Soirée des voeux

Raccourcis d'accessibilité :

Recherche

Outils

Ecrire aux élus Plans Agenda Newsletter Numéros utiles AJJ

Liens

Soirée des voeux2014Imprimer cette page

Navigation médias

  • Vidéos
  • Photos
  • Audio

Voeux de bonheur, Espace des Libertés

Ils étaient près de 2000, vendredi 10 janvier, pour souhaiter la bonne année à Aubagne. La nouvelle salle des fêtes a fait le plein pour sa première soirée des voeux.

C’est une soirée des voeux exceptionnelle, à plusieurs titres, que les très nombreux Aubagnais présents et leurs invités, ont vécu ce vendredi 10 janvier, Espace des Libertés. D’abord parce que le nouvel équipe ment municipal accueillait pour la première fois ce rendez-vous traditionnel de la communauté.

Les footballeurs de l'AFC ont été très applaudiEnsuite, parce que la manifestation se déroulait moins d’une semaine après le formidable match réalisé en 32e de finale de la Coupe de France sur le stade de Lattre voisin, par les joueurs de l’Aubagne Football Club auxquels la salle a adressé tout naturellement un très chaleureux bravo !

Enfin, parce que 2014 étant, on le sait, une année de renouvellement du conseil municipal, la loi électorale n’autorise ni bilan ni annonce qui puisse influencer le vote des 23 et 30 mars prochains. Ce que tenait à rappeler Daniel Fontaine au tout début d’une intervention dès lors centrée autour de l’identité aubagnaise. aubagnaise. L’occasion pour beaucoup de découvrir la grande salle de ce bâtiment à la conception audacieuse, qui a fait beaucoup parler depuis son ouverture au printemps dernier et que les professionnels ont récompensé par le prix départemental d’architecture 2013.

• Plusieurs personnalités du monde de la culture, du spectacle, du sport et du mouvement altermondialiste ont adressé leurs voeux aux Aubagnaises et aux Aubagnais :

Les amis d'Aubagne qui interviennent dans cette vidéo : David Cameo (directeur de la cité de la céramique de Sèvres), Alaixys Romao, André-Pierre Gignac (footballeurs), Gus Massiah (membre du conseil international du Forum Social Mondial), Yosrah Frawes (avocate en Tunisie, militante des droits de l'Homme), Fellag (comédien & écrivain), Stela Farias (députée de l'Etat du Rio Grande do Sul, Brésil), Marc Jolivet (humoriste-comédien), Catherine Cullen (adjointe au maire de Lille), Benjamin Bocconi (auteur-compositeur-interprète), Serge Halimi (directeur du Monde Diplomatique), Jean-François Bernardini (auteur-compositeur-interprète du groupe I Muvrini).

 


« Soyons fidèles aux valeurs d'Aubagne »

Daniel Fontaine au pupitre de la salle Stéphane HesselUne ville à forte personnalité, pour le maire, qui en revendiquait le caractère populaire, par l’attractivité de ses manifestations et parce que son histoire, mêlant racines provençales et vagues d’immigration, a fait que « le coeur de la Provence et de la Méditerranée y bat un peu plus fort qu’ailleurs.» Dans le respect mutuel de ses habitants, quelles qu’en soient les origines ou la position sociale : « Ce respect, on le ressent quand on court dans nos collines ! Vous ne savez pas si celui ou celle que vous croisez est cadre supérieur ou mécanicien, institutrice ou ATSEM, médecin ou infirmière. Et pourtant, les uns et les autres partagent, en parfaite égalité, avec le même bonheur, un même espace public (…) C’est l’idée que je me fais de la ville, celle qu’en avaient mes prédécesseurs Edmond Garcin et Jean Tardito. » Une idée également partagée par Lucien Grimaud, premier adjoint d’Edmond Garcin de 1965 à 1977, et dont Daniel Fontaine citait un extrait du dernier ouvrage Les visiteurs célèbres d’Aubagne, avant de rappeler l’optimisme et la confiance en l’Homme qui inspirent toujours Aubagne et qui ont justifié le choix des noms donnés aux différentes salles de l’Espace des Libertés : Simone Veil, Victor Schoelcher, Stéphane Hessel, Danielle Miterrand, Guy Môcquet.

