Wael Shawky en résidence

Raccourcis d'accessibilité :

Recherche

Outils

Ecrire aux élus Plans Agenda Newsletter Numéros utiles AJJ

Liens

aubagne.fr sur Facebook
Wael Shawky en résidenceMarseille Provence 2013Imprimer cette page

Navigation médias

  • Vidéos
  • Photos
  • Audio

21/06/2012

Wael Shawky dans l’atelier d’Aubagne


Le film de l’artiste égyptien Wael Shawky vient d’être présenté dans deux des plus importants festivals d’art contemporain au monde.Tous s’entendent pour dire qu’il s’agit là d’une œuvre majeure. Il a été réalisé à Aubagne avec 200 bénévoles.

«Waël Shawky lors du tournage du film aux Pénitents Noirs Cette œuvre marque un tournant dans ma carrière, je ne pourrai plus jamais travailler comme avant et souhaite retrouver cet esprit collectif dans chacun de mes projets », a déclaré dernièrement Wael Shawky. Il dit avoir rencontré à Aubagne un territoire et ses richesses matérielles et humaines.

Vidéaste et réalisateur égyptien, il a passé plus de 6 mois à Aubagne pour réaliser la 2ème partie d’une œuvre cinématographique Cabaret Crusades : a path to Cairo, dont le scénario se fonde sur l’ouvrage d’Amin Maalouf, Les Croisades vues par les Arabes. Wael avait réalisé sa première oeuvre en Italie à la Cittadellarte de Michelangelo Pistoletto, grand artiste de l’Arte Povera, et devait réaliser le second volet en Egypte à Alexandrie en 2011 quand la révolution arabe a éclaté. Le sort en a décidé autrement.

Il rencontre alors l’équipe de Marseille Provence 2013 qui pense immédiatement à l’intégrer dans un des Ateliers de l’Euroméditerrannée. Le premier volet réalisé en Italie mettait en scène des marionnettes en bois vieilles de 150 ans. Le second volet verra la création de marionnettes en argile et sera tourné à Aubagne. Là s’écrit une autre histoire, car il faut créer les marionnettes, les habiller, tourner le film, le monter. 200 bénévoles vont alors participer à l’aventure. L’école de la Céramique et ses stagiaires, les céramistes et santonniers, l’Agglo, Alcimé qui devient producteur délégué aux côtés de Marseille Provence 2013, le département SATIS de l’université de Provence et ses étudiants. « Les marionnettes ont été fabriquées grâce à l’expertise aubagnaise », raconte Sandrina Martins, responsable des Ateliers de l’Euroméditerranée, dont la vocation est d’associer des artistes avec des acteurs sociaux.

Tournage de 'Cabaret Crusades : a paith to Cairo'On a là la preuve que la capitale européenne a commencé bien avant 2013. On part d’une proposition artistique pour se poser des questions en profondeur. Et c’est là que le projet aubagnais prend toute son ampleur. « On a vu au fur et à mesure que tout pouvait se faire ici, explique Sandrina, même si à certains moments on a tous été dépassé ». De 7 marionnettes au départ, 120 ont été fabriquées au final, toutes des pièces uniques. Jacques Sapiéga, directeur de Satis, met ça sur le compte du génie d’Aubagne : « depuis Pagnol, on passe du local à l’universel. On a senti fin décembre qu’on allait avoir à assumer un film de haut vol », ajoute-t-il.

Le film a été tourné en 15 jours, une partie de la musique composée au Bahrein, l’autre par des étudiants de SATIS. Le film a d’ores et déjà été projeté au Kunstenfestivaldesarts de Bruxelles où était présente une délégation aubagnaise conduit par Patrick Arnoux, premier adjoint, en charge de la culture, puis à la documenta (800 000 visiteurs) de Kassel en Allemagne, LE rendez-vous de l’art contemporain. Il est sélectionné dans la compétition internationale du Festival International du Documentaire de Marseille en juillet 2012. Après son installation dans l’exposition Ici et Ailleurs sur le site de la Friche de la Belle de Mai, début 2013, on pourra le découvrir à Aubagne fin 2013, à la chapelle des Pénitents Noirs, en clôture de l’année Capitale. « Ce projet est exemplaire de ce que l’on souhaite faire » lâche Sandrina comme pour conclure.

Sophie Péhaut-Bourgeois


08/03/12

Cabaret Crusades, clap de fin

Le 7 mars, dernier jour du tournage, l’ensemble des acteurs du projet du vidéaste égyptien Wael Shawky ont posé pour la photo souvenir à la Chapelle des Pénitents Noirs.

Toute l'équipe du tournage du film 'Cabaret Crusades : a path to Cairo' aux Pénitents Noirs "Cabaret Crusades : a path to Cairo", le film réalisé par Wael Shawky, vidéaste égyptien en résidence à Aubagne, dans le cadre de Marseille Provence 2013 est en montage avant de partir pour le Kunstenfestivaldesarts de Bruxelles en mai prochain.

