Claire Pantel

Raccourcis d'accessibilité :

Recherche

Outils

Ecrire aux élus Plans Agenda Newsletter Numéros utiles AJJ

Liens

Claire PantelPersonnalitésImprimer cette page

Navigation médias

  • Vidéos
  • Photos
  • Audio

S’entretenir avec Claire Pantel, c’est écouter une histoire. Déformation professionnelle ou aptitude naturelle ? Le fait est qu’elle vous emmène, par le ton de sa voix et sa sérénité posturale, là où votre attention rencontre votre imaginaire. Ce jour-là, c’est son histoire qu’elle nous conte. Et c’est sans peine que l’on imagine cette petite fille qui voulait devenir « marchande de couleurs ». Une enfant globe-trotteur, qui suit ses parents dans plusieurs pays avant de se poser à Aubagne à 15 ans. Dotée, déjà, « d’un imaginaire créatif bien présent », celui-là même qui la poussera à devenir conteuse pour les tout-petits et à leur transmettre « ces histoires universelles des origines, qui s’inscrivent dans le pourquoi et le comment des choses ».

L’artiste conteuse Claire Pantel devant son théâtre de papier inspiré des kamishibaïs japonais.C’est d’abord en faculté d’économie qu’elle se dirige. Un cursus qui sera interrompu par la naissance de son premier fils. Claire est alors une jeune maman « tout le temps fourrée au rayon Jeunesse de la médiathèque ». Là, elle relève une annonce de Mamie conteuse. « L’association Paroles et Merveilles, à Marseille, souhaitait créer un noyau de conteuses à Aubagne, où il n’y en avait aucune. » Claire n’a rien d’une mamie, mais découvre qu’elle a tout d’une conteuse.

C’est « dans une démarche qui impose la présence de la matière en résonance avec les mots » qu’elle façonne son parcours. En créant la Compagnie L’a(i)r de dire en 2006, où musiciens, metteurs en scène et autres plasticiens viennent porter sa narration. En imaginant, aussi, des livres tactiles « qui offrent plus de place à la matière qu’aux mots ». Des ouvrages uniques, dont la médiathèque s’est vue prêter un exemplaire durant trois semaines l’an dernier. Et dont un autre s’impose en référence dans L’Art du livre tactile, de Catherine Liégeois (Gallimard, 2017).

En décrochant en juin la Bourse à la création artistique de la Ville d’Aubagne, Claire Pantel entend cette fois « sortir du modèle unique, aller vers la démultiplication ». En collaboration avec la plasticienne aubagnaise Muriel Auzias, elle planche sur un conte qui devrait porter sur « les petites bêtes du jardin ». Une nouvelle histoire à découvrir par le biais des sens, qui devrait s’imposer dans les lieux dédiés à la petite-enfance du Département, mais aussi à Paris, Nice ou encore à Béziers, là où vivent déjà les interventions de la conteuse. Et dans notre arrière-pays, où s’acheminera « La Factrice » dans les mois qui viennent, un conte-théâtre soutenu par la Fondation SNCF.

 

undefinedRetrouvez la Compagnie L'a(i)r de dire ici

Portrait paru dans l'AJJ N°810 - Octobre 2017


Hôtel de ville : 04 42 18 19 19ContactPlan du site Conditions d'utilisation | CréditsFin de la page.