises à assurer leur avenir au travers des contrats de génération et d'avenir qui se mettent en place.

Groupe socialiste et Radical de Gauche : Patrick Arnoux, Gérard Rampal, Nicole Flouret, Arthur Salone, David Zeitoun, Stéphanie Harkane, Maurice Julien, Benjamin Durand, Fadela Ghassoui, Hélène Lunetta, Jacques Athias. 
 

Expression du 17 mai 2013

Les deux Aubagne 

Deux visages : d’un côté l’inauguration de la nouvelle salle des fêtes, l’Espace des Libertés, le vernissage de l’exposition Picasso qui compteront dans les temps forts de ce printemps, comme comptera le festin proposé à plus de 600 convives sur les bords de l’Huveaune. Des milliers de personnes réunies autour d’une certaine idée du vivre ensemble, ravies d’une ville qui va de l’avant, qui refuse la morosité. De l’autre, une opposition qui tente par tous les moyens de freiner ce mouvement, qui dénigre et attaque inlassablement Aubagne plutôt que de défendre ses intérêts. La division contre le rassemblement et la solidarité : beaucoup trop d’Aubagnaises et d’Aubagnais sont dans la difficulté pour que l’on joue ainsi avec la peur du lendemain.  Se pose alors une question : quels intérêts l’opposition défendt-elle en réalité ? Au vu des alliés de circonstance qu’elle s’est trouvés pour attaquer le tramway, tous partisans de la métropole marseillaise, on a un début de réponse

Aubagne citoyenne et solidaire : C. Faglia (MRC) 

Où les choses se décident ?

La commission européenne vient de présenter un ensemble de propositions dont l’objectif est de « simplifier et renforcer la filière agro-alimentaire ». Parmi celles-ci, l’une doit simplifier l’enregistrement des semences. Cette proposition est inquiétante dans la mesure où elle sera sous le contrôle de l’industrie agro-alimentaire et chimique et qu’elle représente une réelle menace pour la biodiversité. Il faut à tout prix que nous prenions conscience que beaucoup de choses se décident à Bruxelles et Strasbourg. Or l'Europe (commission et parlement) est à droite et son pouvoir sur nos vies quotidiennes grandit sans que nous en soyons vraiment conscients. L'intérêt pour les élections européennes est faible. C'est l’une des conséquences de la vision nombriliste et franco française des médias qui vendent ce qui se lit et de nos députés qui se rassurent sur leur importance en faisant mine d'ignorer le pouvoir de l'Europe.

Les élu(e)s EELV : Joëlle Anton Michel, Claude Carbonnell, Carmen Heumann. 

Le MoDem aubagnais pour un engagement politique des jeunes.

En France, une fâcheuse tendance s’instaure depuis une vingtaine d’années. Elle consiste à conduire les grandes orientations de haut en bas en ne prenant jamais l’avis du citoyen. La constitution des métropoles s’inscrit tout à fait dans cette logique. Avec quoi et comment, fonctionneront les communes de France à l’horizon 2020 ? Leur disparition n’estelle pas déjà programmée par le seul fait qu’elles se voient peu à peu retirer leurs moyens d’action ? A l’heure de la « grande crise", le moment est-il bien choisi pour ôter leur mission quotidienne de sentinelles de la République aux conseillers municipaux et à leurs Maires. Ils entretiennent en nos territoires des liants interhumains, pour éviter l’extension des feux de forêt sociétaux qui malheureusement nous attendent. Améliorer l’emploi et les transports départementaux peut mieux se faire par des coopérations intercommunales et intercommunautaires que par une métropole administrative et éloignée des citoyens.

Les élus Modem : Jean-Marie Orihuel, Josyane Royère, Michèle Cassand 

Non, tous les élus ne sont pas pourris ! 

La France compte 557 députés, 343 sénateurs, 2040 conseillers régionaux, 38 000 conseillers communautaires, 36 635 maires, 519 417 conseillers municipaux. Plus de 99% n’ont jamais eu affaire à la Justice. Et si des brebis galeuses existent dans tous les partis, les élus de notre pays ne sont pas tous pourris, bien au contraire ! Des milliers d’élus honnêtes, sont bénévoles ou très peu indemnisés, travaillent avec la conviction de bien faire tous les jours. Mais ces femmes et ces hommes qui sacrifient souvent le temps consacré à leurs familles pour le bien commun, n’intéressent pas les médias qui vivent de cette actualité nauséabonde. Des heures d’images, des tonnes de pages, des photos parfois volées, des émissions télé ou de radio formatées l’opinion publique forge une opinion qui est fausse. Alors oui, les brebis galeuses doivent être sévèrement condamnées, mais attention au discours qui discrédite notre bien commun : la République !

Groupe socialiste et Radical de Gauche : Patrick Arnoux, Gérard Rampal, Nicole Flouret, Arthur Salone, David Zeitoun, Stéphanie Harkane, Maurice Julien, Benjamin Durand, Fadela Ghassoui, Hélène Lunetta, Jacques Athias. 
 

Expression du 3 mai 2013

Assez ! 

Alors même que le tramway du chantier est entamé, que les entreprises sont à l’œuvre, Sylvia Barthélémy attaque le projet, dont il faut inlassablement rappeler qu’il était partie intégrante du programme sur lequel notre liste avait été élue par une majorité d’Aubagnais. Pour la première fois l’UPE 13, association de patrons, pourtant muette quand il s’agit du tramway marseillais, 4 fois plus coûteux, attaque elle aussi devant le tribunal administratif. La proximité d’échéances électorales facilite les connivences, sans pour autant lever les ambiguïtés : l’UPE13 est un des farouches partisans de la métropole, Sylvia Barthélemy n’est pas son adversaire le plus audible. Où s’arrêtent les accointances ? Quand on prétend comme Mme Barthélemy « dessiner la ville de demain », demander, tout sourire, la suspension d’un chantier de cette importance – et donc l’allongement de sa durée – c’est mépriser au plus haut point le quotidien des Aubagnais. En attendant le résultat de ces attaques, c’est un sentiment d’exaspération qui domine.

Aubagne Citoyenne et Solidaire (Front de Gauche) : Jean-Claude Cuisinier

L’emploi : une priorité nationale et locale 

L’emploi, notamment l’emploi des jeunes est un engagement fort de la politique nationale. A l’échelle de notre ville et de la communauté d’agglomération aussi. Même si rien n’est facile, il est essentiel de ne pas baisser les bras et urgent de mobiliser toutes les énergies. Face à des situations personnelles souvent insupportables et injustes, c’est toute une jeunesse en quête d’avenir que nous devons soutenir. Les emplois d’avenir, les contrats de génération, les clauses d’insertion dans les marchés publics, les grands chantiers, tout sera expliqué aux jeunes et à leurs parents lors de rencontres qui se dérouleront dans les quartiers fin mai et début juin. Cette série d’initiatives sera complétée par une table ronde : « L’emploi : et si on s’y prenait autrement ? » Nous espérons vivement que chacun repartira avec des commencements de réponses à ses interrogations et ses doutes, avec de nouveaux projets en tête.

Groupe socialiste et Radical de Gauche : Patrick Arnoux, Gérard Rampal, Nicole Flouret, Arthur Salone, David Zeitoun, Stéphanie Harkane, Maurice Julien, Benjamin Durand, Fadela Ghassoui, Hélène Lunetta, Jacques Athias.

MoDem aubagnais et Métropole 

En France, une fâcheuse tendance s’instaure depuis une vingtaine d’années. Elle consiste à conduire les grandes orientations de haut en bas en ne prenant jamais l’avis du citoyen. La constitution des métropoles s’inscrit tout à fait dans cette logique. Avec quoi et comment, fonctionneront les communes de France à l’horizon 2020 ? Leur disparition n’estelle pas déjà programmée par le seul fait qu’elles se voient peu à peu retirer leurs moyens d’action ? A l’heure de la « grande crise", le moment est-il bien choisi pour ôter leur mission quotidienne de sentinelles de la République aux conseillers municipaux et à leurs Maires. Ils entretiennent en nos territoires des liants interhumains, pour éviter l’extension des feux de forêt sociétaux qui malheureusement nous attendent. Améliorer l’emploi et les transports départementaux peut mieux se faire par des coopérations intercommunales et intercommunautaires que par une métropole administrative et éloignée des citoyens.

Les élus Modem : Jean-Marie Orihuel, Josyane Royère, Michèle Cassand 

C'est fait, c'est signé, demain ils (elles) se marient 

Fiers d’avoir initié, dès 2004 à Bègles, puis activement participé à cette avancée de l’égalité des droits, les écologistes ont aussi pleinement conscience de vivre un moment historique. En rejoignant les treize pays dans le monde – dont huit Etats européens – qui ont ouvert aux couples homosexuels le droit au mariage, la France ouvre un droit majeur à celles et ceux de ses citoyens qui en étaient jusque là écartés, en ne retirant par là aucun droit à aucun-e autre. Toute grande réforme sociétale comme le furent l'abolition de la peine de mort, le droit à l'avortement, le mariage pour tous suscite bien des craintes, des angoisses, des réactions épidermiques et violentes, des propos hors champs du raisonnable. Il suffira de laisser du temps au temps et les hauts cris d'orfraie se calmeront, la vie reprenant son cours normal avec en prime une catégorie de citoyens différents par leur orientation sexuelle qui rentreront dans la normalité du droit.

Les élu(e)s EELV : Joëlle Anton Michel, Claude Carbonnell, Carmen Heumann. 

 

Expression du 19 avril 2013

530 000 élu(e)s

S’il existe quelques brebis galeuses parmi les 530 000 élu(e)s de notre pays, il faut rappeler que plus de 70% d’entre eux ne perçoivent aucune indemnité et que, dans les collectivités locales,ces indemnités représentent 0,4% du budget. Il reste que le monde politique a besoin d’être moralisé… Il faut que les élus soient en contact direct et à l’écoute de la population. Ce sera sans doute la meilleure façon pour que les femmes et les hommes de ce pays recommencent à croire en la politique. C’est possible à Aubagne en participant aux différentes réunions faites dans la ville. Sur les sujets importants, les gens pèseront sur les décisions des élus. Chacun a sa place pour les décisions qui concernent sa vie. Aussi rendez-vous lors des prochaines rencontres sur l’emploi et sur l’éducation.

Groupe Aubagne Citoyenne et Solidaire,société civile Pierre Rodeville, Barbara La Barbera, Virginie Makeeff, André Sinet, Marie-Georges Pruneau.

Être et dire vrai en politique !

Les promesses irréalistes, que les candidats aux présidentielles n’ont cessé de faire depuis vingt ans, ont conduit à une défiance des citoyens vis-à-vis des politiques et à au retour en force des sirènes des populismes. Le "pouvoir" ne dure pas quand le peuple se rend compte qu’il a été trompé et quand des mensonges et des manquements à l’éthique s’accumulent. Lorsque dans un Etat, mais aussi dans une collectivité locale, on est aux manettes, il n’est possible d’entreprendre que ce que le peuple, d’une certaine manière, accepte, même si c’est de mauvais gré. Si le peuple refuse radicalement que vous le conduisiez sur une voie donnée, on ne peut pas le contraindre. En tout cas, en démocratie. Spécialement quand le contraire avait été promis. Il y a donc un lien direct entre la mise en action de projets et la vérité dite aux citoyens. Sur Aubagne, nous nous battrons toujours pour ce contrat de vérité entre élus et citoyens.

Les élus Modem : Jean-Marie Orihuel, Josyane Royère, Michèle Cassand

Du courage pour agir 

Dans un contexte de crises, en particulier démocratique, la lutte contre l’évasion fiscale et les conflits d’intérêts est impérative. Face aux pratiques illicites, au soutien de certaines en raison de la présomption d’innocence, à l’impuissance à s’opposer aux lobbies dévastateurs de la finance et des grands groupes, le politique se discrédite aux yeux des Français. Rompre les liens qui unissent les élu-e-s avec les intérêts privés, le monde de la finance mais aussi des groupes mafieux est une ambition forte. La lutte contre les paradis fiscaux doit être traitée au niveau européen. En France, l’évasion fiscale et la fraude fiscale détournent par an des dizaines de milliards de recettes fiscales. Les conséquences de telles pratiques sont ravageuses, aggravant les déficits publics dans le monde entier, empêchant ainsi la mise en œuvre de politiques publiques d’intérêt général. Du local au global, il est temps d’agir.

Les élu(e)s EELV : Joëlle Anton Michel, Claude Carbonnell, Carmen Heumann.

Pour servir l'intérêt général

L'important n'est pas de savoir si une femme ou un homme politique est riche ou ne l'est pas, mais plutôt d'évaluer la provenance dudit patrimoine, et de vérifier qu'il n'y pas d'enrichissement indu du responsable politique durant son mandat. Il faut absolument mettre fin à cette idée qui court dans l'opinion publique selon laquelle les responsables politiques font de la politique pour s'enrichir, pour l'appât du gain, pour des privilèges. Non ! On fait de la politique pour servir l'intérêt général et au nom de valeurs et d'idéaux. Les ministres avaient déjà obligation de transmettre leur patrimoine, mais cela n'était jamais vérifié. Désormais, ces déclarations de patrimoine seront publiées. Le président de la République a annoncé plusieurs mesures, parmi lesquelles la création d'une autorité de déontologie indépendante

Groupe socialiste et Radical de Gauche : Patrick Arnoux, Gérard Rampal, Nicole Flouret, Arthur Salone, David Zeitoun, Stéphanie Harkane, Maurice Julien, Benjamin Durand, Fadela Ghassoui, Hélène Lunetta, Jacques Athias.

Expression du 5 avril 2013

SPL : autonomie et rigueur

L’eau est avant tout un bien commun non substituable, un bien indispensable à la vie. De part cet aspect vital, l’usage domestique de l’eau doit être prioritaire sur tout autre usage. Cette priorité doit être prise en compte dans la conception des politiques de gestion de cette richesse, elles-mêmes élaborées en concertation avec les citoyens. La fortune des multinationales spécialisées dans l'assainissement et la distribution de l'eau, s'est faite sur l'impôt prélevé par les collectivités, en échange d'un service facturé à des taux de rentabilité indécents. Le contribuable a payé trop cher et trop longtemps le développement tous azimuts de ces entreprises dans des domaines totalement étrangers à la gestion de l'eau. Ici, dans notre Agglo du Pays d'Aubagne et de l'Etoile, nous aurons, d'ici peu, notre propre gestion de l'eau Cette autonomie est une victoire. En retour, elle nous impose une gouvernance rigoureuse, seule garante de son succès.

Les élu(e)s EELV : Claude Carbonnell, Carmen Heumann, Joëlle Anton-Michel.

Un budget pour l’emploi

Le budget d’une collectivité est un levier essentiel pour développer le dynamisme d’un territoire. Nous en faisons un fois de plus la démonstration en 2013, à travers le budget de la commune. Au-delà de nos propres investissements, les chantiers qui bénéficient à notre ville se chiffreront en dizaines de millions d’euros cette année, dans le domaine des transports et du logement notamment. C’est forcément une excellente nouvelle pour l’économie, pour l’emploi. Ce qui semble une prouesse en temps de crise, n’est rien d’autre que la démonstration du rôle moteur que jouent les collectivités, et qu’on oublie trop souvent. En préférant contribuer à la croissance plutôt qu’à l’austérité, Aubagne choisit délibérément la confiance dans son avenir, et n’alimentera pas le pessimisme ambiant. D’autres préfèrent abuser des discours catastrophistes, et jouent dangereusement la peur du lendemain: pour ne pas avoir compris les Aubagnais, ils sont, et resteront, minoritaires.

MRC Aubagne citoyenne et solidaire Christian Faglia.

Le centrisme, alternative des populismes 

Le centrisme est une vision sociétale, philosophique et politique. Il contribue à bâtir des majorités de gestion et combat ces insidieux mensonges humains et intellectuels que sont les populismes. Rassembler dans un monde où tout est fait pour cliver, c’est notre mission. Nous ne sommes pas que la couleur orange de l’arc en ciel communal, nous voulons être un liant essentiel de son adéquation à l’engagement de davantage de citoyens pour qu’ils soient acteurs de leur destin local. Unissons toutes les sensibilités et toutes les générations pour parfaire le projet majoritaire que nous portons depuis 5 ans. Nous avons pris comme symbole de confier le secrétariat de notre section au Président départemental des jeunes démocrates et la présidence aux élus. Les rassemblements de femmes et hommes de toutes générations et origines politiques non populistes permettront de vivre ici, avec réalisme, une société plus juste.

Les élus Modem : Jean-Marie Orihuel, Josyane Royère, Michèle Cassand

10 ans de droite, 10 mois de gauche !

Les Radicaux de Gauche ne tombent pas dans le piège et saluent le courage du gouvernement pour redresser les finances de la France. Les économies annoncées par le Ministre du Budget doivent lui permettre d'assainir les comptes publics après des années de dérives. La droite a intoxiqué le pays aux déficits pendant 10 ans, le sevrage est difficile mais indispensable pour nous donner les moyens de retrouver compétitivité et capacité d'investissement. Equilibrer le budget de l'Etat ne signifie pas mener une politique d'austérité, mais s'assurer que les ménages pauvres et modestes (qui n'ont pas les moyens d'échapper à l'impôt) ne supporteront pas seuls, aujourd'hui et demain, le poids de la dette ! Le gouvernement a fixé un cap : celui du redressement économique et social à l'exemple des emplois d'avenir, plébiscités par la Ville d'Aubagne !

Groupe socialiste et Radical de Gauche : Patrick Arnoux, Gérard Rampal, Nicole Flouret, Arthur Salone, David Zeitoun, Stéphanie Harkane, Maurice Julien, Benjamin Durand, Fadela Ghassoui, Hélène Lunetta, Jacques Athias.

Expression du 22 mars 2013

 

Les Aubagnais satisfaits 

Contre vents et marées, nous avons respecté les engagements pris en 2008 devant les Aubagnais, pour que notre ville renforce sa solidarité, développe son attractivité, préserve sa tranquillité. Un récent sondage de La Marseillaise montre qu’une large majorité des Aubagnais est satisfaite du travail accompli à leur service. Loin de la défiance ou du rejet affichés depuis des années par rapport aux politiques nationales, l’échelon communal est toujours reconnu comme porteur d’un mieux pour les citoyens, et il ne laisse presque personne indifférent. Nos engagements ont été tenus dans un contexte, la présidence Sarkozy, franchement défavorable aux collectivités. Le changement de posture que nous souhaitions peine à se dessiner, mais nous ne désespérons pas de l’avenir. La satisfaction des besoins des Aubagnais est et demeure notre unique boussole, dans tous les domaines où nous avons la capacité d’intervenir. C’est ce qui fait la cohésion et l’efficacité de notre majorité municipales.

Aubagne citoyenne et solidaire, Front de Gauche : Jean-Claude Cuisinier

Humanisme et politique

Des murs idéologiques, sociétaux, culturels sont souvent bâtis pour séparer les citoyens. Pourtant de chaque côté de ces murs, il y a des femmes et des hommes qui souhaiteraient construire ensemble. Nous avons presque tous des valeurs en commun même si nos chemins ont été différents. L’humanisme politique, qu’au-delà de ses différences, l’équipe majoritaire « arc en ciel » porte, est un projet de société rassembleur et novateur.Notre société est trop injuste, égoïste et discriminatoire. Au-delà des clivages politiques nous mettons ici en action des objectifs communs concrets pour garantir à tous la pérennité des « indispensables » (logement, emploi, santé, éducation, sécurité...) et pour davantage donner au citoyen la possibilité d’influencer son destin en s’engageant dans la vie de la cité. Détruisons ces murs symboliques pour renforcer l’humanisme et dessinons ensemble un très beau printemps inter-humain !

Les élus Modem : Jean-Marie Orihuel, Josyane Royère, Michèle Cassand

Une réforme essentielle, l'école, ses rythmes ses contenus 

Pour EELV, le projet de loi présenté par le gouvernement est une opportunité pour poser les fondations d’une école relevant les défis du XXIe siècle, sur les valeurs de la citoyenneté et de l’intégration, sur un socle de confiance à reconstruire avec les enseignants et à la communauté éducative. Après des années de casse de l’Éducation nationale menée par la droite, les écologistes sont satisfaits de participer à la reconstruction du système éducatif. Loin des diatribes anti-fonctionnaires, des discours moralistes et réactionnaires ou de la perception paranoïaque de la jeunesse qui caractérise l’UMP et ses alliés, le projet du gouvernement est une réelle opportunité pour refonder l’école. Les écologistes souhaitent toutefois que les conséquences de la réforme sur le rôle des communes dans le fonctionnement des établissements scolaires soient totalement intégrées par l'Etat par des mesures d'accompagnement réelles et efficaces.

Les élu(e)s EELV : Claude Carbonnell, Carmen Heumann, Joëlle Anton-Michel.

Budget 2013 : à Aubagne, la majorité, c'est la volonté !

Au plan national, une contrainte budgétaire impérative, le redressement des comptes publics. Au plan local, agir sur la vie quotidienne de nos concitoyens, c'est essentiel et cela passe par notre devoir de nouveaux investissements pour gagner en qualité de vie, favoriser l’emploi. Et ceci alors que la droite a failli, a menti : elle a failli contre le chômage, elle a menti sur les déficits. A Aubagne, nous poursuivons nos engagements municipaux. Cependant, notre volonté est de voir véritablement baisser le coût de la dette et regrettons que du côté ressources nous devions emprunter 1 M€ de plus en 2013. Alors à chaque fois que l’on nous dira «c’est impossible», il faudra faire preuve de plus d’audace. A chaque fois que l’on nous dira «c’est difficile» nous redoublerons d’efforts et d’enthousiasme ! 

Groupe socialiste et Radical de Gauche : Patrick Arnoux, Gérard Rampal, Nicole Flouret, Arthur Salone, David Zeitoun, Stéphanie Harkane, Maurice Julien, Benjamin Durand, Fadela Ghassoui, Hélène Lunetta, Jacques Athias.

 

Expression du 8 mars 2013

 

Un territoire accessible

La loi de 2005 qui vise une accessibilité universelle de notre société, est en marche sur Aubagne et l’Agglo. Mais elle ne peut se faire sans une coopération territoriale très fine. La colonne vertébrale de cette accessibilité, c’est la non rupture de la chaine de déplacement. Aller, naturellement et sans obstacle, de son domicile vers son but (loisirs, travail…) est souvent semé d’embûches pour les personnes porteuses de handicaps. Et si aujourd’hui Aubagne et l’Agglo sont repérées et distinguées pour les actions qu’elles mènent sur l’accessibilité, c’est grâce à deux éléments majeurs : la participation de nombreux citoyens et d’associations concernés par le handicap et l’écoute du service public. Ils sont unis pour mener cette réflexion et mettre en œuvre les aménagements nécessaires pour ne pas exclure les hommes et les femmes touchés dans leur intégrité physique ou mentale. Une ville accessible aux personnes handicapées, c’est une garantie de sécurité et bien être pour tous.

Groupe Aubagne Citoyenne et Solidaire, société civile : Pierre Rodeville, Barbara La Barbera, Virginie Makeeff, AndréSinet, Marie-Georges Pruneau

Un échange concret, fructueux, efficace

Tout au long de l’année, l’écoute, l’échange, la construction autour de l’amélioration du cadre de vie s’effectuent dans les conseils de quartiers, les ateliers de vieille civique, les rencontres avec les associations. Ce travail voit sa concrétisation dans les deux réunions participatives auxquelles la population est conviée, avant l’adoption du budget. La première, pour faire la synthèse des préoccupations de nos concitoyens. La seconde, pour planifier et prioriser les actions retenues. Il faut aussi y ajouter notre choix de reconduire le même budget que l’année 2012, alors que dans un grand nombre de collectivités cette aide est largement revue à la baisse. Les élus socialistes et Radicaux de gauche œuvreront pour un budget 2013 combatif et porteur de développement économique.

Groupe socialiste et Radical de Gauche : Patrick Arnoux, Gérard Rampal, Nicole Flouret, Arthur Salone, David Zeitoun, Stéphanie Harkane, Maurice Julien, Benjamin Durand, Fadela Ghassoui, Hélène Lunetta, Jacques Athias.

Respect des droits des prisonniers en Israël et ailleurs

Il est inacceptable que des prisonniers soient détenus sans charges dans des conditions dégradantes, en France comme en Israël. Il est inacceptable qu’un jeune palestinien meure lors d’un interrogatoire sans que sa mort soit élucidée. Les questions d’ordre sécuritaire invoquées par Israël ne sont pas acceptables. Les Nations Unies et les organisations des Droits de l’Homme ont dénoncé les mauvais traitements et la torture de la politique globale de l’Etat israélien. Il est important que le gouvernement français intervienne auprès des autorités de ce pays pour connaître les conditions exactes de la mort de ce jeune homme. Les élu-e-s EELV demandent à la France, comme le réclame le Parlement européen, de peser auprès des Etats de l’Union Européenne pour que l’accord d’association avec Israël, soit suspendu tant que ce dernier ne respecte pas le droit international et la Convention (IV) de Genève.

Les élu(e)s EELV : Claude Carbonnell, Carmen Heumann, Joëlle Anton-Michel.

MoDem et « citoyens acteurs » 

Les Aubagnais ont besoin que se renforcent les rapports entre pouvoir et citoyens. Ils nous demandent, au-delà des idéologies, de tenter de traiter localement en priorité les causes des malaises sociétaux, notamment l’incapacité à s’écouter et l’impression que les idées des uns prévalent sur celles des autres. Tout politique risque d’être tenté de privilégier son pré carré, son idéologie et ses convictions au détriment du bon sens et d’un vrai dialogue. Les décisions ne peuvent pas se prendre en petit groupe et sans concertation. L’équipe municipale plurielle de gestion a mis en action un vrai débat d’idées et de projets, en y associant tous les citoyens. Chaque citoyen doit devenir un acteur de premier plan en dépassant les clivages. Venez plus nombreux dans les endroits locaux de démocratie participative (budget, circulation, vie des quartiers, sécurité, éducation…) Agissons tous ensemble pour l’intérêt général ! 

Les élus Modem : Jean-Marie Orihuel, Josyane Royère, Michèle Cassand

Expression du 22 février 2013

 

L’opposition à la métropole se renforce

Plus que jamais, la question métropolitaine mobilise les communes et les agglos des Bouches-du-Rhône. Dans ce bras de fer avec le gouvernement, nous avons le privilège d’être représentés par deux élus déterminés et combatifs, Daniel Fontaine et Magali Giovannangeli. Si notre combat aboutit, nous leur devrons beaucoup. La volonté de coopérer autour de dossiers aussi importants que les transports ou le développement économique n’a jamais été aussi près d’aboutir. Cette liberté de l’engagement des élus de terrain contraste furieusement avec l’arbitraire du projet de métropole que l’on veut imposer à 1,8 million d’habitants. La logique républicaine voudrait que nos dirigeants comprennent que l’on ne bâtit rien d’efficace en passant outre une opposition aussi large et déterminée. Les enjeux sont tels que loin de s’atténuer, cette opposition se renforce et se structure autour de projets opérationnels. C’était sans doute la meilleure réponse à apporter au procès en égoïsme que l’on a fait aux élus de ce département qui, eux, en ressortiront grandis. 

Aubagne citoyenne et solidaire (MRC) : Christian Faglia 

Pour une vraie coopération  

Face à l’impasse du projet de Métropole, nous soutenons le projet de création d’un Etablissement Public Opérationnel de Coopération métropolitaine. Cet établissement ouvrirait la possibilité d’associer l’ensemble des collectivités parties prenantes du territoire, sans marginaliser qui que ce soit, en intégrant les maires, les présidents d’EPCI, les représentants du Conseil Général et du Conseil Régional à la gestion de la structure. Il recevrait juridiquement le transfert des 4 compétences majeures, (transports et déplacements, transition écologique, cohésion urbaine, développement économique), afin de se donner les moyens de ses ambitions. Enfin, en éloignant toute perspective hégémonique et centralisée, le projet d’EPOC garantirait l’autonomie des communes et s’inscrirait dans une démarche de consensus et d’apaisement, éloignant le risque de paralysie. 