Après avoir réaffirmé la détermination intacte des élus du Pays d’Aubagne et de l’Etoile, aux côtés de ceux du département, à refuser la loi sur la métropole - « nous serons entendus, j’en suis certain » - le maire s’arrêtait sur la singularité du territoire à préserver : « La gratuité des transports publics, la création d’une société publique de l’eau, la fédération des métiers de la terre et de l’argile, l’audace d’un programme de logements pour tous, autant de politiques que nous partageons désormais avec 12 communes, depuis l’arrivée du Plan d’Aups. » En écho aux voeux adressés aux Aubagnais, en début de soirée, par quelques grands témoins, Daniel Fontaine soulignait combien ces innovations et l’engagement aubagnais pour la paix et pour un monde plus juste lui valent un véritable rayonnement international, dans le même temps où ils nourrissent une pédagogie de la citoyenneté en direction des jeunes Aubagnais.

Daniel Fontaine, le maire d'Aubagne, et le conseil municipal sur la scène de l'Espace des Libertés

Après avoir évoqué la venue de Jean Jaurès à Aubagne, « le père du pacifisme en France », assassiné voici bientôt un siècle parce qu’il prophétisait la boucherie de 1914, le maire d’Aubagne soulignait l’importance de transmettre ces valeurs aux générations nouvelles. « Que serait cette mémoire de notre ville, sans la transmission de cette flamme qui lui est si particulière. Aubagne se doit d’aider ses enfants à mieux comprendre le monde qu’ils vont avoir à affronter. La Ville s’y attache depuis bien longtemps, et je vois dans l’éclosion de ses talents, dans sa jeunesse, le fruit si précieux de ce travail. Nos scènes, de la MJC au Comoedia, en passant par La Distillerie, la Fête de la Musique, et tant d’autres moments dans nos quartiers, résonnent de leurs textes, vibrent sous leurs pas de danses, s’enchantent au son de leurs instruments. »

Daniel Fontaine présente la lettre géante que les écoliers du Charrel lui ont envoyé« Cette jeunesse-là, c’est la génération Mandela (…) Dans bien des classes, bien des écoles, des enseignants ont appris aux enfants ce qu’a été la vie de Mandela. Dans l’une d’entre elles, ces enfants ont pris une décision, et me l’ont fait savoir par écrit. Leur école n’a pas de nom, et ils veulent que la commune l’appelle Nelson Mandela. Ce sera chose faite dans quelques semaines. L’école, c’est celle du Charrel, son adresse : avenue de la Paix, Aubagne ! »

Comme y invitait la carte de voeux pour 2014, adressée à tous les Aubagnais, Daniel Fontaine a conclu son intervention sur le droit au bonheur. Avec un exemple - encore et sans doute pour longtemps - dans toutes les mémoires : la Journée magique du 21 décembre, qui a conclu en centre ville l’année 2013, Marseille Provence, capitale européenne de la culture. « Vous en parlez encore de ce fameux 21 décembre ! Tout Aubagne et ses alentours dans nos rues, dans la neige de Vars et d’ailleurs, le sourire aux lèvres pour fêter ensemble le simple bonheur de se rencontrer, à quelques jours de Noël et, je vous prie de croire que pour l’incroyant que je suis le mot est inhabituel, pour communier, dans la joie, tous ensemble.

A Aubagne, le bonheur ce n’est pas pour demain. Ici, nous le savons tous, le bonheur, c’est vraiment pour maintenant. Vous l’aurez compris, mes voeux pour Aubagne en 2014, ce sont des voeux de fidélité à cet ensemble de valeurs qui font notre ville, nous rassemblent au-delà de toutes nos différences. Bonne année à chacune, bonne année à chacun, bonne année Aubagne. Vive notre belle ville ! »

 


• Vidéo de la soirée des voeux vendredi 10 janvier 2014, Espace des Libertés

> 1ère partie

> 2e partie


Hôtel de ville : 04 42 18 19 19ContactPlan du site Conditions d'utilisation | CréditsFin de la page.