Chaud dehors 2

Raccourcis d'accessibilité :

Recherche

Outils

Ecrire aux élus Plans Agenda Newsletter Numéros utiles AJJ

Liens

Marcel Pagnol 2017

Chaud dehors 22012Imprimer cette page

Navigation médias

  • Vidéos
  • Photos
  • Audio

Pour donner suite à Arts-Rue-Essais et Small is Beautiful, Lieux Publics, Centre national de Création, investit à nouveau Aubagne en s’associant avec le théâtre Comoedia. Dans la continuité du Chaud Dehors de juin, Lieux Publics présente à nouveau pour ce Rendez-vous de septembre des spectacles de danse issus du réseau franco-italien Marcher commun, et complète ainsi la série sur le thème des arbres. Plus tard en soirée, le collectif Rara Woulib nous invite à une déambulation nocturne…

Tous les spectacles se déroulent en centre-ville ce samedi 15 septembre 2012 et sont gratuits.

• Marcher commun
17h30 et 19h30 cours Foch

Daphné pour une mythologie urbaine
Marta Bevilacqua
Créé et interprété par Marta Bevilacqua

Daphné pour une mythologie urbaine Le mythe de Daphné et Apollon raconte l’histoire d’un amour non partagé, de la volonté d’une nymphe de s’échapper du désir d’un dieu. À mi-chemin entre performance chorégraphique et installation sculpturale, Daphné pour une mythologie urbaine incarne et redonne vie à un mythe à travers la couleur, le geste et la puissance de la nature. Daphné est un aperçu, un imprévu, une incursion contemporaine dans le mythe.
Marta Bevilacqua (chorégraphe) et Elena Cavallo (sculptrice) se rencontrent à Gênes. Elles ont en partage le désir d’explorer la nature et d’en découvrir les artifices, afin d’emmener le public dans une expérience visuelle et sensorielle par un travail autour de la couleur et de la matière : une plongée au sein de l’irrationalité propre au mythe.

22 cailloux
Jordi Gali
Créé et interprété par Jordi Gali

Formé à l’Institut del Teatre de Barcelone et ancien danseur de la compagnie Maguy Marin, Jordi Gali est un chorégraphe captivé par le geste maîtrisé. L’objet a une place majeure dans ses créations. Il s’en empare pour matérialiser les relations qui se tissent entre le corps et son environnement. Il aime jouer des tensions, des déséquilibres, des jeux de poids et de contrepoids qui en découlent. L’objet devient alors un élément poétique et représentatif de sa danse intérieure. Avec 22 cailloux, commande sur le thème de l’arbre, Jordi Gali explore  la relation paradoxale et fondamentale entre légèreté et poids, et l’illusion d’apesanteur qu’offre, au regard du spectateur, un corps qui danse.

 

Histoires cachées
Une balade sonore de Begat Theater où la ville devient scène de théâtre
16h et 18h30 – Lieu indiqué à la réservation (obligatoire, places limitées) / Réservation au 04 42 18 19 88
A partir de 12 ans

Conception : Karin Holmström, Dion Doulis, Erika LattaMise en scène : Erika LattaComédiens : Dion Doulis, Hervé Cristianini, Karin Holmström, Philippe Laliard, Nolwenn Moreau

Vous allez pouvoir entendre les pensées des passants dans la rue, vous faufiler dans la tête d’inconnus, vous immiscer dans leur intimité secrète, celle que vous ne sauriez soupçonner simplement en les croisant. Rassemblés en petits groupes, munis de casques audio, vous partez vers l’inconnu. Une règle du jeu : suivre un objet banal (une orange, un journal, une boîte d’allumettes ou un stylo) passant de main en main dans le réel de la rue.

Deblozay
Rara Woulib
21h Rendez-vous au parking du cimetière des Passons
Il se pourrait bien, qu’en ce mois de septembre, la ville ait des matins songeurs. Elle passe ses nuits à écouter les histoires que lui racontent ses propres murs. Chaque soir, le monde de l’invisible refait surface, les rues s’emplissent de mystérieux personnages. Le cortège des ombres s’empare du bitume jusqu’au petit matin, puis tout redevient normal…ou presque. Il se pourrait bien qu’une de ces nuits, ce grand bal vous emporte.

“Tu sais
tu sais
oui tous les morts
oui tous les innombrables gens qui sont morts
Tu sais
oui toujours quand je suis dans une ville
quand je suis sur une colline et que je regarde une ville
c’est vrai
alors je regarde les maisons les unes après les autres
et je pense que les gens qui sont maintenant dans les maisons
qui y habitent maintenant
qui y travaillent maintenant
oui dans quelques années seulement
aucun d’eux ne sera là
dans pas si longtemps ils auront tous disparu          
et d’autres gens seront là
dans les maisons
dans les rues
Petit à petit tous les gens seront remplacés
par d’autres gens
tous seront remplacés
c’est à ça que je pense
et si on essaie de revenir
cent ans en arrière
ou même moins
c’étaient des gens tout à a fait différents
qui étaient là dans la ville
qui se promenaient dans la rue
mais la ville est là
les maisons sont là”


Extrait de Rêve d’automne de Jon Fosse.

 

 


Hôtel de ville : 04 42 18 19 19ContactPlan du site Conditions d'utilisation | CréditsFin de la page.