Groupe socialiste et Radical de Gauche : Patrick Arnoux, Gérard Rampal, Nicole Flouret, Arthur Salone, David Zeitoun, Stéphanie Harkane, Maurice Julien, Benjamin Durand, Fadela Ghassoui, Hélène Lunetta, Jacques Athias.

L'étiquetage des produits : un vrai enjeu économique

Le consommateur a un pouvoir ignoré ou peu perçu sur l'économie. Cette ignorance est la garantie pour les industriels et le monde économique d'une grande liberté de manœuvre. Le marketing, la grande distribution, la publicité consacrent, au maintien de cette ignorance ou à la désinformation, un budget considérable. Leurs objectifs sont atteints. Les consommateurs ne réagissent pas à la hauteur des enjeux. Les politiques s'abritent derrière cette acceptation pour ne pas lancer une vraie bataille pour l'information sur les origines, la fabrication, les traitements, le nombre des intermédiaires, le bilan carbone etc. Le grand pouvoir du consommateur est de ne pas acheter s’il ne sait pas ou s’il n'est pas sûr. S’il était capable de cette démarche, beaucoup de choses rentreraient dans l'ordre et le cheval ne remplacerait pas le bœuf dans les produits alimentaires surtout industriels.  

Les élu(e)s EELV : Claude Carbonnell, Carmen Heumann, Joëlle Anton-Michel.

En temps de crise, la politique ne peut être que réaliste 

Nous traversons une crise économique qu’il faut traiter. Il y a des élus et militants politiques responsables qui savent la dimension des efforts à consentir pour reconstruire le pays. D’autres, un peu trop rêveurs, pensent que la dette est sans conséquences, à condition de changer l'ordre économique mondial. En critiquant le libéralisme social des centristes, ils se trompent et trompent les citoyens. La France a tous les atouts pour redevenir un pays prospère, cela dépend de nous et ne peut se construire que sur le socle du réalisme. Ce n'est pas à cause de la mondialisation que notre éducation ne marche pas, que nous ne fabriquons plus d’électroménager. C'est parce que nous n'avons pas fait depuis 10 ans ce qu'il fallait chez nous.On ne peut changer le monde, les banques, les marchés et l'OMC .La vraie révolution est celle du réalisme pragmatique au delà des partis. 

Les élus Modem : Jean-Marie Orihuel, Josyane Royère, Michèle Cassand

Expression du 8 février 2013

 

Déterminés pour aller de l’avant

Quels que soient les obstacles, et ils peuvent être nombreux quand on porte des projets d’intérêt général, l’expérience nous a appris à ne pas renoncer et la vie nous a toujours donné raison, que ce soit pour l’aménagement du quartier des Défensions, et récemment pour la gratuité des transports ou l’obtention d’un équipement d’IRM pour l’hôpital. A cela, une raison essentielle : l’efficacité d’une majorité municipale soudée par une même ambition pour  Aubagne, la qualité de vie de ses habitants. Demain le tram roulera à Aubagne, et métamorphosera notre ville, en attendant de rejoindre Marseille au sein d’un réseau moderne de transports publics : plus personne alors ne se rappellera y avoir été opposé, c’est une certitude. Nous avons confiance dans l’avenir de notre ville, dans sa capacité à affronter l’avenir. C’est une rupture nette avec la vision étroite, pessimiste, que développe l’opposition, mais c’est la nature même du débat politique, entre progressistes et conservateurs.

Front de gauche, Aubagne citoyenne et solidaire : Jean-Claude Cuisinier

Tramway : un dossier exemplaire

La déclaration d’utilité publique accordée au tramway d’Aubagne a une signification particulière. Dans une période très difficile que traverse l’Europe, le gouvernement confirme sa volonté d’investir dans l’avenir en privilégiant les investissements exemplaires. Avec le tramway d’Aubagne, nous avons un dossier exemplaire, à la fois pour son utilité publique au sens premier et pour l’emploi, priorité absolue du chef de l’Etat. On peut regretter quelques mois perdus, mais cette décision est pour nous le gage du sérieux retrouvé dans la gestion de l’Etat. Aux antipodes d’un quinquennat qui, ne l’oublions jamais, a creusé de 500 milliards la dette de la France !

Groupe socialiste et Radical de Gauche : Patrick Arnoux, Gérard Rampal, Nicole Flouret, Arthur Salone, David Zeitoun, Stéphanie Harkane, Maurice Julien, Benjamin Durand, Fadela Ghassoui, Hélène Lunetta, Jacques Athias.

Protéger et prévenir sans interdire

Les députés EELV ont présenté une loi relative aux ondes électromagnétiques (téléphonie mobile, antenne relais, wifi). Dans ce texte, EELV préconise la protection des riverains par l’adoption d’un seuil d’exposition le plus bas possible, des plus grandes distances d’installation par rapport aux populations sensibles, de lancer des études épidémiologiques. De nombreux amendements ont affaibli la portée de ce texte. Il est indispensable, en associant les collectivités territoriales, les opérateurs et les associations, de mettre en place les instances chargées de l’information, la concertation et le contrôle des installations. Cette loi doit permettre de concilier préservation de la santé publique et développement technologique. L’intérêt général de nos concitoyens primant face à l’intérêt économique de l’industrie de la téléphonie. Espérons que ce texte soit soutenu par le gouvernement et  la majorité.

Les élu(e)s EELV : Claude Carbonnell, Carmen Heumann, Joëlle Anton-Michel.

Nous devons nous rassembler dans l’action

Notre société est menacée par un risque d’effondrement économique. Les familles désespérées par le chômage, la difficulté à continuer à financer notre modèle social imposent des changements, psychologiques, juridiques, sociaux, que nous devons conduire pour que la France retrouve sa force et son rayonnement. Plus la crise est grave, plus l’unité du pays est requise. Nous sommes, au MoDem, les défenseurs et les militants de cette unité nécessaire. Les réponses aux défis d’un pays qui doit conduire son redressement ne sont pas des réponses de camp. Bien sûr, il est des tempéraments et des sensibilités,  des histoires personnelles ou familiales qui rendent plus proches nombre de Français de la droite ou de la gauche, mais le clivage n’est plus adapté aux temps que nous vivons. En France et à Aubagne, une majorité d’action qui dépasse les clivages s’impose, comme celle de «la majorité arc en ciel».

Les élus Modem : Jean-Marie Orihuel, Josyane Royère, Michèle Cassand

Expression du 25 janvier 2013

 

Le MoDem avec l’équipe  "arc en ciel" aux prochaines municipales.

Le centre est un mouvement philosophique et une dynamique politique, un humanisme intégral, un libéralisme social, un réformisme, un pragmatisme, un progressisme et un personnalisme. Il privilégie la conciliation à la confrontation, le dialogue et le compromis à tout sectarisme, à toute opposition camp contre camp. Nous avons choisi au second tour des municipales de 2008 l’équipe  la plus solidaire, dans le cadre d’une majorité plurielle de gestion, qui va du rouge, au rose, à l’orange, au vert, comme un printemps qui s’annonce. Nous y mettrons un peu de bleu pour que le ciel se mêle à la terre de notre beau pays. Nous voulons avec cette équipe plurielle  encore mieux satisfaire les exigences fondamentales des Aubagnais : emplois, logements, solidarités, cadre de vie, éducation, culture, justice, pluralisme, citoyenneté et renforcer l’espoir, ici, d’un avenir meilleur. 

Les élus Modem : Jean-Marie Orihuel, Josyane Royère, Michèle Cassand

Tous pour Aubagne

Parce qu’Aubagne est belle et que nous la construisons depuis 1965 tous ensemble. Parce qu’il y a cinq ans le challenge était beau. Parce que les engagements pris alors ont été réalisés ou sont en cours de l’être. Parce que le travail dans cette majorité arc en ciel est un enrichissement de tous les instants. Parce que Daniel Fontaine a été l’artisan de ce rassemblement et le catalyseur de toutes ces énergies citoyennes qui ont contribué à la construction de l’Aubagne de ces dix dernières années… La construction d’un large rassemblement est nécessaire afin de continuer le combat pour l’évolution d’un progrès social particulièrement malmené ces dernières années. C’est tout le sens de l’engagement des élus dits « société civile », non encartés dans un parti, mais vigilants à l’égalité de tous les citoyens face aux difficultés de la vie. Nous souhaitons affirmer notre soutien au Maire d’Aubagne et soutenons sa volonté de présenter sa candidature pour les municipales  2014, pour Aubagne et la qualité de vie de notre territoire.

Groupe Aubagne Citoyenne et Solidaire, société civilePierre Rodeville, Barbara La Barbera, Virginie Makeeff, André Sinet, Marie-Georges Pruneau.

La paix et le lien inter-religieux

En ce début d'année, les évènements du Mali puis ceux de l'Algérie mettent en relief ce que les extrémismes religieux sont capables de perpétrer. Avec quelques milliers d'hommes fanatisés, ils peuvent déstabiliser des régions entières et commettre des atrocités. Le 11 Janvier, les responsables et représentants des communautés religieuses et les non croyants de notre ville étaient rassemblés à l'invitation de Daniel Fontaine. Comme chaque année notre maire a souhaité à tous une excellente année 2013, puis chacun s'adressant aux autres communautés, a pu faire de même. Ce fut un moment chargé de symboles et de convivialité. Depuis 10 ans maintenant, le groupe "inter-religieux et non croyants" issu d'une volonté commune de dialogue, construit, anime et consolide le lien qui unit tous les Aubagnais quelles que soient leurs confessions. Garanties par la laïcité, nos religions cohabitent avec du sens, préservons ce bien inaliénable

Les élu(e)s EELV : Claude Carbonnell, Carmen Heumann, Joëlle Anton-Michel.

Un gouvernement responsable sur tous les fronts

Depuis plusieurs années, la montée du terrorisme au Sahel est une source croissante de préoccupation. L’assaut des groupes terroristes a provoqué une profonde déstabilisation de l’Etat malien, une atteinte inacceptable à sa souveraineté et la constitution d’un sanctuaire terroriste, à deux mille cinq cent kilomètres du territoire national. La France a donc agi  pour mobiliser la communauté internationale, et ses initiatives diplomatiques ont porté leurs fruits. Face à des adversaires dangereux, la France poursuit des objectifs parfaitement clairs. Le Président de la République a pris cette responsabilité au nom de tous les Français. Nous ne sommes pas seuls dans cette action. Nous saluons la détermination du gouvernement qui ne faiblira pas.

Groupe socialiste et Radical de Gauche : Patrick Arnoux, Gérard Rampal, Nicole Flouret, Arthur Salone, David Zeitoun, Stéphanie Harkane, Maurice Julien, Benjamin Durand, Fadela Ghassoui, Hélène Lunetta, Jacques Athias.

Expression du 10 janvier 2013

 

Ne jamais renoncer !

En ce début d’année 2013, j’ai une certitude. Aubagne sera encore plus accueillante demain qu’elle ne l’est aujourd’hui. Pas simplement parce que nous nous attachons à la rendre plus agréable en développant ses infrastructures. Aubagne sera plus accueillante parce qu’elle aura su traverser la crise qui affecte tant de monde sans désespérer de son avenir, en renforçant les rassemblements qui font notre force collective, en multipliant les temps de partage qui donnent corps et sens à une communauté humaine. Aubagne sera plus belle demain, parce que les Aubagnais n’auront jamais renoncé à être solidaires, ouverts au dialogue, mais aussi combatifs, jaloux de leurs droits et conscients de leurs devoirs de citoyens. En ce début 2013, j’ai une certitude : demain Aubagne sera plus belle, parce que nous en avons la volonté, parce que nous ne renonçons pas une vie meilleure pour les générations futures. Et après tout, l’avenir n’est rien d’autre que les certitudes d’aujourd’hui.

MRC Aubagne Citoyenne et Solidaire : Christian FAGLIA

Nos vœux pour une année sereine

Nous devons cette année retrouver l'espoir, pour traverser la crise économique et sociétale, grâce aux décisions prises et à celles qui vont l'être, pour en sortir. Un vent de civisme a soufflé lors de la préparation de nos choix pour l’élection présidentielle. Beaucoup ont été déçus, car les promesses électorales ne peuvent se concrétiser immédiatement. Lors du premier tour des présidentielles, nous avions dit que seules certaines actions (rééquilibrer les comptes publics, redémarrer la compétitivité...), mises en route par le gouvernement, pouvaient relancer notre navire France. Profitons de l’hiver pour une réflexion sur nos engagements, et sur les moyens de rassembler toutes les énergies et les compétences, pour bâtir un avenir plus coloré dans notre société et en nous. Nous vous souhaitons une excellente année, avec le plus de bonheur, de solidarité  de sérénité et  de civisme possibles.

Les élus Modem : Jean-Marie Orihuel, Josyane Royère, Michèle Cassand

Vœux 2013 

Janvier : mois des vœux et des bonnes résolutions. Que nous souhaiter pour cette année 2013 ? Égalité, Paix, Santé, Droit au « Bien vivir » (le Bien Vivre des Indiens d’Amazonie). Tant de choses ont manqué à beaucoup, chez nous ou bien dans des contrées éloignées. Tant de misères que nous n’avons pas pu ou voulu voir. Tant de justice que nous n’avons pas assez défendue. Ce que nous pouvons nous souhaiter, c’est une large envie de construire ensemble, de  nous redonner l’espoir collectif à pouvoir agir et créer des alternatives. Quelle que soit la couleur du gouvernement qui les porte, les logiques libérales voudraient nous imposer un ordre établi, immuable. Quand les valeurs qui nous animent sont la solidarité, l’égalité, la justice, nous devons être en capacité d’accepter les différences, d’accepter la contradiction, de réunir nos diversités pour changer les politiques. Ne jamais oublier que « La terre ne nous appartient pas, nous l’empruntons à nos enfants ».

EELV : Carmen Heumann.

Très bonne année 2013

Tout d’abord nos vœux les plus sincères pour l’année qui s’ouvre. Nous traversons, on le sait, une crise économique et sociale sans précédent. Cette année, le changement débuté en 2012 se poursuivra et nous l’accompagnerons : l’emploi sera la première préoccupation du gouvernement comme des élus locaux, car c’est  en créant de l’emploi que nous améliorerons la vie des gens. Déjà beaucoup de changement a eu lieu en 2012. 2013 sera une année de nouveaux défis et, nous le pensons, d’espoir. Les élus socialistes et radicaux, avec à leur tête le premier adjoint, continueront à défendre dans la majorité municipale les intérêts de tous les Aubagnaises et Aubagnais. Notre opposition à l’intégration dans une métropole ne fléchira pas, nos actions pour voir la réalisation du tramway ne faibliront pas. La construction de logements sociaux s’achèvera en 2013 et 2014 pour les Aubagnais.

Groupe socialiste et Radical de Gauche : Patrick Arnoux, Gérard Rampal, Nicole Flouret, Arthur Salone, David Zeitoun, Stéphanie Harkane, Maurice Julien, Benjamin Durand, Fadela Ghassoui, Hélène Lunetta, Jacques Athias.

Expression du 14 décembre 2012

 

Le 21, tous à Marseille !

Une juste colère monte parmi les élus des Bouches-du-Rhône. 97 communes ont signifié leur rejet de la métropole annoncée en septembre. Et pourtant, le gouvernement persiste, avec des arguments dictés par la technocratie la plus sourde à l’histoire particulière de ce département. Notre mode de vie est menacé dans son quotidien, sans que  les maux spécifiques à Marseille ne soient réglés : pas de moyens financiers supplémentaires prévus, un sentiment d’arbitraire et d’éloignement de la décision politique qui s’exacerbera dangereusement. L’affaire est telle que l’on retrouve sur la même ligne de rejet de la métropole les secrétaires départementaux du PCF, de l’UMP et du PS ! Face à une mobilisation aussi inédite, nous aurions pu espérer qu’un gouvernement si peu déterminé sur d’autres sujets aurait donné le temps de la concertation aux élus d’ici. Ce n’est pas le cas. Restent les mobilisations : rendez-vous le 21 décembre à Marseille pour dire notre attachement à Aubagne

Aubagne citoyenne et solidaire, Front de Gauche : Jean-Claude Cuisinier

Méprisant et méprisable

Comment réagir quand un petit nombre d’élus méprise un grand nombre d’autres élus, en même temps que les habitants du territoire. Sans respect pour le travail effectué dans la proximité et en concertation avec la population. Avec l’équilibre opéré sur notre périmètre en matière de déplacements, d’aménagement, d’habitat, d’équipements publics, de développement économique créateur d’emplois, etc. Nous devons nous battre pour empêcher que nos villes et villages soient englobés dans cette métropole qui cumule déjà tant de difficultés, car nous ne pourrions pas échapper aux risques de contagion. D’autres  remèdes  sont nécessaires au mal de Marseille. Pour cela, les élus de notre groupe vous invitent à manifester à leurs cotés le 21 décembre à Marseille. Cela n’est pas uniquement l’affaire des Maires et des Président d’intercommunalités.   . 

Groupe socialiste et Radical de Gauche : Patrick Arnoux, Gérard Rampal, Nicole Flouret, Arthur Salone, David Zeitoun, Stéphanie Harkane, Maurice Julien, Benjamin Durand, Fadela Ghassoui, Hélène Lunetta, Jacques Athias.

Des illuminations oui, mais sans nucléaire !

Noël, période des espoirs et des cadeaux. Pourquoi ne pas rêver d’un Premier ministre annonçant aux Français l’abandon du réacteur nucléaire EPR  dont le budget aura plus que doublé passant de 3,3 à 8,5 milliards d’euros ? Ce serait la fin d’une obstination stupide et coûteuse pour les finances publiques. A investissement égal, on peut créer plus d'énergie d'origine renouvelable et impulser des chantiers utiles et innovants dans les économies d'énergie et l'efficacité énergétique. Osons une révolution écolo-industrielle moins polluante, des emplois durables, non délocalisables et mieux répartis sur le territoire. Nous pouvons faire de la fermeture et de la conversion de la centrale nucléaire de Fessenheim un site pionnier où les savoir-faire industriels seraient valorisés. Peut-on encore croire au Père Noël ? À Aubagne, on se contentera des LED pour les illuminations.

Les élu(e)s EELV : Joëlle Anton-Michel, Claude Carbonnell, Carmen Heumann.

Le Centre et ses partenaires potentiels

Le MoDem se positionne de plus en plus au centre-gauche tandis que l’UDI s’est installée franchement au centre-droit. Les positions du MoDem son plus progressistes et celles de l’UDI plus conservatrices. Le pari de François Bayrou d’un partenariat avec le Parti socialiste prend en compte une vision réformiste et pragmatique de celui-ci, qui vient de se mettre en action, en gommant les idéologies marxistes, dont l’histoire a montré l’inefficacité. Le pari de Jean-Louis Borloo d’une alliance avec l’UMP prend en compte une vision libérale et sociale, qui se distancierait des idéologies ultralibérales et des populismes extrémistes. La particularité des élections municipales est que les centristes peuvent ne bâtir que des partenariats locaux. N’est-il pas possible localement pour le Centre de travailler avec une gauche réformiste et une droite progressiste ? Nous vous souhaitons de joyeuses fêtes de fin d'année

Les élus Modem : Jean-Marie Orihuel, Josyane Royère, Michèle Cassand

 

Expression du 30 novembre 2012

 

Pourquoi non à la métropole ?

C’est une certitude : la métropole c’est la fin de la gratuité des transports ! Mais ce n’est pas tout. Notre territoire n’aura plus la maitrise de son sol. Ce qui veut dire que nous ne pourrons plus mener notre politique du logement social, telle qu’elle existe aujourd’hui et qui fait d’Aubagne un moteur dans ce domaine. Et encore : finie notre politique de dynamisation de l’agriculture péri-urbaine si souvent montrée en exemple. NON ! Nous ne voulons pas perdre cette proximité qui permet aux habitants de notre Agglo de s’adresser directement aux élus, au détour d’une rue ou sur nos places de marchés. « Monsieur le Maire, nous avons un problème… ». Aujourd’hui nous pouvons répondre. Demain, nous vous dirons d’aller à Marseille car c’est là-bas que les décisions se prendront. Nous devons résister fortement, tous ensemble, devant la préfecture pour commencer, et plus haut si nous ne sommes pas écoutés !

Groupe Aubagne Citoyenne et Solidaire, société civile : Pierre Rodeville, Barbara La Barbera, Virginie Makeeff, André Sinet, Marie-George Pruneau.

Drogues et solutions

La guerre à la drogue sous forme de répression systématique des usagers a échoué partout où elle a été menée, particulièrement dans le domaine sanitaire. On enregistre en France l’une des consommations les plus élevées d’Europe, malgré l’une des législations les plus sévères. Or l’usager de drogues n’est pas un délinquant ! Ainsi l’arsenal répressif doit être réorganisé en privilégiant la protection de la population, y compris les usagers. Si nous voulons mener une vraie politique d’accompagnement et des soins des usagers de drogue, la première condition est la dépénalisation de l’usage de toutes les drogues. Il faut renforcer la prévention des dépendances, y compris celles liées à la consommation de jeux, et surtout de tabac et d’alcool, responsables de plus de 100 000 morts par an. Au-delà de la dénonciation, il faut mettre en lumière les causes des dysfonctionnements et combattre efficacement les lobbies. 

Les élu(e)s EELV : Joëlle Anton-Michel, Claude Carbonnell, Carmen Heumann.

Six mois de gouvernement : des engagements tenus

Réduction de 30% des rémunérations des membres du gouvernement et du Président, plafonnement des salaires des dirigeants des entreprises publiques, création de postes dans l'Education nationale, augmentation de 25% de l'allocation de rentrée scolaire, augmentation du Smic, rétablissement de la retraite à 60 ans…La seule question qui vaille, ce n'est pas l'état de l'opinion aujourd'hui, mais l'état de la France dans 5 ans. La priorité, la seule, c’est l’emploi. Il s’agit de donner aux salariés et aux entreprises, plus de souplesse et plus de protection face aux aléas de la conjoncture, de prévenir les plans sociaux et donc les licenciements, de former les salariés et de lutter contre la précarité du travail. Nous élus locaux, nous travaillons pour que toutes ces mesures soient appliquées localement.

Groupe socialiste et Radical de Gauche : Patrick Arnoux, Gérard Rampal, Nicole Flouret, Arthur Salone, David Zeitoun, Stéphanie Harkane, Maurice Julien, Benjamin Durand, Fadela Ghassoui, Hélène Lunetta, Jacques Athias.

Le MoDem est un mouvement centriste et démocrate social

Il se passe enfin en France une révolution idéologique, comparable à celle que les socialistes allemands ont fait en renonçant au marxisme en 1959. Le PS, au pouvoir, choisit ouvertement la social-démocratie, l’acceptation du réel et des disciplines qui vont avec. Depuis des décennies, le discours de la gauche était toujours ramené à la dépense publique, à l’intervention de l'Etat et au refus des réformes. François Hollande, propose une autre voie : le soutien aux entreprises, le désendettement et l’engagement de la France dans la compétition européenne et mondiale. Dans la dernière décennie, les réformes nécessaires pour que notre pays redevienne un pays créateur de richesses et d’emploi n’ont pas été faites. Il faut dès aujourd’hui  réunir et faire travailler ensemble les gens responsables  et modérés, au-delà des clivages, pour soutenir ces choix essentiels pour le pays. Nous pensons que c'est ce que fera la majorité plurielle aubagnaise.

Les élus Modem : Jean-Marie Orihuel, Josyane Royère, Michèle Cassand

 

Expression du 16 novembre 2012

 

« Il faut donner du temps au temps » Cervantès

L’attachement des Aubagnais à leur ville, à son identité, est profond. Ils ont été associés à ses plus récentes évolutions, et veulent maîtriser son avenir. Cette position n’est pas le fait d’égoïstes coupés de la réalité de la société : notre ville est riche de ses mixités, de ses apports, de son ouverture sur le monde. C’est tout ce que nous ne voulons pas voir dissoudre dans une métropole à dimension inhumaine, ce que nous avions déjà affirmé, dans les urnes citoyennes du 13 juin 2010. Car soyons sérieux un instant : si Marseille est si mal en point, sa gestion depuis 30 ans n’y est certainement pas pour rien. Or, curieusement, les médias préfèrent s’appesantir sur le soit disant égoïsme des 118 autres maires du département : ils ont bon dos ! Pourtant la coopération se construit déjà, on ne le sait pas assez : la seule chose que nous demandons, c’est de donner du temps au temps, selon la célèbre formule de Cervantès, reprise par François Mitterrand. 

Aubagne citoyenne et solidaire, MRC : Christian Faglia.

Un logement, un espace vert

Se loger est un droit. Pourtant force est de constater que la loi incitative permettant aux investisseurs la mise à disposition de logements à la location ou à l'acquisition a conduit l'offre vers une impasse majeure de pénurie. Une des conséquences est l'envolée du foncier, mettant hors de portée d'une grande partie de la population ce droit fondamental. Confier au marché la mise en œuvre des solutions pour sortir de cette impasse est donc, c'est démontré, une erreur. La construction massive de logements sociaux est une des solutions des plus efficaces. Le taux de 25% par commune de logements sociaux est un objectif. Aubagne l’atteindra rapidement. La liste des projets est connue. Il nous semble cependant important d'avoir sur l'ensemble urbain une vision globale permettant à chaque construction de logement son pendant en espace vert de proximité. Ces espaces feront défaut si l'on n'y prend garde.

Les élu(e)s EELV : Joëlle Anton-Michel, Claude Carbonnell, Carmen Heumann.

Nous rassembler pour combattre les crises

Le nouveau président de la république ne dit pas assez que l’espoir d’une France prospère et solidaire va se réaliser, mais qu’il faut du temps, et des mesures difficiles.Il est indispensable de tous se rassembler. Le MoDem est un mouvement  qui prône l’humanisme, les solidarités et refuse de fractionner le peuple français entre un peuple de droite, un peuple de gauche et un peuple extrémiste. Les valeurs de liberté, d’égalité, de fraternité sont universelles. Nous sommes avec nos sensibilités et nos différences dans une majorité de gestion communale de rassemblement. Localement, nous nous situons dans le courant humaniste pragmatique, à l’opposé des idéologies extrémistes et d’opposition systématique au progrès sociétal. Nous ferons en sorte que chacun trouve assez d’énergie, pour participer aux actions et réflexions, afin d’épanouir davantage notre ville dynamique et solidaire, que nous aimons et pour laquelle nous souhaitons nous engager avec passion. 

Les élus Modem : Jean-Marie Orihuel, Josyane Royère, Michèle Cassand

De 5 ans à 8 mois…

Les premières  Rencontres nationales du logement et de l’habitat en mai 2011, sous un gouvernement de Droite s’étaient donné 5 années pour essayer de résoudre la crise du logement. Aujourd’hui, Jean-Jacques Porcheron, Président de l’association nationale des élus communistes et républicains, responsable du secteur logement reproche, en réunion publique à Aubagne que tout ne soit pas réglé par la ministre du logement, 8 mois après la mise en place du gouvernement de Gauche. Une grande loi sur le logement est prévue d’être en débat pour le printemps prochain. Mais déjà l’amende multipliée par cinq pour les villes qui ne respecteront pas  le passage de 20 à 25% de logements sociaux est une très bonne chose. Reste à réaliser, en particulier, une véritable réforme d’encadrement des loyers, des secteurs social et privé, du neuf et de l’ancien.

 Groupe socialiste et Radical de Gauche : Patrick Arnoux, Gérard Rampal, Nicole Flouret, Arthur Salone, David Zeitoun, Stéphanie Harkane, Maurice Julien, Benjamin Durand, Fadela Ghassoui, Hélène Lunetta, Jacques Athias.