Le 7 mars, dernier jour du tournage, tous les participants au projet se sont retrouvés aux Ateliers Thérèse Neveu.  Wael Shawky a remercié tous les talents créatifs qui sont venus enrichir son projet, « je n’aurais jamais pensé qu’il prendrait cette envergure ». Près de 200 personnes, dont 25 étudiants de SATIS, se sont mobilisées pour que l’artiste réalise son rêve. « J’ai monté un TP géant avec mes étudiants pour prérégler les ambiances », explique Jacques Sapiéga.

Le directeur de l’université image et son (SATIS) a rappelé le chemin parcouru depuis le mois de mai 2011 : « 19 corps de métiers ont participé à la fabrication de ce film, des céramistes aux électros en passant par les marionnettistes ou les peintres. Ce projet c’est une addition de talents professionnels et bénévoles. Au début il y avait une petite dizaine de marionnettes et on allait travailler avec les moyens du bord. Au final les marionnettes sont 120 et sont entourés de 200 santons ». Puis se tournant vers Wael Shawky, il a poursuivi : « C’est grâce à Wael que nous sommes ici ce soir, il nous parle du passé, du présent, il rapproche les 2 rives de la Méditerranée ».

Voir la galerie photos :

17

22

19

29

11

07

02

21

03

25

26

08

10

09

04

13

27

05

28

18

23

15

12

06

24

16

20

01

14

Photos de Patrick Massaïa


13/12/11

Nous, on fabrique des marionnettes...

L’artiste égyptien Wael Shawky, en résidence à Aubagne dans le cadre de Marseille Provence 2013, est installé aux Ateliers Thérèse Neveu jusqu’à mi-février.
Camille Poey, costumière fait les essayages sur les prototypes de soldat pendant qu’Irene Lentini, la marionnettiste, fabrique et positionne les contrôles.
A l’ancienne caserne des pompiers, Wael présente la scénographie aux étudiants de Satis. Création collective d’une oeuvre !

Voir la galerie photos :

17

Wael Shawky - Décembre 2011 - Photo de Patrick Massaïa

22

Wael Shawky - Décembre 2011 - Photo de Patrick Massaïa

19

Wael Shawky - Décembre 2011 - Photo de Patrick Massaïa

29

Wael Shawky - Décembre 2011 - Photo de Patrick Massaïa

11

Wael Shawky - Décembre 2011 - Photo de Patrick Massaïa

07

Wael Shawky - Décembre 2011 - Photo de Patrick Massaïa

02

Wael Shawky - Décembre 2011 - Photo de Patrick Massaïa

21

Wael Shawky - Décembre 2011 - Photo de Patrick Massaïa

03

Wael Shawky - Décembre 2011 - Photo de Patrick Massaïa

25

Wael Shawky - Décembre 2011 - Photo de Patrick Massaïa

26

Wael Shawky - Décembre 2011 - Photo de Patrick Massaïa

08

Wael Shawky - Décembre 2011 - Photo de Patrick Massaïa

10

Wael Shawky - Décembre 2011 - Photo de Patrick Massaïa

09

Wael Shawky - Décembre 2011 - Photo de Patrick Massaïa

04

Wael Shawky - Décembre 2011 - Photo de Patrick Massaïa

13

Wael Shawky - Décembre 2011 - Photo de Patrick Massaïa

27

Wael Shawky - Décembre 2011 - Photo de Patrick Massaïa

05

Wael Shawky - Décembre 2011 - Photo de Patrick Massaïa

28

Wael Shawky - Décembre 2011 - Photo de Patrick Massaïa

18

Wael Shawky - Décembre 2011 - Photo de Patrick Massaïa

23

Wael Shawky - Décembre 2011 - Photo de Patrick Massaïa

15

Wael Shawky - Décembre 2011 - Photo de Patrick Massaïa

12

Wael Shawky - Décembre 2011 - Photo de Patrick Massaïa

06

Wael Shawky - Décembre 2011 - Photo de Patrick Massaïa

24

Wael Shawky - Décembre 2011 - Photo de Patrick Massaïa

16

Wael Shawky - Décembre 2011 - Photo de Patrick Massaïa

20

Wael Shawky - Décembre 2011 - Photo de Patrick Massaïa

01

Wael Shawky - Décembre 2011 - Photo de Patrick Massaïa

14

Wael Shawky - Décembre 2011 - Photo de Patrick Massaïa


12/01/2011

Work in progress

Pas mal d'effervescence ce lundi 12 décembre 2011 aux Ateliers Thérèse Neveu : pendant que les "petites mains" s'affairent sur les marionnettes et les costumes, Wael Shawky s'entretient avec son chef opérateur sur la manière d'organiser l'espace filmique au sein de la chapelle des Pénitents Noirs, où se déroulera le tournage de la 2e partie de "Cabaret crusades". L'artiste égyptien prend le temps de répondre à quelques questions...


