Luigi Ghirri

Raccourcis d'accessibilité :

Recherche

Outils

Ecrire aux élus Plans Agenda Newsletter Numéros utiles AJJ

Liens

Luigi GhirriPhotologiesImprimer cette page

Navigation médias

  • Vidéos
  • Photos
  • Audio

Luigi Ghirri

Né le 5 janvier 1943 a Scandiano, dans la province de Reggio Emilia, Luigi Ghirri poursuit des études techniques à Modène avant d’obtenir un diplôme de géomètre en 1962, métier qu’il exercera jusqu’en 1974. À partir de 1968, il entreprend des voyages en Italie et À l’étranger (Paris, Lucerne, Berne, Amsterdam, la Bretagne).

En 1974, il ouvre un atelier d’art graphique avant de fonder avec des associés, en 1977, la maison d’édition Punto e virgola qui publiera Kodachrome (1970-1978). Il affirme avoir été fortement influencé par Walker Evans À partir de 1977 avec qui il partage le goût des cultures vernaculaires.

En 1979, il expose des extraits de la série « Petit Déjeuner sur l’herbe » et « Souvenirs d’Italie » a la biennale de Venise.

L’année suivante, il expose à la Light Gallery de New York une série de tirages en couleurs au titre éloquent : Nature morte et topographie-iconographie. À propos de son obsession des atlas, il déclare : « Le voyage sur une carte géographique, cher à bien des écrivains, est un des gestes mentaux les plus naturels présent en chacun de nous, depuis l’enfance. Les inévitables associations d’idées, les superpositions d’images, guident ensuite automatiquement la pensée. »

Jeux de miroirs, peintures murales illusionnistes, signes graphiques, cadres dans le cadre, perspectives tronquées sont autant de moyens de faire lâcher prise au spectateur. Mais ce surréalisme discret s’arrête aux portes du formalisme et du colorisme.

Il utilise la couleur sans en faire un sujet en soi. En ce sens, il est l’un des pionniers de ce qu’on appelleraaux États-Unis « The New Color » ou « The New Topographics ».

En 1982, Luigi Ghirri entame une collaboration avec la revue d’architecture Lotus International puis Domus, Gran Bazaar, Intyerni (Intérieurs), Ottagona (Octogone) et Arca. Il reçoit des commandes d’organismes publics et privés : sur invitation de la région Emilia-Romagna, il photographie des gares thermales ; pour le ministère français de la Culture, le château de Versailles ; pour le Touring Club italien, la région de Modène et pour le Groupe Riello, la plaine du Pô. Il signera une vingtaine d’ouvrages.

Paysages façonnés par l’agriculture, l’urbanisme ou le tourisme, bâtiments dessinés et construits par le génie humain, Ghirri poursuit sa recherche sur les lieux mêmes de la création incarnée par Giorgio Morandi.

Avec ses photographies du cimetière de Modène, en 1983, Luigi Ghirri entreprend une collaboration étroite avec Aldo Rossi qui débouche sur des livres et des écrits ayant pour sujet l’architecture et sa représentation.

[...] « Mon désir, déclare-t-il, a toujours été celui de travailler avec la photographie à 360 degrés, sans limitations [...]. Mais au-delà de ce credo d’avoir appris de l’art conceptuel la possibilité de partir des choses les plus simples, évidentes, pour les revoir sous une autre lumière. »

Luigi Ghirri s’éteint prématurément à l’âge de quarante-neuf ans dans sa maison de Roncocesi (Reggio Emilia), le 14 février 1992.

Noël Bourcier

 

undefinedhttp://www.altritaliani.net/spip.php?article1495

 

 

 


Hôtel de ville : 04 42 18 19 19ContactPlan du site Conditions d'utilisation | CréditsFin de la page.