 

Expression du 2 novembre 2012


 

« Quand le blé est sous la grêle, fou qui fait le délicat ». Louis Aragon

Aubagne et l’Agglo sont à la pointe de la mobilisation départementale pour une alternative efficace, mais à dimension citoyenne, face à un projet de métropole marseillaise où les élus locaux et les citoyens n’auront plus voix au chapitre sur une question aussi essentielle que le droit du sol, ou la gratuité des transports publics. L’agenda annoncé par le gouvernement est incompatible avec les atermoiements, ou les états d’âmes : ici plus qu’ailleurs, nous savons ce que veulent dire rassemblements et mobilisations, quand l’identité de notre ville et de notre territoire sont en jeu. Souhaitons que sur ce sujet-là, au moins, l’union sacrée manifestée lors du dernier Conseil communautaire se confirme dans les actes: comment en effet à la fois s’allier au MEDEF contre le tramway d’Aubagne, quand ce même MEDEF est le principal partisan d’une métropole tentaculaire. C’est l’une des contradictions majeures que l’opposition aubagnaise devra assumer, si elle en a les ressources.

Front de Gauche : Jean-Claude Cuisinier

Le vrai Centre

Les centristes aubagnais, les vrais, éprouvent de l'amertume à l'égard de l'UDI, de son usurpation du centre. Sur Aubagne, c’est une partie de l’UMP qui s’est travestie en centre, pour tromper l’opinion publique et tenter de gagner les municipales au second tour en fusionnant ce pseudo-centre, la droite et l’extrême droite. Nous préférons un rassemblement autour d'une majorité centrale, comme le prônait François Bayrou, durant sa dernière campagne présidentielle, sur des valeurs (démocratie, république, laïcité, justice sociale, solidarité, économie durable..), sur une vision d’une Europe forte et sociale, sur un assainissement des finances publiques tout en renforçant ses vecteurs de croissance. Dans ce projet, l'UDI, mais le vrai, pas l’UMP travesti, le Modem, EELV, le PRG , les sociaux-démocrates du PS et du PC pourraient se rassembler. Ce serait la première force politique de France. Et si on s’y mettait sur Aubagne ?

Les élus Modem : Jean-Marie Orihuel, Josyane Royère, Michèle Cassand

Oui au Pôle Provence 13

L’appauvrissement continu de Marseille, ville centre, aurait des répercussions sur toute la région, aggravant encore les problèmes de déplacements, de logement ou d’emploi. L’utilité et le contenu du projet de développement passent avant la forme de la structure, comme l’intérêt général et la concertation avant la concentration des pouvoirs. Mais mettons nous les mêmes exigences dans ce Pôle ? C’est par une approche globale et transversale qu’on répondra aux besoins des populations et du territoire de façon durable. Coopération et solidarité doivent être le moteur du pôle métropolitain qui doit évidemment intégrer MPM. Une coopération efficace nécessite de clarifier les questions de gouvernance, de définir les compétences, en intégrant la notion de chef de file de projets et de périmètre pertinent pour chaque niveau de décision. Il faut donc revoir les questions de fiscalité et mutualiser des ressources financières pour la réussite de projets communs

 

Les élu(e)s EELV : Joëlle Anton-Michel, Claude Carbonnell, Carmen Heumann.

Une confiance surveillée

Les élus de notre groupe ont voté favorablement pour la création d’un pôle métropolitain, « Pôle Provence 13 » lors du conseil communautaire extraordinaire du 24 octobre. Nous ne voulons pas de cette Métropole, avec 90 communes qui d’ailleurs, ne pourrait pas fonctionner. Cela n’entache en aucun cas la confiance que nous pouvons avoir envers le gouvernement de Jean-Marc Ayrault et le Président de la République. Nous devons nous faire entendre haut et fort pour que notre volonté de travailler ensemble soit prise en compte dans plusieurs domaines. Pour cela nous demandons au Président de la Communauté Urbaine de Marseille Provence Métropole, de venir nous rejoindre dans le Pôle Provence 13. Pour travailler sur l’organisation des transports en commun, le développement économique avec la création de nouveaux emplois, un aménagement du territoire plus harmonieux. Comme nous avons su le faire pour l’organisation de Marseille Provence 2013

 Groupe socialiste et Radical de Gauche : Patrick Arnoux, Gérard Rampal, Nicole Flouret, Arthur Salone, David Zeitoun, Stéphanie Harkane, Maurice Julien, Benjamin Durand, Fadela Ghassoui, Hélène Lunetta, Jacques Athias.

Expression du 19 octobre 2012


Une équipe gagnante

Les Grands Rendez-Vous d’Aubagne se sont terminés par un Face à la presse avec les élus de la majorité Arc en ciel. Ces grands rendez vous ont permis à plusieurs centaines d’Aubagnaises et d’Aubagnais d’échanger sur les réalisations en cours et futures. Ils étaient particulièrement nombreux, jeudi 11 octobre, pour dire NON à l’intégration de notre commune dans une métropole géante. Nous socialistes, sommes mobilisés, tout en nous faisant confiance à notre Premier Ministre et au Président de la République pour nous écouter. Face à la presse, le Maire a indiqué son intention de conduire la future équipe pour les prochaines élections municipales. Patrick Arnoux Premier Adjoint, chef de file des élus de notre groupe, l’a assuré que nous serons à ses cotés pour continuer ce que nous avons commencé ensemble. C’est une bonne nouvelle pour les ami(e)s d’Aubagne, quelles que soient leurs préférences politiques nationales !

Groupe socialiste et Radical de Gauche : Patrick Arnoux, Gérard Rampal, Nicole Flouret, Arthur Salone, David Zeitoun, Stéphanie Harkane, Maurice Julien, Benjamin Durand, Fadela Ghassoui, Hélène Lunetta, Jacques Athias.

NON à la Métropole !

Le gouvernement Ayrault veut imposer la métropole au mépris du référendum du 13 juin 2010 qui a vu triompher le NON. Ce serait un véritable monstre administratif éloigné des habitants. Les problèmes de Marseille ne seront réglés que par un soutien substantiel de l’Etat et par la solidarité nationale. Cette métropole mettra des années avant une traduction concrète, alors qu’il y a urgence. Ses initiateurs n’imaginent l’avenir que dans la concurrence et la compétition entre les territoires et il s’agit pour eux de s’adapter « aux réalités de la mondialisation ». Nous proposons un pôle métropolitain qui serait un partenariat plutôt qu’une intégration forcée. Nous pourrions fédérer les compétences et les énergies, mutualiser les savoirs et les savoir faire et regrouper les moyens pour traiter des dossiers structurants. Cette coopération se construira en partageant une même ambition dans le respect de chacun au profit de tous.

Groupe Aubagne Citoyenne et Solidaire, société civile : Pierre Rodeville, Barbara La Barbera, Virginie Makeeff, André Sinet, Marie-Georges Pruneau.

Tram : OUI si

Comment un projet du tram peut-il être tout négatif ou tout positif ? Écoutons des avis de jeunes Aubagnais, non pas caricaturaux mais constructifs : centre-ville piéton : si plus de parkings à l'entrée du Charrel, au pôle transports et au Pin Vert. Rendre le centre ville plus vivant, à condition que l’amplitude horaire des bus soit plus large qu’actuellement : 21h en semaine, au moins 23h les vendredis et samedis. S'assurer pour autant que des arrêts desserviront tous les lieux conviviaux de la périphérie ou du centre. Plus de mixité, de participation de tous à la vie culturelle du Cours Foch ; uniquement si fonctionnement du tram normal, le dimanche. Raccordement des trams avec ceux de Marseille. Prolonger l'idée d'un transport propre par une électricité propre. Réaménagement des trottoirs du centre ville mais accessibles aux poussettes et aux personnes handicapées. Que des bus soient redéployés aux Aubes, aux Solans... en lignes régulières. 

Les élu(e)s EELV : Joëlle Anton-Michel, Claude Carbonnell, Carmen Heumann.

Construire ensemble quand on pense différemment ?

Les composantes de la majorité municipale « arc en ciel », ont des origines politiques différentes. Pour le bien de notre commune nous débattons entre nous sur nos  visions sociétales, acceptant les petites ou grandes nuances, dans la mesure où le socle de valeurs est commun. L’essentiel pour nous est de travailler sur la programmatique locale et la gestion communale. Nous n’avons de cesse de renforcer nos « en communs ». Nous voulons aller plus loin grâce aux échanges venant de nos différences et mus par l’intérêt général. Le centre, les gauches, l’écologie, peuvent efficacement concourir à l’édifice commun : mieux vivre à Aubagne et vous associer au mieux. Ce que nous avons tenté dans les Grands Rendez-Vous de ce début d’automne et que nous souhaitons poursuivre jusqu'à la fin de ce mandat municipal. Les orages sociétaux gronderont, mais l'arc en ciel de la raison et du bon sens rayonnera !

Les élus Modem : Jean-Marie Orihuel, Josyane Royère, Michèle Cassand

 

Expression du 5 octobre 2012

 

 

Tramway : l’opposition seule contre tous !

On le savait déjà, la modestie et l’honnêteté intellectuelle ne sont pas les principales qualités des élus de l’opposition aubagnaise, Sylvia Barthélemy et Gérard Gazay en tête. Leurs réactions après la décision de la commission d’enquête sur le tramway en est la dernière illustration. Avis favorable sans réserves pour ce projet ? C’est que… les commissaires enquêteurs étaient des incapables (pourtant désignés par le Préfet, lui-même choisi par l’ancien Président) ! Ils ne pouvaient donc se hisser à la hauteur des arguments de Joseph Pittera, « spécialiste » auto-proclamé des tramways (qui n’avait d’ailleurs pas plus convaincu l’ancien gouvernement). Le comble : si aussi peu d’opposants se sont déplacés, c’est que… les services techniques, c’est pas pratique (pour les 69% de citoyens favorables, ça n’a posé aucun problème) ! Tout cela serait risible si l’opposition ne s’en servait pour créer un sentiment malsain parmi les Aubagnais, pour des objectifs bien éloignés de l’intérêt de notre ville.

Aubagne citoyenne et Solidaire : Christian Faglia (MRC)

Changement ?

Il faudra bien qu'un jour la France se dote des moyens nécessaires à la transition énergétique. Le traité pour lequel la majorité EELV se refuse de voter, car dans sa structure, il est un frein aux investissements ( ne pas dépenser plus qu'on ne gagne ) met l'Etat hors circuit dans le projet de cette transition. La main passe donc aux grandes entreprises qui vont en contrôler le développement. Faisons confiance à nos lobbies du pétrole pour faire d'abord leurs affaires sur l'augmentation du coût des énergies fossiles. Les pays émergents, qui y sont contraints, développent leurs compétences et leur savoir faire, prenant le pas sur le vieux continent dans le domaine de la recherche et du développement. Attendons-nous à être dépendants d'eux quand, dépassés, les pays ayant tardé à mettre en œuvre cette transition, n'auront plus qu'à accepter les conditions de sous-traitance de la production des énergies renouvelables.

Les élu(e)s EELV : Joëlle Anton-Michel, Claude Carbonnell, Carmen Heumann.

Le MoDem veut un Centre fort

Le grand parti centriste de la IVème République s’appelait le Mouvement des Républicains Populaires. Il était en partenariat avec les radicaux, les socialistes et la droite, tout en étant lui-même .L’histoire aide à mieux  construire l’avenir. Les élus MoDem aubagnais se sentent bien dans la majorité de gestion municipale arc en ciel qui est de gauche et du centre et souhaitent renforcer localement un Centre fondé sur les valeurs démocrates sociales et européennes. Nous n’envisageons pas de participer à l’Union des Démocrates Indépendants. Nous souhaitons rester au Centre, c’est-à-dire très loin des rassemblements qui vont trop à droite voire à l’extrême, souhaités localement par les ex-représentants de l’UMP transformés en centristes, pour des raisons électoralistes et pour tenter d'occuper notre espace politique. L’avenir de notre commune est au rassemblement des énergies et compétences, au-delà des clivages et des idéologies.

Les élus Modem : Jean-Marie Orihuel, Josyane Royère, Michèle Cassand

La proximité, c’est ça !

Chaque automne, les élus de la majorité vous donnent rendez-vous, pour faire le point sur les engagements du programme municipal. Le point sur les réalisations effectuées, celles en cours et celles qui restent à réaliser. Avec notre Communauté d’agglomération autour de sa Présidente et les douze communes qui la compose. Cette transparence est encore possible, car les compétences des maires sont restées intactes dans une Agglo de 13 villes et villages, cela deviendra impossible dans une métropole de 90 communes. Certes nous devons construire des projets en commun, avec les intercommunautés du département, mais pas nous laisser enfermer dans une Métropole démesurée. Attention aux sirènes politiciennes qui voudraient nous convaincre du contraire !

Groupe socialiste et Radical de Gauche : Patrick Arnoux, Gérard Rampal, Nicole Flouret, Arthur Salone, David Zeitoun, Stéphanie Harkane, Maurice Julien, Benjamin Durand, Fadela Ghassoui, Hélène Lunetta, Jacques Athias.

 

Expression du 21 septembre 2012

 

 

Pour nous, la Métropole, c’est toujours NON !

Pour les élus du groupe socialiste et Radical de Gauche c’est toujours NON à la création d’une Métropole. Nous sommes des élus de proximité et nous souhaitons le rester. Les habitants de notre territoire sont au cœur de nos décisions en matière d’aménagement, de déplacement, d’activité économique, etc... Ce ne sont pas des intérêts politiciens qui nous ferons changer d’avis. Nous avons besoin de travailler tous ensemble sur un grand nombre de domaines, avec comme locomotive le Département. Un pôle métropolitain qui réunirait Marseille et les huit agglomérations reste à construire, pour travailler ensemble sur des grands projets, tout en laissant leurs compétences aux villes et aux intercommunalités existantes. Nous ne nous laisserons pas dicter nos choix par des élus, même s’ils appartiennent à la même formation politique que la notre, en lieu et place de notre population.

Groupe socialiste et Radical de Gauche : Patrick Arnoux, Gérard Rampal, Nicole Flouret, Arthur Salone, David Zeitoun, Stéphanie Harkane, Maurice Julien, Benjamin Durand, Fadela Ghassoui, Hélène Lunetta, Jacques Athias.

Redonner confiance à la jeunesse

Le premier ministre a déclaré récemment que le choix de la jeunesse est « un acte de confiance » à propos des 100.000 contrats d’avenir promis par le gouvernement. Cette mesure sera-t-elle suffisante pour redonner confiance à une jeunesse qui ne se fait plus guère d’illusion sur la puissance publique ? Abonnée aux petits boulots et aux contrats précaires, stigmatisée dans les quartiers populaires, la jeunesse a besoin de pouvoir se projeter dans l’avenir pour se construire et donner le meilleur d’elle-même. Et qu’on ne vienne pas lui parler de « morale » : l’empire de la finance offre tous les jours le spectacle de l’enrichissement indécent de quelque-suns au détriment de l’intérêt général. « Si la politique est une région de l’éthique » comme l’affirmait Aristote, alors nous devons redoubler d’efforts pour inverser la tendance. Et faire confiance en notre capacité à transformer le rapport de force. A Aubagne, nous nous y employons.

Groupe Aubagne Citoyenne et Solidaire : Halima Megherbi-Gil

Le MoDem va défendre la concertation

Les 3 élus du Mouvement Démocrate aubagnais ont appelé dès le lendemain du 1er tour des élections présidentielles à choisir le candidat Hollande et nous nous sentons partie prenante de la majorité présidentielle. Nous étions satisfaits de la mise en action du concept de concertation par notre président de la république. Dans le cadre du changement concerté des rythmes scolaires et des politiques nationales en faveur de l’emploi et du redressement économique, nous sommes en parfait accord. La décision de bâtir, au détriment des avancées dont bénéficient les Aubagnais, une métropole marseillaise, sans demander à tous les élus de toutes les communes et encore moins aux citoyens leur avis, nous semble être opposée à ce concept de concertation. Peut-on dire et ne pas faire ? Nous ne défendons pas des intérêts particuliers, mais une méthode de travail, qui si elle n’est pas appliquée ne permettra pas à  notre pays de sortir des crises. 

Les élus Modem : Jean-Marie Orihuel, Josyane Royère, Michèle Cassand

Des espaces naturels protégés pour le bien de tous 

Deux temps forts dans ces 15 jours, « Faites le Parc Régional de la Ste Baume » (PNR) et le lancement du « Contrat du rivière du bassin de l’Huveaune ». Pour nous élu-e-s écologistes, c’est l’aboutissement d’engagements pris, la satisfaction d’avoir aidé et participé à la convergence de tous les acteurs. Siégeant dans les instances des syndicats du parc et de l’Huveaune, nous serons vigilants à la mise en œuvre des actions et à la participation de tous, en particulier des associations. Certains pourront penser que le temps pour y arriver a été trop long car il y avait urgence. Mais des temps d’écoute, de dialogue, de formation, d’adhésion étaient indispensables. La solidarité, la coopération, la démocratie sont possibles, pour répondre aux besoins des populations. Ce n’est qu’affaire de volonté politique pour peu qu’on y mette les formes. C’est vrai pour notre territoire comme pour des territoires voisins plus grands.

Les élu(e)s EELV : Joëlle Anton-Michel, Claude Carbonnell, Carmen Heumann.

Expression du 7 septembre 2012

 

Des emplois pour les jeunes

Le gouvernement présentera son projet de loi sur les emplois d'avenir au Parlement dès le 10 septembre. Son objectif est d'ouvrir l'accès à l’emploi et à une qualification aux jeunes pas ou peu qualifiés, qui ne parviennent pas à trouver le chemin de l'insertion professionnelle. 100.000 emplois d'avenir, c'est redonner de la confiance aux jeunes et à leurs familles et relancer la consommation. Les collectivités de notre pays doivent prendre toutes leurs parts dans la relance de l’emploi. Aubagne répond présent : la construction de la salle des fêtes, le collège, des logements (500 sur la commune en chantier en 2013 !) et le futur chantier du tramway vont créer des centaines d’emplois pour les Aubagnais. Un exemple à suivre par les collectivités mais aussi par les industriels de notre zone.

Groupe socialiste et Radical de Gauche : Patrick Arnoux, Gérard Rampal, Nicole Flouret, Arthur Salone, David Zeitoun, Stéphanie Harkane, Maurice Julien, Benjamin Durand, Fadela Ghassoui, Hélène Lunetta, Jacques Athias.

Le bel été d’Aubagne

Aubagne est un terroir de convivialité, où, année après année se construisent, avec la population, ces moments de rencontre où les gens d’ici et d’ailleurs se retrouvent sur les places et les cours de notre ville. Au grand bonheur du public, cet été n’a pas dérogé à la règle. Avec une semaine de plus, Le Bel été d’Aubagne a donné à voir, en plein air le répertoire de Pagnol ; les soirées gourmandes de la place Rau ont offert un écrin aux artistes de notre territoire à la hauteur de leurs talents ; et sur le cours Foch, on a swingué dans la douceur des nuits aubagnaises. Deux éléments expliquent ce succès : le choix politique d’assurer la gratuité de tous les spectacles et la qualité du service public aubagnais. Bravo à tous les agents municipaux qui ont su organiser ces moments de grande qualité !

Groupe Aubagne Citoyenne et Solidaire, société civile : Pierre Rodeville, Barbara La Barbera, Virginie Makeeff, André Sinet, Marie-Georges Pruneau.

L’avenir énergétique est dans la sobriété

Les prix de l'énergie vont mécaniquement continuer d'augmenter. Le budget consacré à soutenir l'énergie fossile va peser sur les finances de l'Etat, diminuant d'autant notre capacité à engager la transition énergétique promise par le chef de l'Etat, seule capable de faire cesser notre addiction aux hydrocarbures. Les quelques centimes de baisse initiés par le gouvernement nous ramènent au prix des carburants du mois de mai 2012. Le développement économique, vu par le prisme de la consommation d'énergie fossile, devient une chimère. Il est encore temps d'être dans le peloton de tête des concepteurs d'outils propres et de générateurs d'énergie non fossile efficaces. L'avenir énergétique est dans la sobriété et dans le captage des énergies renouvelables. Les plus malins seront ceux qui seront les premiers à bien maîtriser ces concepts et la fabrication des outils nécessaires à ces captages.  

Les élu(e)s EELV : Joëlle Anton-Michel, Claude Carbonnell, Carmen Heumann.

Le MoDem vous souhaite du tonus pour « les rentrées » 

L’été se poursuit avec de belles couleurs dans notre ciel aubagnais, dans ses collines et dans nos déterminations à davantage y travailler dans la majorité arc en ciel. Les crises économiques, financières et sociétales sont encore là pour quelques années. Notre pays et notre commune ont besoin de poursuivre les choix du rassemblement des énergies et des compétences et de l’engagement humaniste, pour mieux y résister. Les politiques d’aménagement de notre ville, le travail incessant pour davantage de solidarités entre tous ses habitants, notre politique éducative, nos combats pour un service public communal de qualité, mais aussi quand cela est nécessaire d’un partenariat public-privé, font partie de nos préoccupations politiques dans la majorité plurielle, dont le Centre que nous représentons a ses différences constructives à porter. Nous vous souhaitons le plus de tonus citoyen possible. 

Les élus Modem : Jean-Marie Orihuel, Josyane Royère, Michèle Cassand

 

Expression du 29 juin 2012

Un mariage à Aubagne !

Des Noces en juillet à Aubagne, quoi de plus banal. Mais quand le « novi » s’appelle Figaro, et que le maître de cérémonie n’est autre que le grand Mozart, l’évènement prend un autre relief. Le 12 juillet, cours Voltaire, les Aubagnais, mais sans doute aussi beaucoup de visiteurs, auront l’occasion d’assister en direct du festival d’Aix, sur écran géant, à la retransmission du célèbre opéra. C’est l’un des temps forts du magnifique programme de spectacles gratuits proposés par la Ville, dans le cadre du "Bel Eté d’Aubagne", en plus des représentations, des concerts, et du cinéma en plein air qui nous permet, à la fraîche, de revisiter la filmographie de Marcel Pagnol. Avec une telle richesse, je suis certain qu’outre nos concitoyens, ce sont aussi les restaurateurs, les hôteliers et les artisans locaux qui se souviendront longtemps de cet été 2012. En tout cas, Le "Bel Eté" s’avère déjà l’une des belles réussites de ce mandat, n’en déplaise aux éternels grincheux de l’opposition municipale.

MRC, Aubagne citoyenne et solidaire : Christian Faglia.

Le Centre doit changer de stratégie

Nous avons été candidats aux  régionales de 2010, cantonales de 2011, législatives de 2012, sous notre seule étiquette MoDem. Nous remercions ceux qui ont voté pour nous, comprenons les centristes qui ont choisi le vote utile. Merci à tous ceux  qui nous ont exprimé leur chaleureuse sympathie. Le MoDem s’est au niveau national fragilisé. Le mouvement de François BAYROU doit avoir la lucidité de comprendre que son pari de faire mentir les lois du bipartisme a échoué. Le MoDem ne peut pas désirer l’union nationale et refuser de mettre les mains dans le cambouis s’il n’en est pas au centre. Quand les valeurs se partagent, que nos visions sur la société se rejoignent, pourquoi ne pas travailler ensemble, pour l’intérêt général ? C’est ce que nous faisons dans l’équipe arc en ciel de gestion à Aubagne depuis 4 ans et 3 mois. Nous allons dans cette équipe mais aussi en ouverture à tous les centristes, davantage ancrer nos valeurs ici. Nous vous souhaitons un bel été.

Les élus Modem : Jean-Marie Orihuel, Josyane Royère, Michèle Cassand

Un toit = un droit !

Décembre 2011, le « Valcoucou SDF Hôtel » s’est installé sur le cours Foch. Cette création d’insurrection citoyenne, réalisée par l’artiste Philippe Guidau, s’intègre au mobilier urbain. Elle vise à interpeller les passants sur le mal logement tout en offrant un abri temporaire à un SDF. Pour nous, cet « écotoit », oeuvre culturelle, est une cabane interpellant. C’est un symbole qui permet de changer le regard sur les sans logis. C’est un outil qui peut faciliter le dialogue afin de mieux prendre en compte les besoins de cette population. C’est aussi le refuge de Michel qui a donné une âme à l’oeuvre de l’artiste engagé. Nous souhaitons que le Valcoucou SDF Hôtel, cabane d’humanisme, haut-parleur des sans voix, prolonge son existence, sur le cours Foch ou ailleurs. Il y a 15 ans déjà, Les Verts et Ballon Rouge réclamaient un accueil d’urgence de nuit municipal. On ne peut pas laisser aux seules associations la charge de gérer cette pénurie

Les élu(e)s EELV : Joëlle Anton-Michel, Claude Carbonnell, Carmen Heumann.

Pas d’expulsion sur le cours Foch 

Toujours solidaire des plus démunis, la municipalité a accepté la présence sur le cours Foch, sans autorisation, de l’abri réalisé par un artiste plasticien, pour alerter l’opinion sur le sort des Sans Domicile Fixe. Elle a estimé raisonnable, au bout de 6 mois, de demander à son occupant, qui n’est pas SDF, de regagner son lieu d’habitation habituel : la maison de retraite des légionnaires de Puyloubier. Rien ne justifie donc les réactions qui ont suivi cette démarche. Réactions d’autant plus injustes pour l’engagement constant des élus d’Aubagne et pour le travail social remarquable des services municipaux, qu’elles font silence sur les communes qui ne respectent pas le minimum légal de logements sociaux et celles sans aucune structure d’accueil pour les SDF ! Espérons en tout cas que, pour régler ces questions, la cabane du cours Foch ne sera pas un modèle pour la nouvelle ministre du logement…

Groupe socialiste et Radical de Gauche : Patrick Arnoux, Gérard Rampal, Nicole Flouret, Arthur Salone, David Zeitoun, Stéphanie Harkane, Maurice Julien, Benjamin Durand, Fadela Ghassoui, Hélène Lunetta, Jacques Athias.

Expression du 15 juin 2012

 

Tramway : enfin l’enquête publique !

Il y a tellement longtemps que la droite en a fait son cheval de bataille, que beaucoup l’attendaient impatiemment. L’enquête publique sur le tramway débutera dans trois jours, le 18 juin, pour se terminer le 20 juillet. De toutes les rencontres que j’ai, en particulier au Charrel, où j’habite depuis plus de vingt ans, le rejet que Mme Barthélémy et M. Gazay ont souhaité nourrir pour ce projet fait long feu. Bien au contraire, de plus en plus nombreux sont celles et ceux qui, bien informés, commencent à « languir » comme on dit ici. On voit l’opposition déjà s’organiser pour donner le sentiment d’une ville vent debout contre ce magnifique équipement. Une fois de plus, ce n’est pas mon sentiment, et je suis certain que les Aubagnaises et les Aubagnais les plus raisonnables, ceux qui aiment sincèrement leur ville, et s’attachent à ce qu’elle progresse, iront manifester leur adhésion au tramway. Tous aux cahiers !.

Aubagne citoyenne et solidaire, Front de Gauche : Jean-Claude Cuisinier.

Agir

Difficile aujourd’hui de contester les impacts environnementaux et sociaux de notre mode de développement : gaspillages et famines, changement climatique, épuisement des ressources, atteinte à la biodiversité et aux équilibres naturels. Mais de la prise de conscience à l’acte citoyen le chemin est difficile. Chacun se rejette l’action : politique pour les uns, citoyenne pour les autres. Les deux sont pourtant intimement liées : c’est en donnant l’exemple que les politiques ouvrent les possibles, accompagnent et facilitent les  initiatives citoyennes. Ici, du bio dans les cantines, c’est des parents volontaires, des collectivités solidaires dans un groupement d’achat, le choix et le soutien à une agriculture Bio locale. Pour diminuer la place de l’automobile, des transports collectifs fiables, gratuits, adaptés aux besoins, sont plus efficaces que la culpabilisation. Mais ce sont les citoyens qui choisissent les élu-e-s, leur rôle est donc fondamental.