03/12/2011

Cabaret Crusades - 2e partie, un projet Marseille Provence 2013

Wael Shawky a présenté son projet le 1er décembre 2011 sur l'esplanade de Gaulle, à Aubagne.
A cette occasion, il a nous accordé une interview dans laquelle il détaille son projet de 2e partie de "Cabaret Crusades" :


18/11/2011

Les marionnettes de Wael

Wael Shawky, artiste égyptien, est en résidence à Aubagne depuis octobre et jusqu’en avril 2012 dans le cadre de Marseille Provence 2013 et ses Ateliers de l’Euroméditerranée.

Wael Shawky est passé par Aubagne en mai dernier, car on venait de lui faire la proposition d’une résidence dans la ville de la céramique pour créer les marionnettes de son projet Cabaret Crusades, épisode 2, d’après l’oeuvre d’Amin Maalouf, « Les croisades vues par les arabes ». L’épisode 1 avait été réalisé à la Fondation Pistoletto.

Waël Shawky au travail à l’école de céramiqueDepuis le début octobre il s’est mis au travail à l’école de céramique avec ceux qui participent à cette aventure de création qui verra son épilogue en 2013. Le film de Wael Shawky sera une production 100% aubagnaise. A ses côtés, travaillent en effet des professeurs de l’école de céramique, Cyril Despointes et Isabelle Not, les sculpteurs Sandrine Sourdet (Sourski) et Pierre Architta, ou encore le santonnier Robert Maurin.

Wael Shawky a acquis une large reconnaissance internationale avec ses installations, vidéos, photographies et performances qui explorent la religion, le politique et les effets de la globalisation culturelle. Près de cent marionnettes seront ainsi construites à Aubagne et le film sera tourné dans une chapelle des Pénitents Noirs devenue l’espace de 2 à 3 mois un laboratoire avec l’artiste. L’université image et son Satis, Alcimé, les Ateliers Thérèse-Neveu et l’Adef sont les partenaires de ce projet « capital » pour l’artiste.

« C’est la relecture d’une période cruciale pour le monde arabe, d’un point de vue artistique qui a affecté les relations entre l’Europe et le Moyen Orient », déclarait Wael en mai dernier.

Tous seront autour de lui, au coeur du Marché au Santon et à la Céramique, le 1er décembre à 17h, pour le lancement de la résidence.


19/05/2011

En attendant 2013

Un vidéaste égyptien de renommée internationale, Wael Shawky, en résidence à Aubagne.

Décidément le Pays d’Aubagne et de l’Etoile s’affirme bien comme un des lieux incontournables pour Marseille 2013, capitale européenne de la Culture. Un artiste égyptien, Wael Shawky, pourrait entrer en résidence à Aubagne dès cet été dans le cadre des ateliers  de l’Euroméditerranée. Rappelons que ces ateliers constituent le projet central de la capitale européenne. Ils ont pour objectif le soutien à la création contemporaine euroméditerranéenne. Les œuvres produites dans leurs cadres seront présentées lors des différentes manifestations qui se dérouleront sur le territoire de M-P en 2013.

Waël ShawkyWael Shawky vit et mène son travail d’artiste plasticien à Alexandrie, en Egypte. Son travail, des marionnettes filmées, vise à revisiter les croisades au travers du regard du monde arabe. Il s’appuie sur l’œuvre littéraire d’Amin Maalouf. Constitué de 4 parties, son « Cabaret Crusades » est visible, pour la première partie uniquement, au Kunstenfestival des arts 011, à Bruxelles. Il aurait dû terminer la seconde partie de son cycle de films à Alexandrie, mais n’a pu le faire en raison des récents changements politiques en Egypte. C’est donc à Aubagne qu’il pourrait l’achever, dans le but de le présenter lors de ce festival en 2012.

Wael Shawky, de passage à Aubagne, la semaine dernière, s’est déclaré ravi de la proposition. « Ce travail est pour moi capital, a-t-il déclaré, c’est la relecture d’une période cruciale pour le monde arabe, d’un point de vue artistique. C’est l’influence de 200 ans d’histoire sur le moyen orient, une période qui a affecté les relations entre l’Europe et le Moyen-Orient. C’est tout à fait connecté avec ce que l’on vit actuellement ».

Si le projet se concrétisait, Wael pourrait travailler au marché de gros, créer les marionnettes avec l’Ecole de la Céramique d’Aubagne et le centre des arts verriers de Marseille. Une fois les marionnettes fabriquées, le SATIS pourrait se mobiliser pour le tournage et le montage du film. Avec ce projet artistique on permet ainsi de valoriser les spécificités du territoire. Ce serait alors une production artistique 100% aubagnaise.

sophie.pehaut-bourgeois@mairie-aubagne.fr

 

 


Hôtel de ville : 04 42 18 19 19ContactPlan du site Conditions d'utilisation | CréditsFin de la page.