Pierre-Yves Levy

Raccourcis d'accessibilité :

Recherche

Outils

Ecrire aux élus Plans Agenda Newsletter Numéros utiles AJJ

Liens

Pierre-Yves LevyPersonnalitésImprimer cette page

Navigation médias

  • Vidéos
  • Photos
  • Audio

Pierre-Yves Levy dirige depuis vingt-six ans le laboratoire de biologie médicale qui porte son nom situé au premier étage de l’hôpital privé la Casamance. Une équipe de plus de trente personnes y travaille pour les services hospitaliers (urgences, réanimation, dialyse) et une clientèle privée externe. « On essaie de faire tout sur place et tout de suite », explique le médecin biologiste, qui a aussi une activité de praticien des hôpitaux spécialisé dans les maladies infectieuses et tropicales et est titulaire d’un mastère « Management médical et gestion hospitalière ».

Pierre-Yves Levy, dans le laboratoire de biologie médicale qui porte son nom situé au premier étage de l’hôpital privé la CasamanceSelon les termes du journal La Provence, il est un de ces « Provençaux fantastiques»,
distingués, le 4 décembre dernier, aux Trophées de la Santé 2015 du quotidien et d’Aix-
Marseille Université par le prix spécial-recherche, qui succédait à un autre obtenu le
19 novembre, lors des Trophées de l’Economie de La Provence toujours.
Mais pourquoi cette pluie de récompenses sur le docteur Levy ? Parce qu’il est le
fondateur d’une start-up particulièrement innovante, PocraMé (1), avec « deux des
références mondiales dans le domaine des pathologies infectieuses »
, les professeurs
Didier Raoult, directeur de l’Institut hospitalo-universitaire (IHU) Méditerranée
Infections, Michel Drancourt, responsable du laboratoire de microbiologie de l'hôpital
de la Timone, et avec le docteur Marc-Abdul Samad, médecin-conseil de la compagnie
maritime CMA CGM.

La start-up, née en juillet 2014, et incubée au sein d’Impulse, une structure interuniversitaire, a conçu et va commercialiser des mini-laboratoires de
microbiologie médicale mobile pour le diagnostic rapide des maladies infectieuses et
tropicales en milieu isolé (bateaux en haute mer, plateformes pétrolières offshores, déserts médicaux où travaillent les ONG…), ou au contraire en milieu avec un afflux de population (pèlerinages, camps de réfugiés…). « Ces labos, précise Pierre-Yves Levy, se présentent sous la forme de bornes transportables et opérables par une seule personne, professionnel de santé ou non. Ces bornes sont dotées d'un espace de manipulation d'échantillon et d’un logiciel qui propose une exploration par syndrome, recueille les signes cliniques et recommande les tests à effectuer, fournit leur mode d’emploi et aide à interpréter les résultats que l’on peut obtenir en trois heures. Dans le domaine des maladies infectieuses, ces tests permettent ainsi de répondre rapidement à trois questions cruciales : le patient doit-il être hospitalisé ? Isolé ? Faut-il débuter un
traitement anti-infectieux ? »

Les deux prototypes réalisés sont actuellement embarqués sur deux navires (CGM et
compagnie du Ponant) pour être testés en situation réelle. A terme, PocraMé envisage
de conquérir 10% du marché mondial du milieu maritime. Mais les perspectives de
développement de l’entreprise sont peut-être plus grandes encore. En effet, les
maladies infectieuses et tropicales font 17 millions de victimes par an dans le monde.
Et la situation va encore s'aggraver à cause de multiples facteurs comme les
changements climatiques et démographiques, la résistance aux antibiotiques ou les
échanges intercontinentaux.

(1) PocraMé : Point Of Care (point de soin) Raoult Méditerranée

Portrait paru dans l'AJJ N°791 - Janvier 2016


Hôtel de ville : 04 42 18 19 19ContactPlan du site Conditions d'utilisation | CréditsFin de la page.