EELV Les Verts : Joëlle Anton-Michel, Claude Carbonnell, Carmen Heumann.

Un programme qui se réalise

Ces derniers temps, on peut dire que la vitesse grand V est passée pour le programme municipal, même si nous travaillons depuis le début du mandat pour toutes ces réalisations. Dernièrement, c’était le lancement du Cantou partagé, un établissement pour personnes âgées dépendantes au vallon des Gavots. Voici quelques jours, la création de la ZAC des Gargues, qui accueillera sur 40 hectares, du commerce, de l’habitat social et en accession, des espaces culturels et de loisirs, des équipements publics et qui créera des centaines d’emplois. Autre projet : Rousselot où le permis de construire sera bientôt déposé et bien sûr la réalisation du premier tronçon du tramway qui viendra compléter la gratuité en matière de transports en commun. Aubagne avait commencé le changement bien avant tout le monde, mais le continuera avec tous !

Groupe socialiste et Radical de Gauche : Patrick Arnoux, Gérard Rampal, Nicole Flouret, Arthur Salone, David Zeitoun, Stéphanie Harkane, Maurice Julien, Benjamin Durand, Fadela Ghassoui, Hélène Lunetta, Jacques Athias.

Retisser le dialogue entre citoyens 

Les Français aspirent à un changement dans le style des rapports entre pouvoir et citoyens. Ils nous  demandent, audelà des idéologies, de tenter de traiter localement en priorité les causes des malaises sociétaux, notamment l’incapacité à s’écouter et la primauté du « paraître sur l’agir ». Tout politique risque d’être tenté de privilégier son idéologie et ses convictions au détriment  du bon sens et d’un vrai dialogue. Les décisions ne peuvent plus se faire en petit groupe et sans concertation. Nous voulons mettre en action un vrai débat d’idées et de projets, en y associant tous les citoyens. Il est indispensable dans notre société, fragilisée par les crises, de se parler, s’écouter, se rassembler et construire. Il faut que chaque citoyen devienne un acteur de premier plan en dépassant les barrières d’âge, de quartiers, de condition sociale, et évidemment d’idées politiques. 

Les élus MoDem : Jean-Marie Orihuel, Josyane Royère, Michèle Cassand. 

Expression du 1er juin 2012

 

Uniquement l’intérêt d’Aubagne !

L’ouverture de l’enquête publique sur le projet tramway doit être l’occasion de faire entendre l’intérêt public, l’intérêt d’Aubagne et uniquement cela. Il serait dommage que le débat sur un projet aussi important du programme municipal, soit confisqué par les amis de Sarkozy, qui espèrent détourner de son objet ce moment de concertation. L’intérêt public ? C’est celui qui a guidé le gouvernement précédent et l’ensemble des collectivités territoriales, au vu du dossier, à cofinancer à un très haut niveau le tramway d’Aubagne. L’intérêt général ? C’est celui qui conduit les CIQ des quartiers Est à souhaiter le raccordement futur avec le tramway marseillais. L’intérêt d’Aubagne ? C’est celui qui a convaincu les deux associations de commerçants et d’artisans signataires, avec leurs chambres professionnelles du protocole de partenariat avec la Ville et L’Agglo, qui va donner un coup de jeune à notre centre ville. Sans considération politicienne.

Groupe socialiste et Radical de Gauche : Patrick Arnoux, Gérard Rampal, Nicole Flouret, Arthur Salone, David Zeitoun, Stéphanie Harkane, Maurice Julien, Benjamin Durand, Fadela Ghassoui, Hélène Lunetta, Jacques Athias.

Une ville de rassemblement

On pourrait presque dire que c’est idée fixe : faire en sorte que les Aubagnaises et les Aubagnais se retrouvent en maintes occasions. C’est vrai des nombreuses réunions de concertation lors desquelles le choix a été de fait de construire Aubagne avec ses habitants. Les récentes rencontres autour du projet de ville ont été l’occasion d’échanger sur les grands projets qui structureront l’Aubagne de  demain. C’est vrai aussi des organisations festives comme, bien sûr, Marseille Provence Capitale 2013 de la Culture où tout le territoire de l’Agglo est concerné. C’est vrai encore avec l’organisation de la Fête de la musique, les concertations avec le groupe ville à la Vie Associative, les rencontres avec les commerçants du centre-ville pour leur proposer les belles animations qui vont rythmer le  Bel été d’Aubagne si riche de convivialité. Loin de la morosité et de l’austérité ambiante, nous voulons ici résister et trouver l’espoir dans le travail en commun pour une Aubagne encore plus belle et accueillante

Groupe Aubagne Citoyenne et Solidaire, société civile : Pierre Rodeville, Barbara La Barbera, Virginie Makeeff, André Sinet, Marie-Georges Pruneau.

Trois bougies pour les transports !

Troisième année du mandat municipal, les transports avancent à Aubagne : gratuité, 3ème voie, plan de déplacements inter-entreprises. D’autres  projets aussi ambitieux suivront : tram, Valdonne, pistes cyclables. Ce bénéfice humain rendra Aubagne encore plus agréable et plus vivante. Si les écologistes sont si attentifs aux transports, c’est qu’ils peuvent être source de nuisances, pollution, bruits, énergie gaspillée, agressivité, ou au contraire une source d’économie et de liens. Pour les fâcheux qui crient au vol de leurs économies, rappelons que se déplacer en TER coûte 10 fois moins qu’en voiture, qu’un vélo coûte 40 fois moins qu’une voiture. Ce sont donc bien des économies en temps, santé et finances. Chacun, chacune peut faire ce choix, si les collectivités en donnent les moyens. C’est le cas sur notre territoire. Tout cela a un coût bien sûr, comme chaque investissement, mais quel retour en qualité de vie ! 

EELV Les Verts : Joëlle Anton-Michel, Claude Carbonnell, Carmen Heumann.

Engagement politique et humanisme 

Le Centrisme est un humanisme intégral, un libéralisme social, un réformisme, un pragmatisme, un progressisme et un personnalisme. Ses principales valeurs sont la Liberté, le Respect, la Solidarité et la Tolérance. Son principe d’action politique est le Juste Équilibre. Sa règle comportementale est la responsabilité. Il est attaché à la démocratie républicaine représentative et délibérative. Il défend un exercice du pouvoir le plus proche possible du citoyen dans une mondialisation que l’on souhaite rendre humaniste. Il privilégie la conciliation à la confrontation, le dialogue et le compromis à tout sectarisme à toute opposition camp contre camp. Il n’y a pas une France de droite, une France de gauche et une France extrême, mais des Français en souffrance, en attente, en quête d’espoir, qui souhaitent des alternatives de rassemblement pour l’intérêt général. C’est le sens de notre engagement.

Les élus MoDem : Jean-Marie Orihuel, Josyane Royère, Michèle Cassand. 

Expression du 18 mai 2012

 

Convergences MoDem et sociaux-démocrates

Le MoDem a pour fondements l’humanisme, la solidarité et le rassemblement de tous les Français, au-delà des clivages historiques. Le président de la république élu par la majorité de nos concitoyens, a affirmé qu’il sera le président du rassemblement de tous, y compris de ceux qui n’avaient pas voté pour lui. C’est un social démocrate. Nous les démocrates sociaux, avons des convergences avec ce qu’il veut impulser. Nous souhaitons d’importants efforts pour bâtir une France solidaire, créer un avenir prospère pour nos jeunes, tonifier l’emploi, sortir de l’ornière notre éducation nationale, une justice indépendante, la lutte contre les déficits publics et la dette, le non cumul des mandats. Nous sommes dans la majorité présidentielle, mais vigilants car elle doit être pragmatique et accepter de revenir sur certaines promesses irréalisables, qui affaibliraient l’économie et le liant social de notre pays.

Les élus MoDem : Jean-Marie Orihuel, Josyane Royère, Michèle Cassand. 

Le changement est en marche

Le peuple français a choisi François Hollande. La campagne présidentielle a pris fin, sur une victoire, une belle, une nette victoire. Nous avons ressenti à la fois une joie, une émotion contenue et la conscience immédiate d’une lourde responsabilité. En même temps, même si le plaisir reste là, fort, nous avons, et François Hollande le premier, tout de suite été saisis par le sens de la responsabilité qui désormais pèse sur lui, sur nous. Il y avait, dimanche, de Tulle à la Bastille, en passant par Aubagne et tant de villes et villages de France, une liesse extraordinaire, tant cette victoire est historique. Mais chacun sait aussi que la crise est là, que la gauche, qui a quitté le pouvoir depuis 10 ans maintenant, est attendue, qu’elle doit faire ses preuves, qu’après le devoir de victoire se présente maintenant pour elle l’ardente obligation de réussir. 

Groupe socialiste et Radical de Gauche : Patrick Arnoux, Gérard Rampal, Nicole Flouret, Arthur Salone, David Zeitoun, Stéphanie Harkane, Maurice Julien, Benjamin Durand, Fadela Ghassoui, Hélène Lunetta, Jacques Athias.

Ne lâchons rien !

L’élection présidentielle vient de livrer son verdict à Aubagne: les votes FN et Front de Gauche sont les seuls à progresser. L’opposition municipale ne représente plus qu’un quart des Aubagnais, contre près de 35% il y 5 ans. Ne nous y trompons pas : cette situation n’est pas propre à notre ville, qui a rejeté à plus de 65% le Traité Constitutionnel Européen en 2005. Elle est la généralité en Europe. Face à un système dans l’impasse, les mouvements électoraux sont de plus en plus brutaux : l’exemple de la Grèce doit faire réfléchir. Dans ce paysage, les communes font encore figure de repères, et singulièrement en France, où la réforme des collectivités a été vidée de son contenu le plus destructeur grâce aux élus locaux. Il faut conforter le rôle des communes, afin qu’elles continuent à garantir l’équité, la justice sociale et le dialogue entre les citoyens. C’est tout le sens de notre projet pour Aubagne, et au lendemain de la présidentielle, sa pertinence est encore renforcée.

MRC, Aubagne Citoyenne, Solidaire : Christian Faglia

La victoire 

Les écologistes se félicitent de la victoire de François Hollande porteur du rassemblement, grand espoir d’un changement politique. Les Français ont rejeté la division des citoyens, la culpabilisation des plus pauvres, la politique des copinages. EELV sera partie prenante de ces nouvelles orientations pour plus de justice sociale, plus de démocratie, une politique ambitieuse de transition écologique et des actions à mettre en place dans tous les secteurs : habitat, énergie, alimentation et agriculture, santé et environnement, biodiversité…). Les crises qu’elles soient financières, économiques, écologiques ne sont pas inéluctables. Elles résultent aussi de choix politiques. A l’Assemblée, c’est par la représentation de toutes les forces mobilisées pour cette victoire que nous redonnerons espoir aux citoyens. De nouvelles voies pour garantir les biens communs pour tous et le bien vivre sans détruire les espaces pour l’Humanité sont à construire.

Les élus EELV : Joëlle Anton Michel, Claude Carbonnell, Carmen Heumann.

 

Expression du 4 mai 2012

A la Sainte-Baume

Le Conseil régional Provence Alpes Côte d'Azur a donné son accord pour la création du Parc Naturel Régional du Pays Sainte-Baume. Même si pour les Aubagnais ce massif nous semble lointain, il s’agit pourtant d’une décision importante pour notre bassin de vie. Le massif de la Sainte-Baume est décrit depuis toujours comme le réservoir hydraulique de la basse Provence. C’est lui qui alimente l’Huveaune, notre fleuve, c’est aussi lui qui modère ses crues en emmagasinant les pluies d’orage pour les distribuer tout au long de l’année en alimentant le fleuve et ses affluents. C’est lui qui nous donne à admirer des endroits extraordinaires comme les sources de Nans ou celle du Fauge à Gémenos. Il est donc important que nous soyons partie prenante dans la gestion de ce massif. Notre équipe municipale est donc engagée et nous sommes fiers d’être de ce projet, essentiel à la préservation de la flore, de la faune et des ressources en eau du massif.

Les élus EELV : Joëlle Anton Michel, CLaude Carbonnell, Carmen Heumann.

La France vit une expression citoyenne paisible…

Une expression citoyenne paisible s’est produite dimanche 22 avril dans notre pays et dans notre commune. Dans les isoloirs de chaque bureau de vote, les Français ont dit, nombreux, chacun à leur manière : « davantage de civisme », « prenez en compte nos préoccupations quotidiennes », « nous voulons un renouveau de la vie politique ». Ils l’ont dit paisiblement, par leur forte participation au vote. Et par les expressions citoyennes de leurs choix. Ils ont fait passer le message aux femmes et hommes politiques, qu’il était indispensable et urgent de se parler et de construire ensemble. Pour que solidarité, respect, tolérance, initiatives, liberté commencent enfin à se conjuguer harmonieusement. Pour que les politiques se retroussent les manches afin de trouver rapidement remèdes aux trop difficiles crises que nos concitoyens subissent au quotidien. 

Les élus du Mouvement Démocrate : Jean-Marie Orihuel, Josyane Royère, Michèle Cassand.

Et il ne faudrait pas informer ?

Mme Barthélémy a cru devoir convoquer la presse pour dénoncer l’information qu’apportent l’équipe municipale et celle de la communauté d’Agglomération et qu’elle appelle «la pub sur le tram». Cette information l’équipe municipale la doit pourtant à ses administrés et notre accusatrice dénoncerait «le silence municipal» si elle n’existait pas ! Chacun peut ainsi vérifier que ce projet est bien celui décidé en 2008 par les Aubagnais pour les Aubagnais, le plus petit tramway gratuit, en continuité du tramway de Marseille. Son financement est connu : les subventions conjointes de l’État, du Conseil général et du Conseil régional et un emprunt sur 35 ans, dont les annuités seront entièrement remboursées par la taxe de versement transport. Autrement dit, le tramway dispose d’un financement spécifique qui n’affecte en rien la réalisation de projets en cours ou à venir. Ca se sait de mieux en mieux et c’est pourquoi elle enrage !

Groupe socialiste et Radical de Gauche : Patrick Arnoux, Gérard Rampal, Nicole Flouret, Arthur Salone, David Zeitoun, Stéphanie Harkane, Maurice Julien, Benjamin Durand, Fadela Ghassoui, Hélène Lunetta, Jacques Athias.

LGV : quand Mme Barthélemy noyait le poisson 

C’est sur son site internet. Il y a un tout petit peu plus d’un an, Mme Barthélémy s’indignait que le magazine de l’Agglo révèle à la population le tracé envisagé pour la LGV. Pour elle, le tracé n’existait pas, mieux encore, la LGV ne verrait pas le jour. Pourtant, avec les excellentes relations qu’entretiennent les élus de la droite aubagnaise avec les cabinets ministériels, en particulier celui des transports, elle pouvait forcément en avoir la primeur. Ou alors, n’étant pas personnellement impactée par ce tracé, elle ne s’y intéressait pas. En définitive, cet épisode met en lumière une stratégie : quand les problèmes existent (annexion par Marseille, défense de l’hôpital…) on minimise, on met en doute la parole de la majorité, pour casser ce qui peut unir l’ensemble des Aubagnais. En revanche, on cherche en permanence les polémiques stériles qui ne visent qu’à diviser. Cela ne vous rappelle-t-il rien, ou personne ?

Aubagne citoyenne et solidaire, Front de Gauche : Jean-Claude Cuisinier

 

Expression du 20 avril 2012

Démocratie et civisme

On a toujours  mille et une raisons de se plaindre de ce qui ne va pas, mais se plaindre sans exprimer réellement son avis est stérile. Le vote est le premier acte de citoyenneté, c'est le moyen de faire fonctionner la démocratie. Une démocratie ne peut rayonner que si les citoyens sont acteurs, en considérant les élections, comme une responsabilité, comme un devoir. Mais c'est aussi un droit qui a été acquis par nos aïeux, parfois au prix de leur vie. S'ils étaient encore là, ils ne comprendraient pas pourquoi autant de citoyens s'abstiennent de faire usage de ce droit. Ne pas voter, c'est leur dire qu'ils sont morts pour rien !   Voter nous donne la possibilité de choisir nos dirigeants, ceux à qui l'on fait confiance, ceux dont les opinions sont les plus proches des nôtres ou, à défaut, d'écarter ceux qu'on ne veut absolument pas voir élus. Ne pas voter, c’est laisser les autres décider pour nous.

Les élus du Mouvement Démocrate : Jean-Marie Orihuel, Josyane Royère, Michèle Cassand.

Agir

Difficile aujourd’hui de contester les impacts environnementaux et sociaux de notre mode de développement : gaspillages et famines, changements climatiques, épuisement des ressources, atteinte à la biodiversité et aux équilibres naturels. Mais de la prise de conscience à l’acte citoyen, le chemin est difficile. Chacun se rejette l’action : elle doit être politique pour les uns, citoyenne pour les autres. Les deux sont pourtant intimement liées : c’est en donnant l’exemple que les politiques ouvrent les possibles, accompagnent et facilitent les  initiatives citoyennes. Du bio dans les cantines, c’est le résultat conjugué de l’action de parents volontaires, de collectivités solidaires dans un groupement d’achat, du choix et du soutien à une agriculture locale de qualité. Des transports collectifs efficaces et gratuits sont le gage d’un abandon progressif de l’usage intensif de l’automobile en zone urbaine, dont on sait qu’il serait coûteux et discriminatoire.

Les élus EELV : Joëlle Anton Michel, CLaude Carbonnell, Carmen Heumann.. 

Une semaine contre les discriminations

Nous ne parlerons pas de la campagne électorale, elle est suffisamment présente dans tous les médias. Pendant ce temps-là la vie continue. Les logements précaires, les soucis de chômage, les problèmes pour se soigner convenablement, tout cela perdure. A Aubagne, nous ne prétendons pas résoudre tous ces problèmes mais nous nous efforçons de faire que le vivre ensemble soit bien présent au travers de diverses manifestations. La 4e édition de la Semaine de lutte contre les discriminations vient de s’achever par la HandiFashion. Cela s’est déroulé à Agora où des mannequins professionnels ont défilé avec des handicapés dans une superbe ambiance, tant au niveau du public que des mannequins eux-mêmes. Chacun a prouvé que la discrimination n’est pas innée, elle peut se combattre partout. Alors les élections passeront, mais le regard bienveillant  que l’on peut avoir sur l’autre, lui, restera

Groupe Aubagne Citoyenne et Solidaire, société civile Pierre Rodeville, Barbara La Barbera, Virginie Makeeff, André Sinet, Marie-Geroges Pruneau.

Loyers : la plus forte hausse depuis 3 ans 

L’INSEE a publié l’indice de référence des loyers, qui connaît sa plus forte hausse depuis 3 ans.  Nicolas Sarkozy avait qualifié de  « retour à l’Union Soviétique » la proposition d’encadrement des loyers à la relocation, là où ils ont excessivement augmenté. Désormais 3,7 millions de Français sont en situation de mal-logement, 8 millions sont dans une extrême précarité et le coût du logement représente un quart des revenus des ménages. Il faut des mesures concrètes pour stopper la flambée des loyers et relancer la construction de logements en France. Nous proposons que 2 500 000 logements neufs soient construits dans les 5 prochaines années et que les loyers puissent être encadrés lors de la première location ou à la relocation, lorsque les prix sont excessifs 

Groupe socialiste et Radical de Gauche : Patrick Arnoux, Gérard Rampal, Nicole Flouret, Arthur Salone, David Zeitoun, Stéphanie Harkane, Maurice Julien, Benjamin Durand, Fadela Ghassoui, Hélène Lunetta, Jacques Athias.

 

Expression du 6 avril 2012

 

Plaidoyer pour La Métropole

C’est à cet exercice assez ahurissant que s’est livrée Mme Barthélémy dans le dernier AJJ, concluant qu’après tout  « une métropole consentie vaudra toujours mieux qu’une métropole imposée ». Pourquoi écrit-elle cela ? Parce que le patronat (elle appelle ça  le monde économique) s’est prononcé pour La Métropole. Plus de 90% des habitants du Pays d’Aubagne ont dit NON en 2010, mais si les patrons le veulent…Pour Mme Barthélemy, les élus au  « champ de vision, souvent étroit et archaïque » sont ceux qui respectent le vote du peuple, les autres se plient au patronat. Comme pour le tramway, où ce même patronat s’est prononcé contre. Et devinez ce que dit Mme Barthélemy, sur ce dossier ? Elle est contre elle aussi, naturellement. Et dire qu’elle nous parle dans le même texte « de rester accroché à son clocher idéologique », tout en confirmant que la droite reste la meilleure courroie de transmission du capitalisme.

MRC, Aubagne citoyenne et solidaire : Christian Faglia

Il persiste et signe

Lors du dernier conseil municipal, le groupe politique de M. Gazay a voté contre la modification de notre plan d’occupation des sols qui permettra la construction de 400 logements en accession et locatif sociaux et 3 200m² destinés au commerce de proximité et aux services à La Tourtelle. Comme lors du conseil municipal précédent, pour la modification du zonage de l’avenue Roger-Salengro qui permet aussi la construction de logements en accession et locatif social.  M. Gazay et son équipe sont bien les dignes représentants locaux du gouvernement actuel. Loin d’« Une France de propriétaires », depuis 5 ans rien n’a été fait pour maîtriser le prix du foncier, les montants des loyers, augmenter le pouvoir d’achat pour permettre aux Français qui le souhaitent l’accession à la propriété, rien pour obliger les communes qui ne respectent pas la loi des 20% de logements sociaux.

Groupe socialiste et Radical de Gauche : Patrick Arnoux, Gérard Rampal, Nicole Flouret, David Zeitoun, Maurice Julien, Arthur Salone, Stéphanie Harkane, Fadela Ghassoui, Benjamin Durand, Hélène Lunetta, Jacques Athias. 

Autrement

Les Verts sont révolutionnaires, ils disent que tous les hommes sont égaux, y compris les femmes, les grands, les maigres, les blonds, les homos, les Arabes, les vieux,  toutes les personnes en situation de ... et même les petits et les aigris. Nous sommes tous autrement capables. Nos différences, c'est notre force, notre beauté, ce qui fait l'Humanité. Alors quel est l'intérêt de distinguer celui qui est né ici de celui qui est né là ? Celui qui a un sexe, celui qui en a deux, celui qui n'en a pas ? Celui qui est capable, celui qui l'est autrement ? Et de décréter doctement « Pas d'enfants pour ceux-ci, pas de mariage pour ceux là, pas d'amour pour certain, pas de travail pour toi, et même, pas de toit. » A Europe Ecologie Les Verts, c'est Une tête = Une voix, même pour les muets, ça va de soi.

Les élus EELV : Joëlle Anton Michel, CLaude Carbonnell, Carmen Heumann.

Démocratie, espoir, vérité et réalisme 

« Ô peuple citoyen on ne peut te tromper, Car l’œil fixe est debout sur la grève sacrée, Chacun de nous contient le chêne République, Chacun de nous contient le chêne vérité ! » Victor Hugo s’opposait en ses termes au risque de confiscation de la démocratie par les illusions. Les citoyens français, pour qui les débuts de mois sont difficiles, l’isolement de plus en plus important et le pouvoir médiatique trop prégnant, vivent cela aujourd’hui. Le MoDem a choisi en France et à Aubagne, l’engagement, la vérité, le pragmatisme, l’humanisme sans concession, pour du concret réalisable. Nous prônons le rassemblement au-delà des idéologies et des clivages pour l’intérêt général avec pour objectif une vraie démocratie citoyenne éclairée. Avec plus d’éducation, de culture, de justice, de pluralisme et l’espoir d’une France plus solidaire.

Les élus du Mouvement Démocrate : Jean-Marie Orihuel, Josyane Royère, Michèle Cassand.

 

Expression du 23 mars 2012 

 

Avocate des riches !

Lors du dernier conseil municipal, Mme Barthélemy a pris, avec la conviction de la militante sarkozyste, la défense des banques contre lesquelles la Ville d’Aubagne s’oppose courageusement. Sans le moindre souci des finances de la commune, elle préfère voir, comme certains amoureux éconduits, l’objet de son désir dans la difficulté plutôt qu’avec un autre. C’est une idée bien singulière du rôle d’une opposition municipale. Il faut dire que Nicolas Sarkozy lui avait promis Aubagne, en 2007, certain que sa popularité permettrait à ses plus fidèles relais dans le pays d’emporter des villes ancrées à gauche. Sans doute s’est-elle fait l’avocate du capitalisme pour rappeler son ancrage à droite, ce à quoi elle a parfaitement réussi : on ne défend bien que les causes que l’on épouse sincèrement. Et Mme Barthélemy défend mieux le capitalisme qu’elle ne défend Aubagne. C’est bien triste...

Aubagne citoyenne et solidaire Front de Gauche :  Jean-Claude Cuisinier

Un PLU au service du logement

Partout en France le logement est cher, de jeunes adultes retournent vivre chez leurs parents faute de pouvoir en assumer la charge, des familles vivent dans des logements humides et mal isolés, d’autres attendent des années avant de pouvoir accéder au logement social faute de HLM en nombre suffisant, des personnes âgées cessent de se chauffer l’hiver parce qu’elles ne parviennent plus à payer les factures…. Les communes qui ne respectent pas le seuil minimum de logements sociaux, comme Gémenos, paient une amende ridicule. C’est dire l’importance de ce qui se fait ici, grâce en particulier à une Plan Local d’Urbanisme au service d’une politique équilibrée du logement. La construction de 1200 logements sociaux et en accession à la propriété sera réalisée, conformément aux engagements de la majorité de gauche. Les socialistes en sont fiers. 

Groupe socialiste et Radical de Gauche : Patrick Arnoux, Gérard Rampal, Nicole Flouret, David Zeitoun, Maurice Julien, Arthur Salone, Stéphanie Harkane, Fadela Ghassoui, Benjamin Durand, Hélène Lunetta, Jacques Athias. 

Echarpe tricolore et engagement pour notre ville

Lors du précédent conseil municipal, Jean-Marie Orihuel a rappelé qu’en 2006, il était dans l’opposition à l’équipe de gauche, du fait des alliances politiques de l’époque Centre et Droite. Les centristes ont quitté fin 2006 cette alliance, en créant un groupe municipal d’intérêt communal, l’UMP étant trop éloignée des valeurs solidaires. Le  MoDem se félicite du travail de l’équipe « arc en ciel majoritaire », qui a amélioré les salaires des catégories fragiles du personnel municipal et offert davantage de services publics aux Aubagnais. En ce qui concerne les emprunts dits toxiques, il s’y était fermement opposé en 2006, une commune devant être gérée « en bon père de famille ». Depuis 4 ans, le travail majoritaire et les actions pour se désengager des emprunts à risque conviennent au MoDem. Nous ne sommes pas dans l’action communale « pour parader », mais pour du travail concret dans l’intérêt général des Aubagnais !

Les élus MoDem : Jean-Marie Orihuel, Josiane Royère, Michèle Cassand.

Quels enjeux pour demain ? 

Une chaîne humaine de 60 000 personnes entre Avignon et Lyon, le jour anniversaire de la catastrophe de Fukushima. Nous savons aujourd’hui que le nucléaire sûr et propre n’existe pas, que l’épuisement des ressources, uranium compris, impose un autre modèle énergétique. Fini le mythe de l’électricité pas chère excluant le coût du démantèlement des centrales et la gestion des déchets. Le litre d’essence à Paris à 2 euros confirme la fin de l’énergie bon marché. Le pétrole, les matières premières, l’eau, aujourd’hui les gaz de schistes sont confisqués par de grands groupes privés avec l’appui des pouvoirs politiques.Des alternatives existent. Les témoignages de tous les continents lors du FAME en sont la preuve. L’heure est à la résistance et à l’imagination pour des solutions plus économes et conformes aux besoins des populations. Les politiques doivent s’émanciper des lobbies et choisir un autre modèle de société, avec et pour les citoyens. 

