Comoedia : exposition "Rétroperspective"

Raccourcis d'accessibilité :

Recherche

Outils

Ecrire aux élus Plans Agenda Newsletter Numéros utiles AJJ

Liens

Comoedia : exposition "Rétroperspective"2017Imprimer cette page

Navigation médias

  • Vidéos
  • Photos
  • Audio

1925 : naissance d’un cinéma-théâtre

Le Comoedia célèbre avec l’exposition « Rétroperspective » trente ans de scène aubagnaise, depuis son acquisition et sa rénovation en 1986 par la municipalité. Retour à cette occasion sur la construction de la salle de spectacle qui participa à l’histoire du music-hall et vit naître le cinéma parlant.

Les Années folles battent leur plein et entraînent avec elle le succès des salles de spectacle. Les chanteurs défilent à l’Alcazar. Mais se rendre à Marseille n’est pas si simple. Quant aux amateurs de cinéma, ils se serrent au Trianon, cours Voltaire, ou au Modern, avenue Jean-Jaurès, deux salles de projection chaleureuses mais trop petites pour faire face à la vogue du 7e art.

Aubagne aura sa propre salle de spectacle ! C’est le projet audacieux d’un trio d’entrepreneurs aubagnais. En 1924, Eugène Bérenger, maçon local qui a notamment à son actif l’extension de l’hôpital, Armand Arati, menuisier place Sicard, et André Jayne, futur maire de la ville, se constituent en société pour construire le Comoedia cinéma-théâtre. L’édifice comportera près de 1000 places, réparties entre l’orchestre, les loges, les balcons et, tout en haut, le poulailler. La scène de 75 m2 sera suffisamment vaste pour accueillir les grandes vedettes de l’époque.

Le grand chantier du Comoedia a duré plusieurs mois en plein centre-ville.Le chantier dure plusieurs mois. L’ensemble des bois de coffrage provient de la récente démolition des arènes de l’Ile des Marronniers. Le ciment armé est fabriqué avec du sable de Saint-Jean-de-Garguier, lavé à l’eau du béal qui coule allée des Marronniers. L’un des architectes, qui a étudié en Grèce l’acoustique des théâtres antiques, exige que la fosse d’orchestre soit tapissée de morceaux de bouteille, le verre étant selon lui le meilleur conducteur du son.

La soirée d’inauguration a lieu le 11 novembre 1925. Devant une salle bondée, le rideau se lève sur un documentaire vantant les charmes de Bandol, suivi de Paris, film muet de René Hervil, cinéaste prolifique du début du XXe siècle. La salle de spectacle est lancée. Au début, c’est le chef de gare, lui-même auteur-compositeur, qui dirige le petit orchestre chargé d’animer les entractes. Plus tard, la musicienne aubagnaise Marie- Thérèse Gras-Castelin tiendra cette baguette lors des soirées d’opérettes. Le Comoedia présentera d’ailleurs nombre de pièces interprétées par les Amis des Arts, troupe de théâtre amateur dont elle fut la co-fondatrice.

Sur l’écran du Comoedia, les Aubagnais découvriront Jofroi, premier film parlant de Marcel Pagnol, tourné en 1933 à La Treille. Après Félix Mayol, Lucienne Boyer, Fernandel, Charles Trénet et tant d’autres, Yves Montand y chantera Dans les plaines du Far-West, bien avant de tenir l’affiche au Théâtre de l’Etoile, à Paris.

 

Disposez-vous de photos ou de dessins du Comoedia et de son activité entre les années 1925 et 1960 ?
> Contactez les archives au 04 42 18 18 87 ou archives@aubagne.fr


Hôtel de ville : 04 42 18 19 19ContactPlan du site Conditions d'utilisation | CréditsFin de la page.