Guy Deblevid

Raccourcis d'accessibilité :

Recherche

Outils

Ecrire aux élus Plans Agenda Newsletter Numéros utiles AJJ

Liens

Guy DeblevidPersonnalitésImprimer cette page

Navigation médias

  • Vidéos
  • Photos
  • Audio

L’année de ses vingt ans, Guy Deblevid a donné corps à son rêve d’enfant : poursuivre l’aventure familiale en rachetant à sa grand-mère, Danièle, la boulangerie-pâtisserie du 9 cours Voltaire. « J’ai toujours voulu être boulanger. Ma mère, Marie-France, m’a encouragé et soutenu, mais elle m’a aussi prévenu que le métier était dur et les horaires fatigants », raconte ce jeune homme athlétique et souriant, dont les mains font revivre chaque matin, dès 6h30, le métier de son père, Marcel, et de son grand-père, Gilbert, deux hommes que les tours cruels de l’existence ne lui ont pas laissé le temps de connaître.

Guy Deblevid, dans sa boulangerie-pâtisserie, 9 cours VoltaireBon nombre de clients sont restés fidèles à cette boulangerie-pâtisserie ouverte en 1981, ravis de voir le petit-fils aux commandes. Dans la boutique, dont le violet égaie la devanture, où l’oeil est attiré par un grand tableau du Garlaban, de nouvelles variétés de pain ont adapté l’offre aux goûts du jour. D’autres recettes, comme celles de la pompe à l’huile d’olive ou du gibassier provençal aux graines d’anis, perpétuent la tradition. Mais la demande la plus importante repose sur la « baguette du patron ». Guy en vend 350 par jour, aux particuliers comme à plusieurs restaurants. « C’est une baguette au levain, bien alvéolée, que j’ai pris beaucoup de temps à préparer et à améliorer lorsque j’étais apprenti chez Christopher Rémy, à Gémenos. Ce boulanger m’a appris le métier de A à Z, à pétrir, enfourner, façonner. C’est d’ailleurs avec cette baguette que je suis allé convaincre l’équipe du PACI de m’accompagner dans l’acquisition de la boulangerie-pâtisserie. »

André et Raymonde, pâtissier et vendeuse depuis des années, sont restés aux côtés du nouveau patron qu’ils ont connu minot. Laure, une seconde vendeuse, a rejoint l’équipe. « Gérer une entreprise de trois salariés ne s’apprend pas du jour au lendemain. Il faut prendre le temps de connaître ses employés, leur faire confiance, savoir aussi rigoler avec eux. Je n’aime pas les ambiances trop sérieuses », confie l’artisan. Conscient des responsabilités qui pèsent sur ses jeunes épaules, Guy les assume avec calme, si fier, à l’aube de sa vie d’adulte, d’avoir ajouté « de Père en Fils » au nom de la « Boulangerie- Pâtisserie Deblevid ».

Portrait paru dans l'AJJ N°793 - Mars 2016


Hôtel de ville : 04 42 18 19 19ContactPlan du site Conditions d'utilisation | CréditsFin de la page.