Les élus EELV : Joëlle Anton Michel, Claude Carbonnell, Carmen Heumann.

 

Expression du 9 mars 2012 

 

Tramway : la droite joue la « cata » !

Le CATA, c’est le curieux nom choisi par l’association, soutenue par la droite locale, des anti-tramway d’Aubagne… Il lui convient parfaitement : ses dirigeants se flattent d’être intervenus auprès du ministre des transports afin qu’il … supprime la participation de l’Etat (13,7 millions d’euros) prévue au financement du tramway ! L’UMP Thierry Mariani leur a expliqué, navré, qu’il ne pouvait pas violer la loi uniquement pour nuire à la municipalité de gauche. Ainsi les mêmes qui mentent depuis des mois sur le financement du tramway - qui ne coûtera pas, rappelons-le, un centime d’impôts aux contribuables - sont prêts à tout. L’intérêt public, ils s’en moquent ! Mais les inspirateurs de cette démarche scandaleuse ont fait un mauvais calcul. Ils ont échoué et leur comportement anti-aubagnais a choqué nombre de nos concitoyens, de droite comme de gauche..

Groupe socialiste et Radical de Gauche : Patrick Arnoux, Gérard Rampal, Nicole Flouret, David Zeitoun, Maurice Julien, Arthur Salone, Stéphanie Harkane, Fadela Ghassoui, Benjamin Durand, Hélène Lunetta, Jacques Attias.

Sale temps pour une campagne

De petits mots assassins en procès d’intention, la campagne des présidentielles ne crée pas un climat serein, c’est le moins que l’on puisse dire. A entendre bon nombre de candidats, c’est l’autre qui n’a pas d’idées. Permettez-nous de demander de vrais débats de fond, une confrontation d’idées, un programme pour la France et non des bagarres de bacs à sable. Car à remuer ce genre de sable, on attrape toutes sortes de maladies, comme le fascisme par exemple ! Nous, ce qu’on veut, c’est savoir comment ceux qui ont du mal à vivre vont mieux s’en sortir avec le futur président. Meilleure qualité de vie, des revenus décents, une bonne prise en charge des frais de santé et un service public digne de ce nom ! Alors, dictateurs financiers de tous poils, arrêtez de nous demander de massacrer le seul moyen d’avoir une solidarité digne de ce nom..

Groupe Aubagne Citoyenne et Solidaire, société civile : Pierre Rodeville, Barbara La Barbera, Virginie Makeeff, André. Sinet, Marie-Georges Pruneau.

Avons-nous tous pour idéal un  humanisme politique ?

Pendant des décennies des murs ont séparé les citoyens. De chaque côté de ces murs, il y a des femmes et des hommes avec qui non seulement on peut parler mais surtout on doit construire. Nous avons tous des valeurs en commun, même si nos chemins sont différents. C’est probablement le cas de tous les habitants de notre ville. L’humanisme politique doit être un projet de société rassembleur. Notre société est trop injuste, égoïste et discriminatrice. Nous avons au-delà des clivages à mettre en action des objectifs communs concrets pour garantir à tous la pérennité des « indispensables » (logement, emploi, santé, éducation, formation, sécurité...) et de davantage donner au citoyen la liberté d’intervenir pour influencer les choix politiques en s’engageant dans la vie de la cité et du pays, en refusant le bloc contre bloc et en trouvant énergie à bâtir ensemble. !

Les élus MoDem : Jean-Marie Orihuel, Josiane Royère, Michèle Cassand.

Journée internationale de la Femme 

Une nécessité ? Un maire choisit les femmes de son équipe pour leurs compétences. Dans les petites communes, elles sont moins nombreuses. Seraient-elles moins compétentes ou doivent-elles laisser la place à des hommes qui, eux, le sont forcément ? Dans les « Statuts de l’élu local » édité par l’Association des Maires, la photo de couverture est une écharpe tricolore sur un costume-cravate ! A la demande des élu-e-s EE-LV, la photo devrait, heureusement, être changée. Les femmes constituent 50% de la population mondiale et 70% des personnes pauvres. Elles ne sont que 2% à accéder au droit foncier, elles sont largement majoritaires dans l’emploi précaire et accèdent plus difficilement aux soins de santé ou à l’éducation. Alors oui, cette journée est nécessaire pour l’accès des femmes aux droits fondamentaux, pour le respect des femmes dans leur intégrité corporelle, pour que le genre soit intégré dans la transformation de la société.

 

Les élus EELV : Joëlle Anton Michel, Claude Carbonnell, Carmen Heumann.

 

Expression du 24 février 2012 

 

Renouveau de l’Huveaune

Il est dans notre ville des espaces à reconquérir. Ils furent négligés par les contraintes du quotidien et les urgences du court terme, parmi eux: les berges de l’Huveaune. Notre fleuve fut de toutes les étapes de l’histoire de notre ville. Tour à tour adulé et craint, indispensable et inutile, visible et caché, il a rythmé la vie de dizaines de générations d’Aubagnais. Aujourd’hui, reprendrait-il grâce, discrètement, auprès d’un nombre grandissant de nos concitoyens ?  Cette coulée verte et bleue apaise et humanise la ville. C’est pourquoi les élu-e-s EELV sont pour la création d’un SAGE qui gérera et préservera mieux aussi bien le milieu naturel (biodiversité, les usages) que les risques. Aujourd’hui, le Parc des Défensions, la fête de l’Huveaune en projet, le «Collectif Associations Huveaune » (12 associations de Marseille à Plan d’Aups), le Contrat de rivière en cours, sont les signes encourageants de la reconnaissance de notre fleuve.

Les élus EELV : Joëlle Anton-Michel, Carmen Heumann, Claude Carbonnell. 

La Morochita, un écrin pour la mémoire d’Aubagne

J’y tenais tout particulièrement. Aubagne aura bientôt un espace à la hauteur de sa longue histoire, un parcours de plus de mille ans. Et quel espace ! Un véritable joyau, La Morochita, une propriété magnifique posée sur sept hectares de verdure, de garrigue, propice à tous les projets, toutes les manifestations. Ce choix, c’est le fruit du travail des ateliers participatifs, mêlant citoyens, techniciens et élus, tous également passionnés par la mise en valeur de notre patrimoine commun. Tous les Aubagnais pourront se faire une idée des potentialités de ce lieu, qui leur appartient, il sera rouvert au public. Reste maintenant à préciser comment il se transformera dans l’avenir, puisque sa destination a été trouvée. Et là, nous savons pouvoir compter sur la créativité de tous ! Avec une certitude : le résultat final sera source d’étonnement et de fierté pour tous les Aubagnais, jeunes ou moins jeunes.

Aubagne citoyenne et solidaire, Mouvement Républicain et Citoyen : Christian Faglia.

A chacun ses priorités

Depuis des années, les socialistes s'insurgent contre les difficultés auxquelles doivent faire face les habitants de Marseille et sa région : insécurité, perte d'emploi, fiscalité inégalitaire, logements insuffisants etc. Cela nous parait bien plus utile et plus urgent pour combattre le chômage, qu’un référendum stigmatisant les chômeurs ! A-t-on déjà oublié que l'Etat-UMP est impassible et indifférent aux fermetures d'usines, à l'instar de NetCacao et de Fralib en totale situation de crise ? Habitants délaissés, citoyens appauvris, entreprises abandonnées, chômeurs et étrangers stigmatisés... la seule idée de la droite marseillaise pour sortir la capitale régionale de son marasme c’est d’annexer Aubagne à son territoire !

Groupe socialiste et Radical de Gauche : Patrick Arnoux, Gérard Rampal, Nicole Flouret, David Zeitoun, Maurice Julien, Arthur Salone, Stéphanie Harkane, Fadela Ghassoui, Benjamin Durand, Hélène Lunetta, Jacques Attias.

La fin des modèles impose de nouvelles postures politiques 

1989 marquait la fin du système socialiste soviétique, aujourd’hui est remis en question le capitalisme ultra libéral et on voit la nécessité d’une plus forte coopération économique et de gestion financière des pays européens. La voie centrale humaniste du MoDem  souhaite la promotion économique des Services d’intérêt Général, la lutte contre l’exclusion, davantage de logements sociaux,  retrouver en France un système éducatif performant, et renforcer notre système de santé. Il ne peut plus y avoir d’appel à la cohésion sans l’affirmation d’une action déterminée au service de la justice sociale et de l’intérêt général.  L’imprudence de n’avoir pas mis et de ne pas mettre la réduction de la dette en priorité des choix passés et à venir risque de fragiliser la France. Demain, plus que jamais, la rigueur financière, la justice sociale et la vérité doivent conduire les décisions des politiques.

Les élus MoDem : Jean-Marie Orihuel, Josiane Royère, Michèle Cassand.

 

Expression du 24 février 2012 

 

Renouveau de l’Huveaune

Il est dans notre ville des espaces à reconquérir. Ils furent négligés par les contraintes du quotidien et les urgences du court terme, parmi eux: les berges de l’Huveaune. Notre fleuve fut de toutes les étapes de l’histoire de notre ville. Tour à tour adulé et craint, indispensable et inutile, visible et caché, il a rythmé la vie de dizaines de générations d’Aubagnais. Aujourd’hui, reprendrait-il grâce, discrètement, auprès d’un nombre grandissant de nos concitoyens ?  Cette coulée verte et bleue apaise et humanise la ville. C’est pourquoi les élu-e-s EELV sont pour la création d’un SAGE qui gérera et préservera mieux aussi bien le milieu naturel (biodiversité, les usages) que les risques. Aujourd’hui, le Parc des Défensions, la fête de l’Huveaune en projet, le «Collectif Associations Huveaune » (12 associations de Marseille à Plan d’Aups), le Contrat de rivière en cours, sont les signes encourageants de la reconnaissance de notre fleuve.

Les élus EELV : Joëlle Anton-Michel, Carmen Heumann, Claude Carbonnell. 

La Morochita, un écrin pour la mémoire d’Aubagne

J’y tenais tout particulièrement. Aubagne aura bientôt un espace à la hauteur de sa longue histoire, un parcours de plus de mille ans. Et quel espace ! Un véritable joyau, La Morochita, une propriété magnifique posée sur sept hectares de verdure, de garrigue, propice à tous les projets, toutes les manifestations. Ce choix, c’est le fruit du travail des ateliers participatifs, mêlant citoyens, techniciens et élus, tous également passionnés par la mise en valeur de notre patrimoine commun. Tous les Aubagnais pourront se faire une idée des potentialités de ce lieu, qui leur appartient, il sera rouvert au public. Reste maintenant à préciser comment il se transformera dans l’avenir, puisque sa destination a été trouvée. Et là, nous savons pouvoir compter sur la créativité de tous ! Avec une certitude : le résultat final sera source d’étonnement et de fierté pour tous les Aubagnais, jeunes ou moins jeunes.

Aubagne citoyenne et solidaire, Mouvement Républicain et Citoyen : Christian Faglia.

A chacun ses priorités

Depuis des années, les socialistes s'insurgent contre les difficultés auxquelles doivent faire face les habitants de Marseille et sa région : insécurité, perte d'emploi, fiscalité inégalitaire, logements insuffisants etc. Cela nous parait bien plus utile et plus urgent pour combattre le chômage, qu’un référendum stigmatisant les chômeurs ! A-t-on déjà oublié que l'Etat-UMP est impassible et indifférent aux fermetures d'usines, à l'instar de NetCacao et de Fralib en totale situation de crise ? Habitants délaissés, citoyens appauvris, entreprises abandonnées, chômeurs et étrangers stigmatisés... la seule idée de la droite marseillaise pour sortir la capitale régionale de son marasme c’est d’annexer Aubagne à son territoire !

Groupe socialiste et Radical de Gauche : Patrick Arnoux, Gérard Rampal, Nicole Flouret, David Zeitoun, Maurice Julien, Arthur Salone, Stéphanie Harkane, Fadela Ghassoui, Benjamin Durand, Hélène Lunetta, Jacques Attias.

La fin des modèles impose de nouvelles postures politiques 

1989 marquait la fin du système socialiste soviétique, aujourd’hui est remis en question le capitalisme ultra libéral et on voit la nécessité d’une plus forte coopération économique et de gestion financière des pays européens. La voie centrale humaniste du MoDem  souhaite la promotion économique des Services d’intérêt Général, la lutte contre l’exclusion, davantage de logements sociaux,  retrouver en France un système éducatif performant, et renforcer notre système de santé. Il ne peut plus y avoir d’appel à la cohésion sans l’affirmation d’une action déterminée au service de la justice sociale et de l’intérêt général.  L’imprudence de n’avoir pas mis et de ne pas mettre la réduction de la dette en priorité des choix passés et à venir risque de fragiliser la France. Demain, plus que jamais, la rigueur financière, la justice sociale et la vérité doivent conduire les décisions des politiques.

Les élus MoDem : Jean-Marie Orihuel, Josiane Royère, Michèle Cassand.

 

Expression du 10 février 2012 

 

Manque-t-il 500 000 chômeurs ?

Tout le monde a entendu le Président de la république s’indigner des 500 000 emplois créés en 10 ans par les collectivités territoriales. Doit-on comprendre qu’il manque 500 000 chômeurs à notre pays quand le chef de l’Etat menace de pénaliser les collectivités qui auraient trop d’employés ? La question posée ainsi au plus haut niveau n’est pas nouvelle à Aubagne. Mme Barthélemy, M. Gazay et les élus de leurs groupes vont-ils à nouveau reprendre ce thème à l’occasion des débats budgétaires ? Cela serait très instructif pour nos concitoyens, parce que c’est l’idée que chacun se fait du rôle d’une ville qui est en débat. Pour la droite, une ville doit réduire la voilure en temps de crise, réduire ses investissements, son personnel, ou les aides aux associations. En clair, se conformer aux injonctions des agences de notation. Ce sont pourtant ces remèdes-là qui contribuent à couler des pays entiers. C’est pourquoi, ici, nous entendons maintenir emplois et services publics. Parce qu’ils sont irremplaçables. 

Aubagne citoyenne et solidaire, Front de Gauche : Jean-Claude Cuisinier. 

Quand il n’y a plus de toit il n’y a plus de droit. L’Abbé Pierre

Dans les zones où les prix sont excessifs, il faut encadrer par la loi les montants des loyers lors de la première location ou à la relocation. Pour résoudre la crise du logement sur les cinq ans à venir il faut 2,5 millions de logements intermédiaires, sociaux et étudiants, soit 300 000 de plus que lors du quinquennat précédent, dont 150 000 logements très sociaux. Il faut renforcer la loi SRU, en multipliant par cinq les sanctions qui pèsent sur les communes refusant d’accueillir les ménages aux revenus modestes et moyens. Il faut porter à 25% les exigences en matière de construction de logements sociaux et favoriser la mixité habitat, activités économiques et culturelles sur les mêmes lieux. Il faut que l’Etat mette à disposition des collectivités locales les terrains dont il dispose pour leur permettre de construire de nouveaux logements sociaux.

Groupe socialiste et Radical de Gauche : Patrick Arnoux, Gérard Rampal, Nicole Flouret, David Zeitoun, Maurice Julien, Arthur Salone, Stéphane Harkane, Fadela Ghassoui, Benjamin Durand. H.Lunetta, J. Attias.

Les Français observent et réfléchissent avec civisme !

Une révolution silencieuse est en train de se produire chez les Français !  Les échéances politiques à venir les concernent, mais avec plus d’observation et de réflexion qu’auparavant ! Le réveil de la conscience citoyenne s’affirme. Les Français savent que les clivages entre camps, entre clans sont dépassés. L’affrontement et l’opposition d’une France contre l’autre les lassent. Ils n’existent que dans l’esprit de la classe politique. Alors pourquoi se déchirer et s’opposer au lieu de se parler et de construire ensemble? Les Français veulent la vérité sur la situation préoccupante de la France et ce qu’exige concrètement l’intérêt national. Ils veulent aussi une autre politique où solidarité, respect, tolérance, initiative, liberté se conjuguent harmonieusement. Ils souhaitent se rassembler, s’unir et travailler au redressement du pays. Du bon sens,  de la raison et du civisme ! 

Les élus MoDem : Jean-Marie Orihuel, Josyane Royère, Michèle Cassand 

Pour une démocratie participative de projet

Nous  souhaitions un atelier différent par sa forme et son contenu. AVENIR: Atelier de Veille Ecologique et de Nouvelles Initiatives Responsables est né. Nous souhaitions autour du triptyque (élus, personnels, habitants) une même volonté : construire une culture de projet, déboucher sur du concret et du changement. Objectif : entendre et soutenir les porteurs de projet, favoriser les synergies tout en acceptant la confrontation des idées. Premières propositions sorties des rencontres : l’ecoresponsabilité municipale autour des personnels engagés dans des actions de développement durable, la place de l’Huveaune dans la ville  avec le milieu associatif, les actions concrètes de l’agenda 21 pour Aubagne à découvrir et à enrichir…Des actions, mais aussi une veille environnementale où porteurs de projets et lanceurs d’alerte auront toute leur place. Ce lieu est indispensable : proposons et agissons, tous capables.

Les élus EELV : Joëlle Anton-Michel, Carmen Heumann, Claude Carbonnell.

Expression du 27 janvier 2012 

Nos vœux

En cette nouvelle année le groupe de militants élus tient à souhaiter à la population d’Aubagne ses vœux de bonheur, de santé et de prospérité. Ce sera une année riche, avec les chantiers anciens à terminer et les nouveaux qui s’engagent. Certes nous aurons à combattre la pauvreté, à redoubler d’efforts pour un meilleur logement, à faire preuve de solidarité envers les plus démunis, nous devrons nous efforcer de reconquérir les acquis sociaux rognés par la classe politique actuellement au pouvoir et nous savons que la crise est bien présente. Mais à Aubagne nous savons nous serrer les coudes quand il le faut. Nous vous attendons tous dans les diverses réunions pour que vous puissiez y exprimer vos attentes, vos doutes, vos souhaits et pour qu’Aubagne puisse continuer à avancer la tête haute en prônant les valeurs qui nous tiennent à cœur et que nous voulons défendre. N’oublions pas que les luttes fédèrent et doivent être menées et décidées par tous.

Groupe ACS (société civile) : Pierre Rodeville, Barbara La Barbera, Virginie
Makeeff , André Sinet, Marie-Georges Pruneau.

TVA « sociale » = nouvelle baisse du pouvoir d’achat

Le principe de la TVA sociale : on baisse les cotisations payées par les employeurs pour financer la sécurité sociale (retraite et protection contre la maladie). En compensation de cette baisse des cotisations patronales, on augmente la TVA. C’est le consommateur qui va payer à travers des augmentations de prix ! Le gouvernement fait une nouvelle fois le choix de taper sur le pouvoir d’achat des classes moyennes et des classes populaires pour financer une mesure exigée par Mme Parisot et le MEDEF. Le PS propose qu’elle soit calculée sur l’ensemble de la valeur ajoutée. Mettre en place une politique concernant les prélèvements qui pèsent sur les entreprises qui modulera l’impôt sur les bénéfices des sociétés selon qu’ils sont réinvestis ou redistribués en dividendes.

Groupe socialiste et Radical de Gauche : Patrick Arnoux, Gérard Rampal, Nicole Flouret, David Zeitoun, Maurice Julien, Arthur Salone, Stéphanie Harkane, Fadela Ghassoui, Benjamin Durand, Hélène Lunetta, Jacques Attias.

Dialogue intercultuel

La crise économique fait naître un sentiment fort d’insécurité. La confiance en nos institutions laïques se dégrade. Les injustices sociales brouillent, dans nos esprits, la hiérarchie des valeurs. Les références morales s’estompent quand la répartition des richesses obéit à des règles inéquitables voire amorales promues par les élites.Tout concourt à déstabiliser les valeurs structurantes de notre société. Dans ce contexte, les extrémismes, qu’ils soient religieux ou politiques, trouvent un terreau propice à leur progression en prônant le ralliement à des valeurs souvent simplistes et inadaptées à la complexité du monde. Leur credo: le sectarisme et la désignation de l’ennemi. Or, c’est bien dans la crise qu’il faut privilégier le bien vivre ensemble dans le respect mutuel de nos convictions et de nos religions. Ici à Aubagne, le dialogue intercultuel fonctionne bien. Préservons cette richesse, elle est inestimable.

Les élus EELV : Joelle Anton-Michel, Carmen Heumann, Claude Carbonnell. 

L’humain au centre des gestions politiques

Réduire la dette du pays, relancer la production industrielle, améliorer le système éducatif, malmené par les précédents gouvernements et rassembler les énergies au-delà des clivages partisans sont des éléments d’une dynamique qui se renforce en France et chez nous. Peut-on conjuguer les en communs du centre, de la gauche, de la droite et de la société civile ? Oui. A condition de proscrire les promesses démagogiques, de rester nous-même avec comme objectif prioritaire l’intérêt général de tous les Français, et notamment ceux de plus en plus démunis et blessés par les affrontements politiques stériles, qui ont affaibli notre pays et ses citoyens. Nous devons aller vers une gouvernance de compétences afin de sortir notre pays de la crise sociétale et économique, en mettant l’humain, dans ses diversités et ses capacités à travailler ensemble, au centre des gestions politiques nationale et locales.

Les élus MoDem : Jean-Marie Orihuel, Josyane Royère, Michèle Cassand.

Expression du 13 janvier 2012 

Un monde inhospitalier

Une augmentation de 3 à 6°C d’ici à la fin du siècle : c’est l’augmentation mondiale de la température prévue maintenant par les experts du climat. De conférences en sommets mobilisant des centaines d’experts, l’échec de la raison se confirme. Les 190 pays réunis à Durban avaient jusqu’au 9 décembre pour trouver un accord visant à contenir sous le seuil de 2% l’emballement du réchauffement. Hélas, comme à chaque fois, il n’y a pas eu d’accord déterminant. L’homme va donc fabriquer en quelques siècles un environnement différent de celui qui l’abritait depuis des millions d’années. Le modèle économique qui a présidé à nos destinées atteint aujourd’hui le paroxysme de l’absurdité en nous conduisant vers un monde triste et inhospitalier. Pour atténuer ces effets il faut: économiser l’énergie et remplacer les énergies fossiles par les renouvelables. Ces actions sont à notre portée, elles génèreront de l’emploi durable et non délocalisable. 

Europe Ecologie Les Verts : Joëlle Anton Michel, Claude Carbonnell, Carmen Heuman 

2012, l’année du changement

L'année qui s’achève a été rude. L’économie s'est ralentie, le chômage a repris sa marche infernale, la précarité s'est diffusée à de trop nombreuses familles, le pouvoir d'achat s’est souvent réduit à une peau de chagrin. La crise a sa part dans cette dégradation de la situation. Mais la responsabilité se situe autour de décisions insuffisantes, imprudentes, qui ont abouti à laisser la spéculation et les marchés imposer leurs rythmes et leurs intérêts. Nous avons fini l'année 2011, nous en avons conscience, dans l'incertitude. La France est un grand pays avec une grande Histoire. Elle a toujours su se rassembler autour de ses principes. Le premier, c'est l’égalité. En 2012, nous voulons surtout que les Français reprennent confiance en eux-mêmes et vivent en harmonie, en solidarité, en sécurité, avec cette fierté commune de relever, ensemble, notre pays. Bonne Année 2012 à tous.

Groupe socialiste : Patrick Arnoux, Gérard Rampal, Nicole Flouret, David Zeitoun, Maurice Julien, Arthur Salone, Stéphanie Harkane, Fadela Ghassoui, Benjamin Durand

2012 nouvelle année, nouvelle énergie !

On nous annonce la fin du monde pour 2012, ça sent surtout la fin d’un monde, celui où des hommes et des femmes meurent de l’ignorance et du mépris d’autres qui ont trop. Face aux riches et aux puissants imaginons un nouveau monde à notre idéal avec la Liberté comme base, l’Egalité comme but et la Fraternité comme moyen. Que notre pays et nos concitoyens retrouvent considération et confiance. Que cesse la période de forte instabilité et d’incertitude que traverse notre France depuis 5 ans ! Pour cela il ne suffit pas de dire, d’écrire et d’espérer, il faudra aller voter en 2012 et ne pas se tromper ! Rendons positive l’Energie qui existe dans chacun d’entre nous, pour faire de l’année 2012 une excellente année !

Groupe Aubagne citoyenne et solidaire (Parti Radical de Gauche ) : Hélène Lunetta, Jacques Athias

Nos voeux pour une année de civisme

Le moral des Français n’est pas au beau fixe. Nous devons traverser une crise économique et sociétale, qui risque de durer, en gardant notre optimisme et notre volonté d’aller dans la construction d’un monde meilleur. En 2007, nous avions besoin d’espoir. Un vent de civisme a soufflé lors de la préparation de nos choix pour l’élection présidentielle. Beaucoup ont été déçus. Nous allons, au printemps, avoir une action citoyenne forte par de nouvelles élections en avril, mai et juin. Profitons de l’hiver pour une réflexion sur nos engagements, au-delà de la communication, en trouvant la volonté réelle des politiques qui peuvent rassembler toutes les énergies et les compétences, pour construire des remèdes innovants pour bâtir un avenir où chacun puisse prendre réellement son destin en main. Nous vous souhaitons une bonne année 2012, avec le plus de bonheur, de solidarité et de civisme possibles.

Les élus MoDem : Jean-Marie Orihuel, Josyane Royère, Michèle Cassand 

Expression du 16 décembre 2011

La bonne nouvelle

Après la réussite de Grains de Sel, Aubagne offre son visage le plus réjouissant : des animations de Noël accessibles à tous, chaque année plus féériques et plus fréquentées, et la persistance de traditions au coeur de notre identité. A un moment où beaucoup manient la peur du lendemain à des fins électoralistes, développer ce qui fait lien entre les gens est une nécessité. Le tramway aura ce rôle, entre autres. Il irriguera un centre ville toujours plus attractif et dynamique. C’est la crainte de cette réussite qui pousse la droite à multiplier les obstacles pour en retarder la mise en service : ce qui est bon pour Aubagne ne l’est pas forcément pour l’opposition municipale. Préparons-nous sereinement à voir durer cette campagne de dénigrement et projetons-nous plutôt dans le futur proche d’une ville mieux équipée, préparée pour les décennies à venir. Après tout, c’est à cet optimisme raisonné que nous invite la période de Noël. Il n’y a aucune raison de s’en priver, ni de ne pas le faire savoir.

Aubagne citoyenne et solidaire, MRC : Christian Faglia

Aubagne, ses seniors 

Comme vont nos sociétés, l’espérance de vie va croissant. Son chiffre augmente depuis plus d’un siècle, de deux à trois mois par an. On sait maintenant que nos enfants et petits-enfants assisteront à un tassement de cette progression, voire à une inversion. Il n’en est pas moins vrai que nos seniors d’aujourd’hui sont nombreux et leur nombre ne cessera d’augmenter encore le temps d’une ou deux générations. C’est donc un véritable enjeu majeur que de se préoccuper de leur place au sein de nos sociétés. Ils sont une richesse, culturelle, économique, associative, inestimable. Elle apporte beaucoup au dynamisme de notre ville. Plus tard, ils sont notre mémoire, la fondation sur laquelle se bâtit notre futur. Nous devons nous employer à la conserver pour les générations futures. L’enjeu du bien vivre des seniors est un enjeu important, au service duquel nous devons nous employer sans relâche.

Europe Ecologie - Les Verts : Claude Carbonnell, Joëlle Anton-Michel, Carmen Heumann

Les adieux à Danielle Mitterrand 

Les socialistes ont rendu un dernier hommage à Danielle Mitterrand, samedi 26 novembre dans le parc de l’abbaye de Cluny, en Saône-et-Loire où avaient lieu ses obsèques. Danielle Mitterrand nous laisse un message d'espoir. Il montre la voie d'un monde plus juste aux générations qui inventeront le monde de demain, comme nous tentons de le faire à Aubagne. Le décès de Danielle Mitterrand a endeuillé non seulement la gauche, mais aussi Aubagne et la France toute entière. Les élus socialistes d’Aubagne formulent le voeu auprès du premier magistrat de notre ville pour qu’une avenue d’Aubagne porte son nom. Une femme d’exception au service des plus démunis, qui ne cessa jamais d’être la Résistante qu’elle fut pendant la dernière guerre. Nous continuerons le combat que nous menions côte à côte pour une eau publique bien de l’humanité. 

Groupe socialiste : Patrick Arnoux, Gérard Rampal, Nicole Flouret, David Zeitoun, Maurice Julien, Arthur Salone, Stéphanie Harkane, Fadela Ghassoui, Benjamin Durand

Union consensuelle pour l’intérêt général 

En ces temps de crise, le désir de l'union nationale réapparaît, porté par des personnalités comme François Bayrou. Cette union nationale, il est peu probable que les partis politiques la fassent, mais les électeurs pourraient bien l'imposer, lors des prochaines élections. La seule majorité cohérente, c’est la majorité du courage qui se formera autour d’un projet de relèvement de la France. Ceux qui y participeront seront ceux qui diront : les problèmes ne sont pas ailleurs, ils sont chez nous. Les réformistes de toute sensibilité, devront prendre leurs responsabilités. Sur Aubagne, et sa communauté d’agglomération, la majorité de gestion dépasse les clivages politiques. Pourquoi d’autres sensibilités politiques, dans les temps difficiles qui nous attendent, ne nous rejoindraient pas dans une union programmatique consensuelle pour l’intérêt général. Nous vous souhaitons de belles fêtes de Noël. 

Les élus MoDem : Jean-Marie Orihuel, Josyane Royère, Michèle Cassand 

Expression du 2 décembre 2011

Le vivre ensemble

Pour faire oublier les problèmes de dette, une campagne de grande ampleur est lancée par le, relayée par les médias. Les bénéficiaires du RSA, des allocations familiales, sont régulièrement traités de fraudeurs, des groupes sont ainsi désignés comme des délinquants, qui volent les « Français » les bons. Pourquoi ? Pour faire oublier les affaires, les gaspillages, la mauvaise gestion, les arrangements entre amis, les exilés fiscaux, les spéculateurs qui pillent sans limite le bien public au delà de toute morale républicaine. C’est une spécialité du gouvernement d’opposer les communautés les unes aux autres, de discriminer, de mettre à l’écart et tout cela non pour une vérité à appliquer, non pour une meilleure gouvernance mais seulement parce qu’il y a bientôt des élections et qu’il est bon d’attirer les électeurs extrêmes. A Aubagne, Grains de Sel a réuni tout le monde sans exclusive, sans discrimination, et sans stigmatisation, et ce fut un beau succès.

Groupe ACS (société civile) : Pierre Rodeville, Barbara La Barbera, Virginie Makeeff , André Sinet, Marie.Georges Pruneau. 

Tous contre le tracé de la  LGV  PACA 

Des centaines d’Aubagnaises et Aubagnais se sont rassemblés jeudi 24 novembre pour dire NON à la proposition de RFF d’une ligne ferroviaire pour train à grande vitesse .En effet les propositions de tracés défigureront notre commune, supprimeront de nombreuses habitations, détruiront des bâtiments industriels, pollueront notre environnement, etc... L’ensemble des élus de l’est du département refusent conjointement cette LGV et demandent un aménagement nouveau pour bénéficier d’une déserte régionale de qualité entre Marseille et Toulon. Le choix d’un tracé dit des Métropoles, est le choix de l’Etat, du maire de Marseille, des présidents de la communauté urbaine, du conseil général et du conseil régional. Nous leur demandons de revoir leurs positions et d’exiger de RFF de nouvelles études

Groupe socialiste : Patrick. Arnoux, Gérard Rampal, Nicole Flouret, David Zeitoun, Maurice Julien, Arthur Salone, Stéphanie Harkane, Fadela Ghassoui, Benjamin Durand. 

La France des propriétaires : un mirage (suite)

Pour les 8,4 millions de copropriétaires  français,  les charges de copropriété ont progressé de 3,9% en 2010, selon l'étude annuelle de l'Observatoire national de l'union des syndicats de l'immobilier. Elles s'établissaient à 23,20 euros par an  le mètre carré en moyenne (hors travaux exceptionnels). Les charges de copropriété ont augmenté de 3,8 % par an en moyenne depuis 2002, alors que sur la même période les prix à la consommation ont, eux, augmenté de 1,7%  et le revenu des ménages de 3,2%. La volonté du gouvernement actuel  de réduire  la construction de logements sociaux et d’augmenter l’accession à la propriété est un mirage dangereux. Il faut se battre pour davantage de logements sociaux de qualité ! La crise économique et financière va blesser davantage de foyers. Le rôle des politiques est de trouver les remèdes contre le mal vivre. Pas de le favoriser.

Les élus MoDem : Jean-Marie Orihuel, Josiane Royère, Michèle Cassand.

Non à la LGV, Oui au TER

Dans la consultation de la LGV, les dés sont pipés. Le gouvernement s’entête à promouvoir de grandes infrastructures offertes aux capitaux privés. Il soutient la logique marchande de la SNCF mais ne défend pas les missions de service public de déplacements quotidiens et du fret. S’il y a des financements, qu'ils aillent aux TER, pour les besoins des habitants. Le gain de temps et la concurrence à l’avion défendue par des environnementalistes, ne peuvent être les seuls critères. Les impacts de ce mégalo projet sont dévastateurs pour les populations et l’environnement. Après l’Arbois, Marseille, puis le projet Blancarde, et re-Marseille LGV, la gabegie financière liée aux gares TGV est récurrente. Les écologistes dénonçaient déjà les aberrations de la création de celle de l’Arbois bien avant 2001. La mobilisation citoyenne a pour effet de questionner les élu-e-s. Qu’ils assument leur responsabilité.

Les élus Europe Ecologie Les Verts : Joëlle Anton-Michel, Claude Carbonnell, Carmen Heumann.

Vers le haut

Expression du 18 novembre 2011

Vas y Charlie... Ecris !

Depuis quelques temps nous vivons de graves atteintes à la liberté d’expression ! Cette violence s’inscrit dans une longue suite d’actions du même type. Elle démontre avant tout qu’il ne doit pas y avoir de tolérance pour l’intolérance dans notre République laïque. La loi du 9 décembre 1905 place en tête le principe de la liberté de conscience, c’est-à-dire le droit de croire, ou de ne pas croire, de douter ou de refuser.Au-delà de ces faits on voit poindre au loin, des menaces pour l’ensemble des libertés publiques. Seule la laïcité garantit que les expressions religieuses ne puissent plus devenir synonymes d’oppression des autres formes de pensée, ni des libertés d’autrui. Nous avons tous besoin de laïcité, c’est la condition élémentaire du vivre ensemble et c’est à l’Etat d’assurer la sécurité et les libertés d’expression de tous !

Les élus du Parti Radical de Gauche : Hélène Lunetta, Jacques Athias 

La France des propriétaires : un mirage 

Dans son rapport annuel 2011, la Fondation Abbé Pierre évoque les dangers du slogan du président Sarkozy : «faire de la France un pays de propriétaires ».Faire rêver pour refuser une juste politique du logement assurant à tous un habitat décent et financièrement abordable, quel que soit le statut d’occupation, y compris en logement social.Les propriétaires sont des ménages à moins d’un tiers modestes et à plus de deux tiers à haut revenu.Devenir propriétaire exige un effort financier considérable, que les ménages peuvent moins supporter quand le prix de l’immobilier a doublé en 30 ans et que les revenus n’ont progressé que de 25%. Accéder à la propriété impose pour beaucoup des emprunts longs avec des traites correspondant au tiers des revenus, rendant le quotidien difficile. Au moindre changement de vie (chômage, maladie..), la propriété peut devenir un rêve qui piège et non un statut qui protège.

Les élus MoDem : Jean-Marie Orihuel, Josiane Royère, Michèle Cassand. 

La France, mal présidée, n'est pas protégée de la crise

Depuis quatre ans, la crise est installée en France comme dans la zone euro. Sur le bilan de Sarkozy, la responsabilité du gouvernement français dans le déficit public actuel et la faiblesse des mesures prises par le gouvernement: «le pire des déficits est bien le déficit de cohérence».Réguler les produits financiers dérivés, qui ne devraient être autorisés que pour les seules couvertures des agences économiques. Taxer les transactions financières. Agir sur la reforme du système monétaire international, les européens doivent installer un rapport de force avec la Chine pour lier la politique financière et commerciale. L'Europe reste menacée par une crise financière de grande ampleur. La crise ne peut pas être surmontée car le fond de stabilité financière n'est pas suffisamment doté pour faire face à de nouvelles difficultés.

Groupe socialiste : Patrick Arnoux, Gérard Rampal, Nicole Flouret, David Zeitoun, Maurice Julien, Arthur Salone, Stéphanie Harkane, Fadela Ghassoui, Benjamin Durand.

Peut-on se passer du nucléaire ?

Aux antiTram qui qualifient le Tram d’anti-écologique car il fonctionne à l’électricité nucléaire, je lance un appel. Notre électricité est issue à 75% de la filière nucléaire. Faut-il dans ce cas, éteindre tous les éclairages des vitrines, enseignes des magasins (petits commerces, grandes surfaces, illuminations de Noël, chauffage... ? C’est donc un véritable retour à la chandelle qui nous est proposé ! Nous pensons qu’il est possible de sortir en 20 ans du nucléaire grâce à une transition énergétique : maîtrise des consommations, développement des renouvelables. Cela nous rendra moins dépendants des matières premières (pétrole, uranium…) Nous sommes prêts à continuer le débat initié lors de Mondissimo, avec tous ceux qui le souhaitent. Rendez-vous le samedi matin 26 novembre sur le cours Foch.

Europe Ecologie-Les Verts : Carmen Heuman.

Vers le haut

Expression du 4 novembre 2011

Noter une ville ? Sur quels critères  ?

Les agences de notation font depuis quelques temps l’actualité, et la course à la note est devenue le sport favori de nos gouvernants. Les journalistes et chercheurs du  Monde diplomatique ont permis d’éclairer nos concitoyens sur leurs critères de notation : moins une collectivité emploie de salariés, moins elle fait d’investissements, moins elle assure de services à la population, moins elle subventionne les associations et mieux elle est notée. Ces critères sont l’exact contraire des engagements que nous avons pris devant les Aubagnais en 2008 : on comprend pourquoi Aubagne n’a pas les faveurs de ces agences ! Nos choix ne sont pas dictés par la rentabilité financière, mais par la réponse aux besoins d’une population en difficulté croissante, d’entreprises en mal de commandes, d’associations de plus en plus sollicitées pour maintenir du lien social. Renoncer à cela, c’est vider l’intervention publique de toute son humanité, la politique de tout son sens.

* La Provence du vendredi 16 septembre.

Aubagne citoyenne et solidaire (MRC) : Christian Faglia 

Les mensonges scandaleux de Mme Barthélemy 

Dans le cadre de la concession d’aménagement pour la réalisation de la zone d’activité de La Baronnette à Beaudinard, la SAEMPA a acquis 13 590 m² de foncier en zone NA à un prix moyen de 15€. La commune a fait l’acquisition en 1991/92 de trois parcelles d’une superficie de 1 948m² au prix global de 161 080 francs à l’époque, soit environ 12,65€/m². En 1994, elle a acquis un délaissé d’autoroute pour 776m², au prix de 10 F/ m² soit 1, 5 €. Ces terrains étaient classés au POS en zone NA2, donc sans équipement nécessaire à une activité. Suite à une modification du POS les terrains UE3 et UD1. Le zonage U suppose que le secteur est équipé, raison pour laquelle France Domaines lors de la nouvelle évaluation indique 70€ le m², équipement à la charge de la SAEMPA. Pour cette raison la Ville a décidé de céder ces parcelles au prix de 20€. Elle ne vend pas à perte et n’accorde aucune subvention à la SAEMPA, contrairement aux mensonges de Mme Barthélemy. 

Pour le groupe socialiste : Gérard Rampal 

LGV Paca

Dans le cadre de la concertation faite par RFF sur la LGV des Métropoles, nous avons affirmé la priorité au développement des TER et la nécessité de prendre en compte les nuisances et les sites remarquables avant la réduction des temps de parcours. Mais des aménagements sont nécessaires pour répondre aux besoins des populations condamnées aux embouteillages, au coût de l’essence, à la pollution mais aussi pour développer le fret ferroviaire. Besoins de travaux sur la ligne existante dès 2014 pour aller vers une sorte de RER-réseau express sur l’aire métropolitaine (bassins de vie d’Aubagne, de Marseille, d’Aix-en-Provence) pour des déplacements quotidiens de qualité. Besoin de la réouverture d’Aubagne/Valdonne pour un maillage satisfaisant du territoire. Besoin d’une nouvelle infrastructure notamment entre Marseille et Toulon mais permettant une mixité des fonctions (TER,TGV, fret). Hors de ce contexte global, la LGV n'est pas acceptable 

Europe Ecologie Les Verts : Joëlle Anton Michel, Claude Carbonnell, Carmen Heumann.

La  politique ne doit pas se réduire à un affrontement idéologique

Pour améliorer le quotidien difficile, certains proposent de sortir de l'euro et de chasser les immigrés, d’autres la démondialisation. Pour le MoDem, il faut au pays de la lucidité et du bon sens. La France a tous les atouts pour redevenir un pays créateur, producteur, éducateur, si elle renforce ses énergies innovantes et réalistes. Les problèmes ne viennent pas que de l'extérieur du pays, mais aussi de chez nous. Les efforts pour reconstruire le pays sont grands et nécessitent que le plus de personnes possible se mobilisent au-delà des idéologies, du repli sur soi et de la xénophobie. La dette n’est pas sans conséquences, notre État n’est pas indéfiniment solvable. Quant à changer l'ordre économique mondial, les marchés et l'OMC pour que les choses aillent mieux il nous faudrait des décennies.  Les Français ne peuvent vivre d’utopies qui s’affrontent et attendre.

Les élus MoDem : Jean-Marie Orihuel, Josiane Royère, Michèle Cassand.

Vers le haut

Expression du 21 octobre 2011

Primaires : la gauche au centre du débat 

Avant même le second tour des primaires organisées par le Parti socialiste (ce billet est écrit le 14 octobre), on peut relever quelques enseignements suite au succès populaire, et citoyen, de cette consultation. A Aubagne comme ailleurs, le ras-le-bol du sarkozysme a mobilisé des électeurs de la gauche tout entière, ravis de pouvoir exprimer le besoin d’une autre logique de société, mais aussi une indignation croissante. Les débats d’entre deux tours ont été intéressants: le curseur a glissé du centre droit vers la gauche, la nouveauté est là. Services publics, justice fiscale, éducation, taxation des circuits financiers, retraite, délocalisations boursières : enfin des thèmes en harmonie avec le cœur battant des révoltes sociales de ces dernières années. Sur chacun d’entre eux, les contenus restent à préciser, pour convaincre une majorité qu’une autre société est non seulement nécessaire, elle est possible. Pour cela, les débats du premier tour de la présidentielle seront décisifs.

* La Provence du vendredi 16 septembre.

Groupe Aubagne, Citoyenne, Solidaire : Jean-Claude Cuisinier 

Transports propres

La semaine de la mobilité se termine, riche de manifestations locales : 250 enfants des CLEA à la journée organisée pour l'occasion, des vélos rigolos sont partis à l'assaut du Garlaban : le Cyclocoucoutour. Ces actions ont marqué l'importance des transports propres. Même s’ils ne satisfont pas à tous les besoins ils sont indispensables aux déplacements quotidiens. Le tram, la troisième voie Aubagne Marseille, la voie de Valdonne sont nos atouts dans la voie du développement durable. Ils nous permettront de renouer avec le confort et la rapidité du transport collectif bien pensé. Pour autant, sur Aubagne, le Vélo n'a pas encore trouvé sa place. Ce doit être la prochaine étape de notre progression vers une mobilité durable dont on sait qu'elle favorise le vivre ensemble, le partage et les échanges citoyens. C’est aussi de tout cela qu’il a été question lors de la concertation de l’Agenda 21: construction collective et participative. 

Europe Ecologie Les Verts : Joëlle Anton Michel, Claude Carbonnell, Carmen Heuman

Le MoDem souhaite développer l’habitat social

Lors du dernier conseil municipal, l’opposition sarkozyste, refusait la construction des 320 nouveaux logements sociaux sur la friche de Rousselot, qui permettra de maintenir à 23% le nombre de logements en location à prix raisonnable dans notre commune dans les  années à venir. Acquérir un bien relève aujourd’hui de la gageure. Le coût du loyer et des charges locatives dans le secteur privé est  cher. Les logements sociaux aident à maintenir une qualité de vie décente à de plus en plus de familles. Il faut appliquer la loi SRU, mais aussi la renforcer et en augmenter les seuils. Les baisses de crédits, décidées par le gouvernement, pour accompagner les acteurs de logements sociaux doivent être annulées. C’est la position nationale du MoDem. Il faut soutenir  une politique de l'habitat social qui est  un des fondements de notre République. La « France des propriétaires » n’est que celle de ceux qui ont la chance d’avoir de bons revenus.

 Les élus MoDem : Jean-Marie Orihuel , Josiane Royère, Michèle Cassand.

Donnons de la force au rassemblement 

François Hollande a reçu un mandat du peuple de gauche, lors de l’élection primaire organisée par le Parti Socialiste.  Ce rassemblement s'est opéré en toute cohérence avec le projet socialiste qu’il a défendu et qui lui a permis d'être désigné  candidat du rassemblement au soir du 16 octobre .Sans le rassemblement il n'y a pas de victoire possible face à la droite et l'extrême droite. Nous avons en commun un seul et unique devoir : gagner le 6 mai 2012. Nous aurons à relever notre pays, à lui redonner confiance en ayant comme priorité la jeunesse, en luttant contre les inégalités, en donnant à nos quartiers une fierté supplémentaire d'être français et en réussissant la réconciliation de nos territoires.  Cette dynamique, nous devrons la poursuivre demain dans le cadre de l'affrontement que nous aurons à mener contre Nicolas Sarkozy et le FN. 

Groupe socialiste : Patrick Arnoux, Gérard Rampal, Nicole Flouret, David Zeitoun, Maurice Julien, Arthur Salone, Stéphanie Harkane, Fadela Ghassoui, Benjamin Durand.

Vers le haut

Expression du 7 octobre 2011

Oui au tram ! 

L’Agglo a toujours vu loin en matière de transport. La gratuité des bus, si longtemps moquée par l’opposition de droite, est maintenant applaudie par celle-ci. En sera-t-il de même pour le tramway ? Pourtant les arguments fallacieux pour l’empêcher de rouler ne leur manquent pas : « c’est le contribuable qui va payer ! ça va tuer le commerce de centre ville ! Le tram ça pollue !... » Mais l’Etat finance le projet et la communauté urbaine de Marseille vient de l’inscrire dans son projet d’aménagement et de développement durable. A contrario de l’argutie réactionnaire et mensongère de la droite aubagnaise, nous voyons dans ce projet une formidable opportunité de repenser la ville, de regagner de l’espace sur la voiture, de redonner à l’humain toute sa place, et bien sûr de redynamiser le commerce de centre ville. Tous les projets de tram ont soulevé l’ire de commerçants. Aujourd’hui tous reconnaissent que cela a donné un nouveau souffle à leur ville. Alors pourquoi pas à Aubagne le premier tramway gratuit du monde ?…

* La Provence du vendredi 16 septembre.

Aubagne Citoyenne et Solidaire, société civile : Pierre Rodeville, Virginie Makeeff, André Sinet, Marie-Georges Pruneau

Peut-on dépasser les clivages ?

Les grands électeurs, mécontents des changements que le président de la République veut imposer aux communes et intercommunalités, de ses gesticulations et de son inaction pour traiter les causes des  graves malaises sociétaux, ont changé la couleur politique de la majorité du Sénat. Nous pensons, au MoDem, qu’il faut dans tous les lieux décisionnels  un changement de style dans les rapports entre pouvoir et citoyen. Les politiques tendent trop à  privilégier leurs idéologies et  à manipuler  l’opinion au détriment  du bon sens et d’actions concertées et consensuelles pour lesquelles il est impératif de dépasser tous  les clivages. Les décisions ne doivent pas se prendre en petit groupe et sans  concertation, par ceux qui savent au détriment de ceux qui ignorent, avec comme priorité les idéologies, les avantages de certains et la communication au détriment du bon sens et de l’intérêt général. 

Les élus MoDem : Jean-Marie Orihuel, Josyane Royère, Michèle Cassand

A dimanche

Ce dimanche 9 octobre et dimanche 16 octobre en cas de second tour, les socialistes d’Aubagne organisent, comme dans tout le pays, des élections primaires, pour désigner le candidat du parti socialiste aux élections présidentielles de 2012. Quelle que soit votre intention de vote au premier tour de ce scrutin décisif, les 22 avril et 6 mai prochains, vous pouvez participer à cette primaire si vous considérez appartenir au « peuple de gauche ». Nous vous y invitons chaleureusement, pour créer les conditions de la victoire sur Nicolas Sarkozy, après les 5 années catastrophiques que nous venons de vivre sous sa présidence. Dimanche, rendez-vous à l’Espace Bras d’Or, de 9h à 19h. !

Groupe socialiste : Patrick Arnoux, Gérard Rampal, Nicole Flouret, David Zeitoun, Maurice Julien, Arthur Salone, Stéphanie Harkane, Fadela Ghassoui, Benjamin Durand.

Pour un monde sans nucléaire

Après Tchernobyl, Fukushima…Marcoule, qui peut prétendre que le risque nucléaire peut être maîtrisé ? Qu’il soit civil, militaire, public, privé, il reste une menace pour l’humanité. Faire croire que l’électricité (75%) issue du nucléaire est propre, pas chère et sure est une tromperie ! Ne pas décider aujourd’hui de sortir du nucléaire, c’est nous priver de développer des solutions alternatives créatrices d’emplois (maîtrise et réduction des consommations, énergies renouvelables…) Le démantèlement des centrales et la gestion des déchets maintiendront les emplois actuels longtemps encore. Sans débat public, le choix du nucléaire décidé en catimini a toujours été un déni de démocratie. Cependant, il sera avec la transition énergétique, au cœur des Présidentielles. Localement enfin le 10 octobre, les énergies de demain, la place du nucléaire, Europe Ecologie Les Verts présentera les arguments pour en sortir : une occasion à ne pas manquer ! 

Les élues Europe Ecologie, les Verts : Joëlle Anton Michel et Carmen Heumann


Vers le haut

Expression du 23 septembre 2011

Un document embarrassant 

M. Piterra et ses amis de droite n’ont pas apprécié la publication de la carte des réseaux de transports prévue par la Ville de Marseille dans son plan de révision du POS…* Elle confirme en effet l’intérêt régional du tramway d’Aubagne qui lui a déjà fait obtenir le soutien financier de l’Etat, de la Région et du Département. Il est pourtant bien naturel que la Ville de Marseille qui réfléchit à son évolution dans les années à venir prévoie une connexion entre son tramway et le nôtre, comme indiqué très clairement dans le document d’urbanisme que Gérard Rampal a transmis à AJJ et que nous tenons à la disposition de qui le souhaite. On comprend l’embarras de l’UMP : sa propagande anti-tramway risque de connaitre le même fiasco que ses précédentes campagnes de dénigrement contre la création de l’Agglo, contre la gratuité des bus, contre la voie de Valdonne, contre les Défensions ou contre le prétendu « bétonnage » du Garlaban…

* La Provence du vendredi 16 septembre.

Groupe socialiste : Patrick Arnoux, Gérard Rampal, Nicole Flouret, David Zeitoun, Maurice Julien, Arthur Salone, Stéphanie Harkane, Fadela Ghassoui, Benjamin Durand

Cohésion nationale et valeurs républicaines

La cohésion nationale, fondée sur les valeurs de liberté, égalité, fraternité, qui intègre tous ceux, qui avec le temps, s'y rattachent est mise à mal par les militants du sarkozysme et de l’extrême droite. Faire croire que le mal être de tous serait dû à une catégorie de Français, comme le faisait l’Allemagne à l’avènement du nazisme, est indigne. Les déclarations des responsables de ces partis politiques n'ont rien à voir avec une quelconque volonté d’améliorer notre quotidien qui s'aggrave tous les jours. Renforcer les discriminations ne peut rendre notre société plus heureuse. Le 25 septembre a lieu une journée nationale d’hommage aux harkis. Comme le disait Dominique Schnapper, « l'épisode des Harkis constitue une des pages honteuses de l'histoire de France, comme l'ont été l'instauration du statut des juifs ». Battons nous contre ces malsaines manipulations électoralistes.. 

Les élus MoDem : Jean-Marie Orihuel, Josyane Royère, Michèle Cassand

Comoriens, nos frères !

En proclamant « Comorien = délinquant », Claude Guéant se livre à un racisme d’Etat. Encore une fois, il accrédite l’idée antirépublicaine selon laquelle il existe deux catégories de Français : les Français et les Français originaires de... Il est inadmissible qu’un ministre de l’intérieur dénonce une population et la stigmatise de manière injustifiée. Dans une patrie qui a comme devise Liberté, Egalité, Fraternité, un personnage comme Claude Guéant ne doit plus exercer de responsabilité politique et encore moins nommer des préfets de la République. Mais hélas ces propos ne surprennent plus, car depuis longtemps Guéant cherche à coller au FN pour retenir l’attention d’une partie de l’électorat de la famille Le Pen et tout ça avec l’aval de Sarkozy...  Ce gouvernement fait pitié !

Les élus du Parti Radical de Gauche (Aubagne citoyenne et solidaire) : Hélène Lunetta et Jacques Athias

 Un tram pour tous

Au-delà du choix d’un mode de transport à faible émission de gaz à effet de serre,  un tram a du sens si tout le monde peut en profiter et s’il répond aux besoins des gens. Jeunes, vieux ou personnes handicapées, la Solidarité n'est pas un vain mot. A Aubagne, cela passe par un travail très en amont des réalisations. Ce qui n'est pas pris en compte dès le début, coûte énormément à refaire ou à adapter. La commission accessibilité, relais entre élus, citoyens, associations, organismes publics et agents techniques de la Ville et de l’Agglo a aussi ce rôle d'anticipation, de co-construction et de concertation avec les spécialistes pour la prise en compte des besoins réels : visites de station de tram existantes, choix des matériaux, travail  sur les plans, les parcours. Rien n'est laissé au hasard tout est calculé, discuté. L'accessibilité, ça ne s'improvise pas. C'est ça aussi faire de la politique ambitieuse, pour tous, durable et bien gérée. 

Les élues Europe Ecologie, les Verts : Joëlle Anton Michel et Carmen Heumann

 

Vers le haut

Expression du 9 septembre 2011

Quel bel été à Aubagne !

N’en déplaise à l’opposition municipale qui, à longueur de temps, dénigre notre ville, elle est de plus en plus visitée et appréciée. 17% de visiteurs supplémentaires en juillet et août, ce n’est pas le fruit du hasard. Pas plus que le succès de l’édition 2011 d’Argilla, ou la notoriété grandissante du Bel été d’Aubagne, de son cinéma en plein air, ses spectacles gratuits. On voit bien que notre action dans le domaine du tourisme porte ses fruits, à la grande satisfaction de tout un secteur économique. Ces progrès sont d’autant plus appréciables qu’ils ne se font pas au détriment de nos concitoyens et de leur qualité de vie. Nos visiteurs partagent tout simplement les mêmes spectacles, les mêmes manifestations, les mêmes services dont peuvent profiter les Aubagnaises et les Aubagnais. Cette réussite, c’est aussi celle du travail en osmose entre notre communauté d’agglomération et les services municipaux. Et ça aussi, c’est une vraie satisfaction.

Aubagne citoyenne et solidaire, MRC : Christian Faglia

Les frontières partisanes peuvent-elles encore bouger ?

« Est-ce rêver que penser qu’une majorité de projet, conçue par et pour les Aubagnais de diverses sensibilités, va se mettre en action ? La mise en commun des énergies  pour traiter notre société en grande difficulté doit  être prise en compte par tous les responsables politiques pour mieux prendre en compte l’intérêt général ». Nous écrivions cela en 2007 dans ces colonnes. Les mêmes phrases sont toujours d’actualité. Lors du dernier conseil municipal, l’unanimité a été obtenue pour refuser l’intégration d’Aubagne dans la métropole marseillaise et 41 élus sur 43 se sont prononcés pour que, dans toutes les écoles aubagnaises, l’accueil des enfants puisse se faire dès 7h30 le matin, pour les parents qui travaillent, ainsi que pour la mise en action d’activités périscolaires de 16h30 à 18h30. Et si on s’efforçait de parvenir au  consensus local pour les préoccupations de tous ? Bonne rentrée. 

Les élus MoDem : Jean-Marie Orihuel, Josyane Royère, Michèle Cassand

La dette ? Solutions alternatives

En 2010, l’Etat a financé 57% des dépenses, emprunté 200 milliards € ,  mais 43% des dépenses n’ont pas de recettes et sont financées par la dette. Déficit public: 100 milliards. Evasion fiscale dans les paradis fiscaux : 30 à 40 milliards, soit 1/3 de la dette. En France, il y a assez d’épargne et de moyens financiers pour atteindre une démocratie financière. Le choix du gouvernement est bien idéologique et antisocial. La baisse des impôts ne bénéficie qu’aux plus riches mais la réduction de la dette est partagée par tous. L’augmentation du chômage entraînera le creusement de la dette et des risques de désagrégation de la société. Sortons du fatalisme ambiant, des solutions existent pour aller vers un changement de système global: lutte contre les paradis fiscaux, hausse des impôts pour les plus riches, partage du travail, création d’une banque publique d’Etat pour les collectivités locales..

Europe Ecologie - Les Verts : Joëlle Anton-Michel, Carmen Heumann

 L’avenir de la France est en jeu

La trêve estivale touche à sa fin, au terme d'un été difficile. La crise économique est là, avec ses menaces sur l'emploi et le quotidien. Le gouvernement a beau jeu de s'ériger en donneur de leçons, lui qui est en grande partie responsable de ce marasme économique.Face à l'incompétence et à l'hypocrisie de la droite, les Français attendent du Parti socialiste qu'il présente une alternative crédible et juste. Cette responsabilité, cette gravité, c'est le message que porte le parti socialiste.  Tout ne fait pourtant que commencer. Pour porter ce message dans les primaires du 9 et du 16 octobre, puis auprès des Français, nous avons besoin de tous. Ces primaires, ouvertes, doivent nous permettre de mobiliser largement les sympathisants de gauche pour qu'ils viennent massivement voter le jour J.Visitez le site lesprimairescitoyennes.fr

Groupe socialiste : Patrick Arnoux, Gérard Rampal, Nicole Flouret, David Zeitoun, Maurice Julien, Arthur Salone, Stéphanie Harkane, Fadela Ghassoui, Benjamin Durand

Vers le haut

Expression du 1er juillet 2011

Tramway, sécurité : la droite dit n’importe quoi

Même si les discours de la droite aubagnaise sont rarement transcendants, elle nous avait habitués à mieux. Sur le tramway, l’une des 20 propositions présentes dans le programme validé en 2008 par le suffrage universel, voilà maintenant qu’il faudrait tout revoir, alors même que l’Etat soutient ce projet remarquable, dans le cadre du Grenelle de l’environnement. Le positionnement des représentants locaux de l’UMP laisse pantois. Sur la sécurité, Mme Barthélémy frise l’amnésie, la municipalité n’ayant de cesse depuis plus de 10 ans de réclamer des effectifs supplémentaires pour le commissariat d’Aubagne, la dernière réponse du Préfet à ce sujet datant de moins de 6 mois. Le tramway, comme les questions de tranquillité, font partie d’un tout qui est le projet municipal jusqu’en 2014. Ce programme est largement entamé, il sera mené à bien. C’est cela qui affole l’opposition, et lui fait dire – ou écrire ! - n’importe quoi.

Jean-Claude Cuisinier

Le MoDem aubagnais vous souhaite un bel été citoyen

En ce début d’été, notre équipe est déterminée à se battre dans la majorité municipale de gestion pour rapprocher ici les gens malgré leurs différences, faire tomber les murs de l’incompréhension et encourager le dialogue et la mise en commun d’actions concrètes, pour un meilleur fonctionnement de la démocratie. Chacune et chacun a ses idées, ses racines, ses convictions, quelques fois ses préjugés, mais devrait avoir comme objectif de concourir selon ses moyens à une prise en compte de l’intérêt général, en devenant « citoyen engagé ». Nous sommes des « centristes progressistes », qui ne suivent pas les navires des conservatismes de tous bords. Nous agissons pour que la politique ait comme finalité essentielle de permettre aux citoyens d’être davantage acteurs de leur destin pour participer aux changements sociétaux qui vont s’imposer. Bon été à toutes et tous.

Les élus MoDem : Jean-Marie Orihuel, Josyane Royère, Michèle Cassand

Un processus respectueux

Les primaires sont une formidable avancée démocratique. L’UMP tente de déstabiliser les électeurs en mentant sur les primaires citoyennes parce qu’elle en a peur. Les primaires citoyennes apportent toutes les garanties en terme de respect des données personnelles et de respect du droit en vigueur. La contribution à 1 euro aux frais d'organisation ne vaut en aucun cas l’adhésion au PS. Les dimanches 9 et 16 octobre à Aubagne trois bureaux de vote seront ouverts dans la salle des fêtes du Bras d’Or, l’équivalent de l’ensemble des bureaux républicains de la ville. Tous les Aubagnais et Aubagnaises inscrits sur les listes électorales pourront venir s’exprimer sous certaines conditions, ainsi que les mineurs qui auront 18 ans au moment de la présidentielle. Pour toutes autres précisions, visitez le site lesprimairescitoyennes.fr

Groupe socialiste : Patrick Arnoux, Gérard Rampal, Nicole Flouret, David Zeitoun, Maurice Julien, Arthur Salone, Stéphanie Harkane, Fadela Ghassoui, Benjamin Durand

Vers le haut

Expression du 17 juin 2011

Une agriculture de qualité 

Malgré la crise qu’elle traverse, l'agriculture ne se remet pas en question et conserve une économie de compétitivité : pas de gestion de l'eau, production intensive, surendettement des exploitants, le tout sur fond de suspicions quant à l’introduction de farines animales dans la chaîne alimentaire. Ce processus cultive une alimentation de qualité incertaine pour l’homme et pour l’environnement : sol épuisé et consommation d’eau démesurée. Notre santé en dépend ! La réécriture de la charte agricole à Aubagne souligne une agriculture de qualité, rationnelle : elle offre des perspectives de développement aux exploitants, en sanctuarisant la zone agricole et en prônant une économie équitable. Nous voulons rendre accessible à tous une alimentation saine que nous retrouvons dans notre restauration collective. C'est une politique agricole responsable et tournée vers l’avenir. 

Groupe Aubagne Citoyenne et Solidaire, société civile : Pierre Rodeville, Barbara La Barbera, Virginie Makeeff, André Sinet, Marie-Georges Pruneau. 

Quartiers et écoles fragiles

En délaissant la politique de la ville, en laissant dégénérer la misère sociale, éducative, morale de certains territoires, les politiques de droite ont transformé ceux-ci en « brasiers » qui servent le pouvoir en période électorale : rien de tel qu’une opération de «guérilla urbaine » savamment provoquée pour s’attirer les faveurs des électeurs. Les instituteurs, hussards noirs de la République, vont-ils être remplacés par les commandos des forces spéciales ? A la reconquête militaire de territoires perdus de la République nous préférerions la reconquête éducative avec l’éducation nationale, une police de proximité et une justice présentes et efficaces. Education, police de proximité et justice, éléments indissociables, doivent être les piliers d’une politique alternative. Car tout commence à l’école et personne ne doit se sentir en insécurité ou en difficulté dans l’école de la République.

Les élus MoDem : Jean-Marie Orihuel, Josyane Royère, Michèle Cassand

Une société de quel genre ?

Quand nous parlions pollution, nous étions catastrophistes. Quand nous parlions des dangers du nucléaire, nous étions anti-progrès. Il est un autre sujet chez Europe Ecologie Les Verts où nous pouvons paraître décalé(e)s, c'est celui de la parité hommes-femmes, la représentation égale des 2 composantes de notre société dans les instances politiques. Même si cela doit passer par une période temporaire de "discrimination positive", la présence des 2 genres est indispensable dans les institutions, pour mettre un terme à ce fléau millénaire, cette domination pas toujours consciente mais répandue bien au-delà des cercles du pouvoir et de l'argent ! Il est indispensable pour EELV qu'un monde à refaire le soit sur des valeurs de respects mutuels, d'enrichissements par les particularités de chacun. Pour le poète du XXe siècle "la femme est l'avenir de l'homme", pour le XXIe nous proposons simplement de construire l'avenir ensemble.

Europe Ecologie - Les Verts : Joëlle Anton-Michel, Carmen Heumann

Un nouvel avantage fiscal pour les plus riches !

La suppression du bouclier fiscal de Nicolas Sarkozy dissimule mal le nouveau cadeau, plus important encore, qu’il fait aux plus riches en réformant l’impôt sur la fortune (ISF). D’un côté, les ménages les plus aisés vont perdre 800 millions d'euros du bouclier fiscal. D’un autre côté, ils vont se voir offrir plus du double (1,8 milliards) avec la réforme de l’ISF Les 1900 ménages possédant un patrimoine supérieur à 17 millions d’euros vont voir leur ISF réduit en moyenne de 370 000 €. Le gouvernement ment quand il affirme que cette réforme se fait à l’avantage des classes moyennes. Selon l’Insee, le patrimoine moyen des 25% des ménages les plus aisés est de 437 000 € et leur patrimoine médian de 261 600 € – bien loin des patrimoines aujourd’hui soumis à l’ISF. La réforme du gouvernement s’adresse donc exclusivement aux Français les plus aisés !

Groupe socialiste : Patrick Arnoux, Gérard Rampal, Nicole Flouret, David Zeitoun, Maurice Julien, Arthur Salone, Stéphanie Harkane, Fadela Ghassoui, Benjamin Durand

Vers le haut

Expression du 3 juin 2011

État et pseudo recentralisation.

L’Etat doit être là pour soutenir, pas pour charger ni contraindre. Nous en avons une illustration en ce moment avec l’intervention de l’État dans la question de la définition et du découpage des communautés de communes et d’agglomération. C’est des élus que devraient venir les orientations et les décisions. Il faut augmenter la force de proposition et de pertinence, au-delà des clivages, de la Commission Départementale de Coopération Intercommunale. Rien ne justifie que l’État se fasse le propagandiste et le principal soutien de l’idée américaine « big is beautiful ». On nous parle d’économies d’échelle : on aura le contraire, des appareils administratifs plus lourds, des dépenses supplémentaires qui seront décidées pour suppléer la disparition de la proximité. Les maires se voient dépouillés de leur légitimité. Tout cela va à l’encontre du principe de respect de la légitimité locale.

Les élus MoDem : Jean-Marie Orihuel, Josyane Royère, Michèle Cassand


Fête du Soleil, une semaine riche !

Oui, riche en échanges, réflexions, interrogations, engagements, émotions artistiques et gustatives. La mondialisation capitaliste confronte les peuples, privatise les biens fondamentaux, développe une économie basée sur le profit, accentuant les inégalités et épuisant les ressources naturelles. Les changements climatiques mettent l’humanité en danger. S’interroger sur nos modes de vie et de développement : se déplacer, se nourrir, produire, consommer, respirer, préserver et partager autrement, accepter les différences… Autant de pistes à creuser, autant d’alternatives à construire pour une transformation écologique. Il y a urgence à agir pour le respect des traités internationaux sur les droits civils, politiques, économiques, sociaux et culturels. Les initiatives de cette semaine ont montré une volonté et une mobilisation citoyenne pour agir localement. Rendez-vous en septembre pour l’Agenda 21.

Europe Ecologie - Les Verts : Joëlle Anton-Michel, Carmen Heumann


Avec ou sans plumes

« Un tramway, entre La Penne et la zone des Paluds, qui passerait par le centre ville, je n’y crois pas » ironisait Sylvia Barthélemy au conseil municipal du 31 mars 2009. « C’est un délire financier que ni la commune, ni l’Agglo n’ont les moyens de financer, que M. Guérini n’aura aucune envie de financer non plus (…) et que l’Etat ne considèrera jamais comme d’utilité publique. Si je me trompe, je veux bien être ficelée sur les rails du tramway, enrobée de goudron et recouverte de plumes, comme dans les meilleurs westerns. Voyez, je vais loin ! » Elle allait surtout dans le mur. Le tracé est bien celui annoncé et le financement bénéficiera, entre autres, des concours de l’Etat et du Conseil général. N’exigeons pas de Mme Barthélemy qu’elle honore ses engagements. Juste l’élémentaire pudeur de se faire discrète sur ce dossier où elle s’est définitivement ridiculisée. Avec ou sans plumes.

Groupe socialiste : Patrick Arnoux, Gérard Rampal, Nicole Flouret, David Zeitoun, Maurice Julien, Arthur Salone, Stéphanie Harkane, Fadela Ghassoui, Benjamin Durand


Eh oui !

« Dites-nous ce dont vous avez besoin, on vous expliquera comment vous en passer » . Cette phrase de Coluche peut hélas résumer le gouvernement Sarkozy. Pour exemple : Fillon supprime la taxe professionnelle et la remplace par la contribution économique territoriale qui avantage les grandes entreprises et coule les petites ! Guéant interdit les avertisseurs de radars, une mesure floue qui est loin de faire l’unanimité, l’art et la manière de prendre pour « une vache à lait » tout bon conducteur ! Chatel, spécialiste du « faire mieux avec moins », supprime des classes en primaire, des postes d’instituteurs et de RASED, en faisant croire aux parents qu’il suffit d’une liste de fournitures «essentielles», publiées au BO de l’éducation Nationale, pour que leur petits choux deviennent des génies ! Les élus de la majorité à l’instar du projet municipal et des Ateliers préfèrent la phrase « Dites nous ce dont vous avez besoin, on va faire en sorte d’y arriver »!

Les élus du groupe radical : Hélène Lunetta, Jacques Athias



Expression du 20 mai 2011

La girouette et le vent

« Ce n’est pas la girouette qui tourne, c’est le vent » expliquait, jadis, Edgar Faure, un expert en la matière, passé entre autres par le Parti Radical. C’est le même parcours que semble avoir choisi Sylvia Barthélemy. Dans La Provence du 30 avril, l’ex-patronne de la droite aubagnaise pose tout sourire aux côtés de Jean-Louis Borloo. Comme elle posait, tout aussi souriante, aux côtés de Sarkozy, lorsqu’elle espérait profiter localement de sa gloire éphémère. Depuis, les sondages catastrophiques pour l’Elysée sont passés par là. Et la pasionaria sarkozyste du conseil municipal préfère se démarquer de « la politique gouvernementale qui perd de vue la vie des gens », ah ça mais ! « Hormis sur la sécurité » tient toutefois à souligner la nouvelle opposante, « je ne pense pas être à droite de la droite ». Sur la sécurité, par contre, hein, chers électeurs FN… Quant à ses articles dans AJJ, ils sont signés UMP. C’est le vent, on vous dit !

Aubagne citoyenne et solidaire, MRC : Christian Faglia


MoDem et Centres

Lors des précédentes élections les Français nous ont dit : on ne croit plus aux promesses non tenues de la droite, on n’a pas confiance aux gauches, on est en désarroi et on se révolte en ne votant pas ou en votant Marine, on ne voit plus le centre, il y en a trop. Et pourtant le centre n'est ni la gauche ni la droite, mais leur rassemblement. Arrêtons de vouloir à tout prix le classer d'un côté ou de l'autre. C'est comme si on disait sur le drapeau français bleu blanc rouge que le blanc est plus bleu ou plus rouge ! Le MoDem tenace est pour un seul peuple français, quels que soient ses ancrages politiques. Jean-Louis Borloo et Hervé Morin, après avoir adulé Nicolas Sarkozy quand il avait la cote, se mettent à le rejeter, le critiquer, le mépriser quand il baisse dans les sondages et que les Français n’en veulent plus, mais ils veulent bâtir une 2e droite. Ils détruisent le centre. On le leur a peut-être commandé.

Les élus MoDem : Jean-Marie Orihuel, Josyane Royère, Michèle Cassand


Tchernobyl, 25 ans

Encore une fois, des citoyens se sont rassemblés pour le rappeler. La dangerosité des centrales nucléaires s'est révélée par trois fois à grande échelle. Durant tout ce temps, quoi de neuf pour une production d'électricité moins dangereuse ? Recherche ? Développement technique pour établir les conditions d'autres sources d'énergie et un traitement plus responsable de la question énergétique ? Nos technocrates ont ciblé Phénix et Super Phénix, «bijoux» encore plus dangereux que nos centrales classiques heureusement abandonnés depuis, ou ITER, rêve prométhéen et gouffre financier à oublier rapidement ! Et maintenant le Japon... Fallait-il une troisième démonstration pour admettre que la transformation nucléaire de l'atome n'est finalement pas maîtrisable? Tôt ou tard, ça explose, de la même façon qu'on ne peut endiguer un tsunami. Le débat public a toujours été censuré. Il faut que cela change donc : place au référendum.

Europe Ecologie - Les Verts : Joëlle Anton-Michel, Carmen Heumann


L’avenir aime la France

En 2012, les Français ont rendez-vous avec la démocratie, c'est-à-dire avec eux-mêmes. Ils diront si oui ou non, ils veulent que se poursuive la politique menée depuis dix ans par les mêmes responsables, pour les mêmes résultats. Ils répondront à la question qui commandera toutes les autres et qui se pose avec une gravité inédite : la France retrouvera-t-elle confiance dans l’avenir ? Car l’inquiétude économique et la souffrance sociale sont immenses. Le chômage, les inégalités, la relégation sociale dont sont victimes des milliers de Français, la montée des incivilités et de la violence gratuite, se sont aggravés au cours des dix dernières années. La responsabilité de la gauche en général et du Parti Socialiste en particulier est historique : il nous revient de redonner foi dans la possibilité d’un nouveau départ.

Groupe socialiste : Patrick Arnoux, Gérard Rampal, Nicole Flouret, David Zeitoun, Maurice Julien, Arthur Salone, Stéphanie Harkane, Fadela Ghassoui, Benjamin Durand



Expression du 6 mai 2011

Convergences-divergences : PS et MoDem

Le PS propose un projet pour la présidentielle d’avril 2012. Le MoDem y retrouve certaines de ses propositions : indépendance de la justice et des médias, introduction d'une dose de proportionnelle aux législatives, fusion de l'IR et de la CSG, impôt à la source, développement des énergies renouvelables pour sortir de la dépendance au nucléaire et au pétrole, approche intransigeante sur l’immigration contre les entrées illégales, mais humaine sur l'accueil et l'intégration. En revanche, le projet socialiste propose des allocations, subventions, aides, dans un esprit d'assistanat et financé par l’impôt et le recours à la dette, ainsi que le retour à la retraite à 60 ans et ne dit rien pour réguler la mondialisation, ni sur l'éthique en politique. La vision de notre pays doit être volontaire, incitative à une responsabilité individuelle et collective. L’avenir ne peut être l’assistance généralisée.

Les élus MoDem : Jean-Marie Orihuel, Josyane Royère, Michèle Cassand


Aubagne restera libre de son destin

Nous venons de vivre un épisode fondamental de l’histoire d’Aubagne : elle restera une ville à part entière, et pas un quartier du Grand Marseille rêvé par Renaud Muselier. Le préfet Parant a fait un autre choix. Non pas celui de déplaire au grand ami de Nicolas Sarkozy, mais plutôt de faire preuve de « pragmatisme », « compte tenu des expressions fortes qui ont vu le jour dans le département » (La Provence du 23 avril). Et on peut être sûr que la consultation du 13 juin 2010 fait incontestablement partie de ces « expressions fortes ». C’est dire si nous avons eu mille fois raison de la maintenir, malgré les manoeuvres de la droite locale, Sylvia Barthélémy en tête. Aubagne et l’Agglo travailleront en toute liberté avec les autres intercommunalités, y compris avec Marseille. Cette victoire-là, c’est en définitive celle de tous les Aubagnais, qu’ils aient voté ou non le 13 juin.

Aubagne citoyenne et solidaire : Jean-Claude Cuisinier


Environnement : les plus et les moins

Deux votes importants : • Préfiguration du Parc Régional de la Ste Baume avec la création d’un syndicat pour travailler à sa charte et ses objectifs. • Engagement pour un contrat de rivière sur le bassin versant de l’Huveaune. Associations et élus travailleront ensemble. Manque de concertation et suppression des poubelles bleues : décision prise par le bureau de l’Agglo. Les élues EE-LV ont exprimé leur désaccord. Il y avait d’autres solutions pour redéployer moyens financiers et humains. Difficultés à gérer l’urgence de la fermeture de la déchetterie. Cela a entraîné incivilités, surcoûts, désagréments pour les citoyens responsables. Dans le cadre de la démocratie participative, nous proposons de réunir les ateliers sur les déchets pour accompagner la future usine de traitement des déchets. Une réflexion globale avec les habitants du territoire pour construire un projet innovant qui répondra aux besoins de tous et à la protection de notre environnement.

Europe Ecologie - Les Verts : Joëlle Anton-Michel, Carmen Heumann


Une autre politique est possible

Plus de 40% des salariés pas augmentés et pas de coup de pouce au Smic depuis cinq ans. Les patrons du CAC 40 qui gagnent en moyenne 200 fois le Smic. Un jeune sur cinq sous le seuil de pauvreté. Le pouvoir d’achat qui régresse avec l’envol des prix de l’essence, du gaz et de l’électricité et le coût du logement. Voilà le bilan de Nicolas Sarkozy.
Les socialistes proposent une autre politique : rééquilibrer au profit des salariés et revaloriser le pouvoir d’achat du Smic ; plafonner le montant des loyers lors de la première location ou relocation et financer la construction de 150 000 logements sociaux par an ; décourager les licenciements boursiers pour les entreprises qui font des bénéfices ; créer 300 000 « emplois d’avenir » pour un premier emploi des jeunes ; stopper les délocalisations des emplois…

Groupe socialiste : Patrick Arnoux, Gérard Rampal, Nicole Flouret, David Zeitoun, Maurice Julien, Arthur Salone, Stéphanie Harkane, Fadela Ghassoui, Benjamin Durand



Expression du 22 avril 2011

Un monde complexe

L'écologie, ce n'est pas que vivre dans une yourte en Ardèche, c'est surtout réfléchir à sa consommation. Ce que toute la France a fait après le 1er choc pétrolier, dans les années 70. "Eteins ta lumière !" tout un symbole. "Eteins ta clim" devrait-on dire maintenant, ça représente 90 ampoules, et quelques grammes de plutonium à ne pas léguer à nos enfants. Est-ce suffisant ? Evaluer et choisir les moyens d'agir n'est pas simple. Il faut, quelquefois, réajuster les priorités, se passer d'un dispositif évident écologiquement comme les containers bleus, des poubelles de tri, supprimés provisoirement car leur coût empêche d'autres actions plus efficaces. Ces choix politiques sont difficiles car ils doivent être mesurés globalement et c'est là tout le problème de l'écologie : Le monde est un système complexe, la solution l'est aussi. Ceux qui nous vantent des solutions simples et radicales le savent très bien. C'est toute l'imposture du populisme.

Europe Ecologie-Les Verts : Joëlle Anton-Michel, Carmen Heumann


Aubagne ville d’ouverture

A l’heure où se clôture la semaine de lutte contre les discriminations à Aubagne, au niveau national le débat de l’UMP sur la laïcité a fait long feu. Aubagne n’a pas attendu pour faire que chacun puisse vivre ses convictions philosophiques et religieuses en toute sérénité. Ici, on est loin du discours fumeux de haine tendant à séparer les communautés. Quand Claude Guéant déclare que "Les Français veulent que la France reste la France", on pense au slogan de Jean-Marie le Pen « La France aux Français ! » Autant dire que les prochaines présidentielles sont placées sur un fond de haine et de rejet de la différence avec une droite qui se déchire sur des thèmes nationalistes. Permettez-nous d’espérer que les forces progressistes sauront donner l’exemple par un rassemblement au delà des partis, seule garantie de redonner de l’espoir à TOUS les Français.

Groupe Aubagne Citoyenne et Solidaire, société civile : Pierre Rodeville, Barbara La Barbera, Virginie Makeeff, André Sinet, Marie-Georges Pruneau.


Il recommence sur le pouvoir d’achat !

En matière de pouvoir d’achat, Nicolas Sarkozy est passé maître dans l’art des effets d’annonce sans lendemain. Cela va faire presque deux ans que le Président de la République a déclaré que les bénéfices des entreprises doivent être divisés en trois parts égales : 1/3 pour les salariés, 1/3 pour les actionnaires et 1/3 pour les investissements. Rien n’a été mis en place depuis ces déclarations. Que valent aujourd’hui les nouvelles promesses ? Alors que plus de 40% des Français n’ont pas été augmentés depuis cinq ans, rien n’est fait pour les salaires. Pour la 5ème année consécutive, Sarkozy vient de refuser un coup de pouce au SMIC, qui reste bloqué à l'inflation officielle alors que le coût réel de la vie augmente plus vite. Les Français ont besoin d’augmentations de salaires, pas de primes exceptionnelles ou d’heures supplémentaires !

Groupe socialiste : Patrick Arnoux, Gérard Rampal, Nicole Flouret, David Zeitoun, Maurice Julien, Arthur Salone, Stéphanie Harkane, Fadela Ghassoui, Benjamin Durand


MoDem, Centre, Droite et Gauche

La démarche de Jean-Louis BORLOO, ancien numéro deux du gouvernement, de quitter l’UMP pour représenter le Centre à l’élection présidentielle, n’est-elle pas une tentative de détruire le Centre, fragilisé, pour le ramener à droite ? Le Centre et le Modem, qui dépasse la notion du centre, sont indépendants. Nous l’avons montré aux élections municipales de 2008 en faisant une liste libre, et en nous présentant aux élections cantonales de 2011. Nous sommes toujours dans un partenariat de gestion « arc en ciel » avec la gauche, Europe Ecologie et la société civile, du fait de valeurs communes. Sylvia Barthélemy, représentante locale de Jean-Louis Borloo et les élus du Nouveau Centre sont-ils prêts à rejoindre cette majorité qui s’approche plus des valeurs du Centre que de la droite sarkozyste ? Nous ne le croyons pas, car comme Borloo et Morin ils ont des valeurs et un projet de droite.

Les élus MoDem : Jean-Marie Orihuel, Josyane Royère, Michèle Cassand



Expression du 8 avril 2011

Prenons garde !

Les enseignements des élections cantonales sont précieux : pour notre département 44,31% d’abstention et 34,62 % pour le FN. Un bilan démocratiquement catastrophique.
Pour autant doit-on croire qu’il y a autant de fascistes dans les Bouches-du-Rhône ? Bien sur que non ! Nous sommes devant une population en mal-être qui n’arrive plus à joindre "les deux bouts". La colère et les désespoirs montent, une majorité de nos concitoyens ne se retrouve pas dans l’offre politique traditionnelle, l’abstention et le vote pour les extrêmes sont des alertes sérieuses. Celles et ceux qui se contenteront d’en être spectateurs ne pourront se plaindre qu’à eux-mêmes de ce qui va advenir. L’équipe de la majorité municipale et toutes les femmes et les hommes de progrès doivent pouvoir se retrouver pour réfléchir librement au bien commun, débattre et se renforcer mutuellement pour construire une alternative.
Les élus du groupe radical : Hélène Lunetta, Jacques Athias


Le MoDem constate que les citoyens commencent à se rebeller

« Ô peuple citoyen on ne peut te tromper, Chacun de nous contient le chêne vérité ; Et pensif on attend l’heure de la marée. » Victor Hugo
La marée avance. Les citoyens français ont exprimé par leur vote et non vote aux élections cantonales, un rejet de la droite, un doute vis-à-vis des gauches, et une intense et amère protestation. La rébellion citoyenne est en action. Le MoDem n’a pas su faire entendre la 3e voie, autre que la droite ou la gauche, dans cette élection. La télévision ne nous a pas laissé d’espace. Notre projet qui ne propose rien d’autre que l’humanisme sans concession et des ferments révolutionnaires des mentalités, en mettant en commun nos potentialités d’où qu’on vienne, n’a pas été entendu. Nous avons décidé de mieux communiquer et de davantage travailler. Merci à toutes celles et ceux qui nous ont écouté, lu et qui ont voté pour nous.

Les élus MoDem : Jean-Marie Orihuel, Josyane Royère, Michèle Cassand


Une confiance réciproque

Depuis la dernière réunion du conseil municipal, le premier adjoint au maire est un élu socialiste. Nous sommes ravis de cette marque de confiance de la part de monsieur le maire, aussi de l’ensemble des élus de la majorité qui a permis cela. C’est le fruit d’un travail en commun depuis de très nombreuses années. Les élus de notre groupe sont heureux de la grande confiance accordée à l’un des leurs et ils continueront à travailler plus que jamais, avec toute cette majorité pour l’ensemble de nos concitoyens avec l’esprit de solidarité qui les animent. Cette prise de responsabilité nouvelle est la suite du changement intervenu dans la présidence de notre communauté, que nous assurons de tout notre soutien. Notons que les élus de l’opposition n’ont pas cru bon de participer à ce conseil, moment fort de démocratie républicaine.

Groupe socialiste : Patrick Arnoux, Gérard Rampal, Nicole Flouret, David Zeitoun, Maurice Julien, Arthur Salone, Stéphanie Harkane, Fadela Ghassoui



Expression du 25 mars 2011

 

L’urgence d’un projet alternatif

Tous les sondages annoncent une montée de la droite extrême dans notre pays. C’est
particulièrement vrai dans notre région, où le FN fait traditionnellement des scores élevés. Bien évidemment, la responsabilité de l’UMP est grande dans cette banalisation des idées les plus rances, des propositions les plus rétrogrades : les électeurs de Sarkozy lorgnent maintenant vers l’original, ils sont lassés de la copie. Mais la gauche elle-même doit prendre toutes ses responsabilités, répondre aux attentes de la majorité des Français d’abord par une véritable volonté de rassemblement. Un rassemblement derrière des projets, des idées, des perspectives nouvelles capables de sortir le pays de cette spirale de la division, de la méfiance, de la culpabilisation de pans entiers de sa population. En clair, une proposition de rupture avec l’accompagnement du libéralisme qui, en fin de compte, ne profite qu’à la droite extrême. Il est encore temps.

Aubagne citoyenne et solidaire, MRC : Christian Faglia


Le ballet des arrogances

Les citoyens savent, au moins depuis Tchernobyl, que le risque zéro n'existe pas mais ils croyaient, jusqu'ici, que ce risque était circonscrit aux pays négligents. Alors que l'humilité devrait être de rigueur, on assiste pourtant en France à un ballet des arrogances et de la confusion des rôles : le ministre de l'Industrie, Eric Besson, fanfaronne sur l'incomparable supériorité de nos centrales. Pendant la catastrophe, les ventes continuent. Et le président de la République explique, en substance, que rien ne pourrait affecter notre politique du « tout nucléaire ». Le Parti socialiste a réagi vite et clairement. D'abord en demandant un audit de notre parc nucléaire, auquel le Premier ministre n'a que très partiellement donné suite. S'il s'agit de refaire les mêmes contrôles que ceux déjà régulièrement réalisés, cet audit est une mystification !

Groupe socialiste : Patrick Arnoux, Gérard Rampal, Nicole Flouret, David Zeitoun, Maurice Julien, Arthur Salone, Stéphanie Harkane, Fadela Ghassoui


Le MoDem satisfait qu’une femme soit présidente de l’intercommunalité

L’intercommunalité du Pays d’Aubagne et de l’Etoile, comporte 12 communes, 83 conseillers communautaires (dont 3 MoDem), et 316 élus. L’élection de notre nouvelle présidente le 10 mars nous agrée, même si nous ne partageons pas les idées du parti politique qu’elle représente (Parti communiste), tout en ayant des « en commun » dans les valeurs et l’engagement. Nous demandons à notre présidente, déterminée à travailler au-delà des clivages et dans l’intérêt général, dans une majorité de gestion « arc-en-ciel », au plus près des préoccupations des élus et surtout des habitants qui les ont élus, de faire en sorte que plus de transparence, davantage de démocratie participative vivent dans notre intercommunalité. Nous souhaitons que chaque élu soit mieux associé aux processus de décision, et pourquoi pas ouvrir notre intercommunalité
à des communes voisines !

Les élus MoDem : Jean-Marie Orihuel, Josyane Royère, Michèle Cassand


Nucléaire, non merci !

Même le Japon, pays d'avant-garde scientifique et technologique, ne peut maîtriser la catastrophe d'un accident nucléaire. Rien n'a été dit jusqu'au rejet massif de radioactivité. Le destin des populations est à la merci des vents : de quoi revenir à plus d'humilité ! Le danger du nucléaire est planétaire, le débat citoyen incontournable. Indépendamment du coût humain inacceptable, sa rentabilité économique doit être remise en cause: qui se soucie du coût exorbitant du démantèlement des centrales, de la gestion des déchets laissés aux générations futures ? Sortir du nucléaire est possible en investissant dans les économies d'énergies, les énergies renouvelables créatrices d'emplois non délocalisables ! Honte à nos ministres, porte-paroles d'AREVA, qui aujourd'hui encore font la promotion de leurs réacteurs « propres et sûrs !» Indécent, vraiment ! L'écologie n'est pas le nucléaire ou l'âge de pierre, mais le respect de l'Humanité, dans son milieu, la Terre.

Europe Ecologie-Les Verts : Joëlle Anton-Michel, Carmen Heumann



Expression du 11 mars 2011

 

La nausée

Dresser les Français les uns contre les autres, attiser la haine, démanteler les acquis du Conseil National de la Résistance et les acquis sociaux... Les agitations hystériques sur l’islam ne visent qu'à camoufler des attitudes et propos inadmissibles d'un gouvernement aux abois qui chaque jour écorne un peu plus le moral des Français et notre image à l'étranger. Sarkozy nous méprise, humilie ceux qui sont dans le besoin (fermeture des hôpitaux, coupe sombre dans les subventions) et remplace les humains par des machines (vidéo protection). L’exemple venant du sommet, d’autres lui emboitent le pas sans vergogne ; la condamnation d’Hortefeux (qui ne démissionne pas), les propos nauséabonds de Galliano, et, cerise sur la gâteau, Zemmour applaudi par l’UMP. Mais ce chroniqueur de bas étage ne fait que dire tout haut ce que le parti du président pense tout bas ! « Toute forme de mépris, si elle intervient en politique, prépare ou instaure le fascisme ». (Albert Camus).

Les élus du groupe Aubagne Citoyenne et Solidaire, société civile : Pierre Rodeville, Barbara La Barbera, Virginie Makeeff, André Sinet, Marie-Georges Pruneau


Par manque de relève….

Ce n’est pas sept minutes de discours qui vont faire oublier des semaines de cafouillage. Démissions limogeages de Mme Alliot-Marie, il était devenu impossible pour elle de rester, et de M. Hortefeux, parce que la politique de sécurité échoue, et parce qu’il a une condamnation pénale. Un nouveau ministre Gérard Longuet, qui au Sénat, a défendu des positions favorables à GDF-SUEZ. Notamment en vue de l'adoption de la loi sur la nouvelle organisation du marché de l'électricité. On comprend pourquoi ni GDF-Suez ni Monsieur Longuet n'ont jamais osé produire le contrat qui les lie ! Contrat dont le nouveau ministre a reconnu qu’il avait été passé avec la seule société de conseil de… Gérard Longuet.
Nicolas Sarkozy s’est pour sa part contenté d’expliquer qu'il avait besoin de ce poids lourd de la majorité au gouvernement.

Groupe socialiste : Patrick Arnoux, Gérard Rampal, Nicole Flouret, David Zeitoun, Maurice Julien, Arthur Salone, Stéphanie Harkane, Fadela Ghassoui


MoDem : valeurs et rassemblement

Depuis le 25 février, suite à la démission d’un élu, conformément au code électoral, le groupe politique municipal aubagnais du MoDem est désormais composé de 3 élus. Le MoDem est un mouvement qui prône l’humanisme, les solidarités et refuse de fractionner le peuple français entre un peuple de droite et un peuple de gauche (il n'y a qu'un seul peuple, qui est en souffrance sociétale). Les valeurs de liberté, d’égalité réelle, de fraternité, que ce peuple porte sont universelles et dépassent les clivages politiques. Nous sommes avec nos sensibilités et nos différences dans une majorité de gestion communale et intercommunale de rassemblement, et souhaitons qu’elle soit la plus proche de tous les citoyens et de leurs attentes. L'important dans l'engagement politique est de donner le plus possible d’énergie et de travail, pour bâtir un monde ouvert, libre, plus juste et plus solidaire.

Les élus MoDem : Jean-Marie Orihuel, Josyane Royère, Michèle Cassand


Éthique

Les poursuites judiciaires dont Alain Belviso fait l'objet ont entraîné la démission de ses mandats. La justice dira s'il est coupable des faits qui lui sont reprochés ou victime collatérale d'un système départemental opaque, si peu compatible avec la nécessaire moralisation de la vie publique. Dans l'attente, la présomption d'innocence existe et elle doit prévaloir. Ici, les élus écologistes se félicitent que l'Agglo se porte partie civile dans l’enquête, même s’ils auraient préféré que cela se fasse plus rapidement. Europe Écologie porte cette exigence d’éthique au coeur de ses engagements car elle redonne de la crédibilité à l’action politique. En responsabilité, tous les partis devraient rejeter les pratiques affairistes et bannir la confusion privé-public qui génère les conflits d’intérêt. Ce serait préférable aux actuelles gesticulations de la droite aubagnaise qui contraste tant avec son silence sur les agissements de trop nombreux ministres UMP !

Europe Ecologie-Les Verts : Joëlle Anton-Michel, Carmen Heumann



Expression du 25 février 2011

 

Vieillissement : selon que vous serez riche ou pauvre…

Madame Parisot, la patronne du Medef, refuse que la dépendance ouvre un 5e risque pris en charge par la sécurité sociale et que la solidarité nationale assure l’égalité devant le vieillissement, l’égalité devant la dépendance des citoyens, quels que soient leurs niveaux de revenus. Pour le Medef, plus vous serez riches, mieux vous serez protégés ! Cet égoïsme social rejoint la déclaration de François Baroin, successeur d’Eric Woerth au ministère du Budget, qui consiste à exonérer «seulement » 300.000 personnes de l’impôt sur la fortune. On dit à tous les Français, que pour la dépendance, ce sera chacun selon ses moyens, et pour la fiscalité, on dit à ceux qui peuvent le plus : on va vous faire un cadeau supplémentaire. Le PS propose d’augmenter les prélèvements, notamment sur les cessions de plus values immobilières (95 % des successions sont exclues de l’impôt), ainsi qu'un grand impôt sur le patrimoine pour rétablir de la justice sociale.

Groupe socialiste : Patrick Arnoux, Gérard Rampal, Nicole Flouret, David Zeitoun, Maurice Julien, Arthur Salone, Stéphanie Harkane, Fadela Ghassoui


8 Mars... le combat continue !

Les événements qui se déroulent actuellement dans le monde arabe prouvent à eux seuls la nullité de la théorie du choc des civilisations. Tunisie, Yémen, Algérie, Égypte : ces Etats sont différents mais ont tous soif de Démocratie. Un air de Liberté plane sur ces pays, de réels changements sont en train de s’établir dans la relation des citoyen(n)es avec les institutions. Mais il ne peut y avoir de Liberté sans l’Egalité totale entre les hommes et les femmes. Les mutations politiques et même les révolutions ont tendance à négliger les droits des femmes. Aubagne à l’heure du monde ne reste pas insensible à la souffrance de chacune d’elles. Face aux dérives, notre solidarité est entière avec toutes celles et tous ceux qui dénoncent l’étouffement des libertés démocratiques et le système qui voue les femmes à un statut de sous-citoyenne. Aubagne dit NON à la régression et aux violences physiques ou psychiques à l’égard des femmes et des hommes !

Les élus du groupe Radical : Hélène Lunetta, Jacques Athias


Le MoDem opposé aux « vacances des élus » qu’ils ne paient pas

On a beaucoup parlé de Michèle Alliot-Marie et de ses vacances. Près d’un 7e des Français vit au dessous du seuil de pauvreté et la majorité des familles ne parvient plus à boucler ses fins de mois. L’argent, les privilèges ne doivent pas cohabiter avec l’engagement des élus. Partout au niveau national et local, chaque élu ne doit pas se servir de son mandat à des fins personnelles. C’est différent s’il s’agit d’une mission en rapport avec son mandat. L’élu a obtenu la confiance par le vote des citoyens, il ne doit agir que pour l’intérêt général. Il faut insuffler de grandes doses d’éthique en politique. Alors les citoyens auront envie de s’engager davantage et au minimum de ne pas s’abstenir lors des votes. Les frais de déplacement des élus, qui ne doivent pas avoir de « privilèges discrets », doivent être portés à la connaissance de tous.

Les élus MoDem : Jean-Marie Orihuel, Josyane Royère


Le miracle du gaz de schiste

On creuse un trou ou deux, vers 2000 m de profondeur. On injecte quelques centaines de m3 d'eau avec des produits chimiques mais chut ! Secret. On met sous pression, on « cracke » la roche de schiste et le gaz de pétrole contenu dans cette éponge minérale sort par le trou. Facile, pas cher, les actions de Total remontent, les avions, les 4x4 des copains sont bien alimentés. C'est le bonheur ! Seulement il y a un hic, toutes les nappes d'eau deviennent dangereuses, comme dans les Appalaches, aux Etats Unis. Ca tombe bien, toutes les stations d'épuration seront à adapter à cette nouvelle pollution. Véolia était jalouse, la voilà contente aussi. Il ne reste plus qu'à demander aux 2 complices d'évaluer eux mêmes la dangerosité de l'opération... L'usager ? Il paiera son pétrole plus cher de toute façon, et son eau beaucoup plus chère, c'est ça qui est
nouveau. La nature ? Elle n'a qu'à boire au robinet. Une autre image du bonheur...

Europe Ecologie-Les Verts : Joëlle Anton-Michel, Carmen Heumann



Expression du 11 février 2011

 

Réduire la part logement dans le budget des ménages

Le problème majeur est la cherté du loyer ou du mètre carré à l’achat. Elle fragilise les locataires, rallonge les listes d’attente des demandeurs de logement social, empêche aussi la transition de l’hébergement vers le logement. Quant aux accédants à la propriété, ils doivent s’endetter sur des périodes de plus en plus longues et s’éloigner des centres villes. Réduire la part du logement pour les ménages, implique d’agir sur le foncier, sur les loyers et sur la fiscalité. Les loyers doivent être encadrés lors de la première mise en location d’un logement, puis lors des changements de locataire. Les socialistes veulent agir contre la spéculation foncière et financière et permettre à chacun de nos concitoyens d’habiter où il souhaite et avec le statut -locataire, propriétaire- de son choix.

Groupe socialiste : Patrick Arnoux, Gérard Rampal, Nicole Flouret, David Zeitoun, Maurice Julien, Arthur Salone, Stéphanie Harkane, Fadela Ghassoui


Aubagne le vaut bien !

La participation des citoyens aux affaires publiques nécessite volonté politique et persévérance. Notre ville fait preuve des deux. Les orientations budgétaires d’une commune sont bien souvent une simple formalité administrative. Ici, le débat prend tout son sens quand il se décline avec les citoyens, les agents municipaux, dans les quartiers et les services. Mercredi 16 février, à l’Espace Bras d’Or, les élus de la ville auront l’occasion d’échanger en direct avec la population sur tout ce qui fait notre quotidien et que nous pouvons améliorer. C’est un moment démocratique important pour Aubagne, qui prend tout son sens avec la diversité des participants, parce que nous savons que nul n’a de monopole quand il s’agit de l’attachement à sa ville, à son quartier. L’amour est aussi affaire d’implication, d’attention. Faites-en preuve en prenant un peu de votre temps, mercredi 16, pour débattre. Aubagne le vaut bien !

Aubagne citoyenne et solidaire, MRC : Christian Faglia


MoDem et Espace Santé Jeunes

Le gouvernement pour diminuer les déficits publics a choisi de fragiliser nos systèmes éducatif et de soins. En sus des difficultés financières et sociales du plus grand nombre de Français, s’ajoute la difficulté à se soigner. L'Espace Santé Jeune aubagnais, qui mène depuis 10 ans des actions chez les 10-25 ans et leurs familles va devoir fermer. L'Agence Régionale de la Santé a annoncé le non-renouvellement de la subvention de 160.000 euros allouée à l'association et ce malgré le bilan positif des actions. Compte tenu des menaces graves concernant les réseaux de santé, un comité de défense s’est créé à Aubagne. Un grand nombre de professionnels de santé, d’élus, de responsables associatifs de syndicalistes, de jeunes et de familles s’y sont inscrits. Au delà des clivages, mobilisons-nous tous, afin de tenter d’infléchir cette décision, en étant présents le 16 février à 13h30 à Marseille devant l’ARS.

Les élus MoDem : Jean-Marie Orihuel, Josyane Royère


Cumul de mandat

Parmi les valeurs d’ Europe Ecologie-Les Verts, il en est une dont l'importance est souvent sous estimée : l'obligation de non-cumul des mandats électoraux. Chacun de nous, passionné(e) de politique, peut tomber dans le piège de penser que nous sommes les mieux placés, que le fait d'être connu car déjà élu est le gage d'un succès électoral. Mais nous pensons, à EELV, que c'est une erreur politique. Exercer la fonction d'élu demande du temps et de l'énergie. Comment garder le contact avec la population, répondre à des problématiques de plus en plus complexes, anticiper et innover en politique en étant élu sur plusieurs mandats en même temps ? La professionnalisation des élus accentue la coupure avec les citoyens et engendre l'abstention. Le non-cumul favorise la diversité, les accès à des mandats d’élus pour tous et toutes, quel que soit l’âge, l’origine sociale ou culturelle. La démocratie participative, c'est aussi faire participer tout le monde, non ?

Europe Ecologie-Les Verts : Carmen Heumann, Joëlle Anton-Michel



Expression du 28 janvier 2011

 

Pas lui !

Bernard Deflesselles s’autorise ces temps-ci à donner des leçons de morale. Ça doit beaucoup faire rire à l’Assemblée où le député UMP s’est particulièrement illustré, voici un mois à peine, lors des débats sur « La transparence financière de la vie politique ». Bernard Deflesselles figure en effet parmi les 16 députés -16 sur 577- qui ont proposé de supprimer les peines d’amende et d’emprisonnement, pour les députés convaincus de déclarations fiscales mensongères ! Tollé sur tous les bancs, inquiets pour l’image du Parlement, qui ont imposé le maintien de l’amende. Mais Deflesselles et ses amis ont tout de même obtenu de la droite la disparition des peines de prison pour les tricheurs. Un vote à rapprocher de celui du même député, cet automne, à propos d’un autre amendement, de simple justice celui-là : il proposait que les droits à la retraite des députés soient alignés sur ceux, revus à la baisse, des salariés. Là, notre député a voté contre….

Groupe Aubagne, citoyenne, solidaire : Jean-Claude Cuisinier


Le MoDem déterminé à redonner espoir

Les Français sont, en ce début d’année, les plus pessimistes de la planète. 61% des Français pensent que 2011 sera pire que 2010, notamment en économie. Ce pessimisme a augmenté de dix points en une année. Les Français sont trois fois plus pessimistes que les Allemands. Cette inquiétude est la résultante du bilan du pouvoir en place. Aucun des problèmes qui se posaient en 2007 n’a été résolu. Ni l’emploi, ni les finances publiques, ni l’éducation, ni la sécurité, ni la justice, ni l’intégration, ni même la régulation de l’immigration, ni l’agriculture ne sont aujourd’hui assainis, rénovés, confortés. Dans la plupart de ces domaines la situation s’est aggravée. Faut-il continuer dans le même sens, ou se laisser gruger par des sirènes protestataires voire utopistes. Non : il faut un autre projet, une autre direction réaliste pour la France avec le rassemblement de toutes les énergies démocrates..

Les élus MoDem : Jean-Marie Orihuel, Josyane Royère


Sécurité : résout-on les problèmes avec des caméras ?

Mais qu'est-ce que l'insécurité ? Craindre une agression ? Le vol de sa TV ? Craindre pour son argent durement gagné ? Pour sa belle voiture encore rayée ? Cette insécurité-là existe, mais n'est que la partie visible de l'iceberg. Les caméras n'y feront rien d'autre que de l'éloigner des zones de surveillances. Pour beaucoup, c'est surtout craindre pour la perte de son emploi, la perte de ses droits à être soigné, la perte de son autonomie après tant d'années de travail, la crainte d’être jeté dehors, de sa maison, de son foyer ou de son pays. C'est aussi la crainte d'être obligé de manger n'importe quoi, de rendre irréversibles les dégâts que l'on inflige à notre Terre, la crainte d'un prochain nuage radioactif ou d'une guerre, la perte de l'espoir d'un mieux pour ses enfants. Les responsables de cette insécurité-là ne sont pas dans la rue et les caméras ont du mal à les repérer !

Europe Ecologie-Les Verts : Carmen Heumann, Joëlle Anton-Michel


Tunisie : un appel à l’Union Européenne

Les socialistes français lancent un appel à l'Union européenne dans le soutien à la démocratie en Tunisie. L'Union européenne doit «utiliser sans délais tous les moyens dont elle dispose pour exprimer sa solidarité avec le processus en marche et promouvoir l’Etat de droit et les libertés politiques», «dans le respect total de la souveraineté des Tunisiens». Les socialistes français appellent «au blocage des avoirs des dirigeants du régime sur une échelle européenne et à la tenue d'une commission d'enquête internationale». Mais également à une aide financière pour la transition démocratique «dans un esprit de coopération et de solidarité». «Une enveloppe financière exceptionnelle consacrée à l'assistance juridique, au soutien à la société civile et à la liberté de la presse» doit par ailleurs être octroyée par la commission européenne à la Tunisie.

Groupe socialiste : Patrick Arnoux, Gérard Rampal, Nicole Flouret, David Zeitoun, Maurice Julien, Arthur Salone, Stéphanie Harkane, Fadela Ghassoui



Expression du 14 janvier 2011

 

Voeux du MoDem pour 2011

Ces voeux pour une belle année 2011 s’adressent à chacune et chacun dans sa vie personnelle, familiale et professionnelle. Ce sont des voeux pour que chacun retrouve l’optimisme, la confiance, la fraternité et oeuvre pour les solidarités. Nous devons prioritairement rendre à notre pays la meilleure éducation du monde. C’est par l’éducation qu’on trouve la clef de toutes les grandes difficultés de notre temps. Cette éducation commence à l’école maternelle, à l’école primaire. Nous nous y emploierons localement. Il y a des forces négatives qui veulent dresser les gens les uns contre les autres. Nous avons comme objectif de les faire reculer et en dépit de la diversité de nos conditions de vie, de nos origines, de nos religions, de faire en sorte de vivre harmonieusement ensemble. C’est à ce prix que nous ferons de 2011 une année de respect de l’autre dans ses différences et de mise en commun des énergies.

Les élus MoDem : Jean-Marie Orihuel, Josyane Royère


Ville de solidarité

L'année 2010 a connu divers temps forts, au niveau national et au niveau local, mais avec des conséquences différentes pour nos concitoyens. Pendant qu'au niveau national on essaie de diviser les Français avec l'immonde débat sur l'identité nationale, à Aubagne on préfère cultiver le «vivre ensemble» sans discrimination aucune. Alors qu'on assiste à l'incurie de l'Etat face à la tempête Xynthia, à Aubagne on propose un POS harmonieux, respectant les terres agricoles.
L'Etat empêche le citoyen de prendre son destin en main et impose une réforme des retraites profondément injuste ? A Aubagne, un référendum permet à tous de s'exprimer. Quand « la France d'en haut » met sur le carreau les travailleurs, à Aubagne on crée une épicerie sociale pour les plus démunis, etc. Alors continuons et que cette nouvelle année soit pour tous un moment d'ouverture sur l'autre et sur le monde.

Groupe Aubagne Citoyenne et Solidaire, société civile : Pierre Rodeville, Barbara La Barbera, Virginie Makeeff, André Sinet, Marie-Georges Pruneau


Cadeau du gouvernement

Pour fêter les valeurs de Noël, nos ministres nous ont concocté un cadeau formidable, un recueil de toutes les lois dont aurait rêvé Pétain: LOPPSI 2 -Droit de supprimer un site Internet sur demande, couvre-feux, privatisation des moyens de police et des vidéo-surveillants. Adieu la Liberté - Retour du droit du Prince, suppression des institutions dont le but est de protéger les simples citoyens comme les puissants. Adieu l'Egalité. - Droit d'expulsion d'un logement en 48h,
pourtant en contradiction avec le droit opposable au logement. Adieu la Solidarité. - Plus de pouvoirs pour les préfets, sans avis démocratique ni jugement. Adieu la République et la décentralisation. Peut-on compter sur nos sénateurs godillots majoritaires pour sauver nos valeurs? Non. Quand on craint à tout moment pour son toit, son intimité, ses voisins, pour la Démocratie… En sortir par le haut avec l'écologie est un défi.
Une bonne année à toutes et à tous, et surtout la santé.

Europe Ecologie-Les Verts : Carmen Heumann, Joëlle Anton-Michel


Des bonheurs simples

L'année 2010 a été marquée par un recul des principes et des valeurs que nous défendons : remise en cause de la retraite à 60 ans, privatisation rampante de la sécurité sociale, paupérisation de l'Education Nationale, confirmation des liens étroits entre le pouvoir de l'argent et la droite. Toutes les valeurs de solidarité, de répartition, d'humanisme et d'éducation comme remparts aux inégalités sont bafouées tous les jours par ce gouvernement. Au quotidien, dans nos quartiers, à travers nos différentes actions, nous défendons ces valeurs de solidarité, de liberté et d’égalité, en luttant en faveur d’un développement basé sur la démocratie et la justice sociale. Malgré ce contexte, nous souhaitons à chacune et chacun d'entre vous des bonheurs simples, car ils sont souvent les plus beaux et les plus vrais. Bonne année !

Groupe socialiste : Patrick Arnoux, Gérard Rampal, Nicole Flouret, David Zeitoun, Maurice Julien, Arthur Salone, Stéphanie Harkane, Fadela Ghassoui.

Vers le haut


Hôtel de ville : 04 42 18 19 19ContactPlan du site Conditions d'utilisation | CréditsFin de la page.