Martine Huet

Raccourcis d'accessibilité :

Recherche

Outils

Ecrire aux élus Plans Agenda Newsletter Numéros utiles AJJ

Liens

Martine HuetArtistesImprimer cette page

Navigation médias

  • Vidéos
  • Photos
  • Audio

366 jours, 20 ans plus tard

Si le temps qui passe semble s’imposer comme un thème de prédilection à de nombreux artistes, peut-être l’est-il plus encore pour Martine Huet. À 57 ans, cette artiste-peintre avoue en effet avoir passé sa vie « à mettre des croix sur les calendriers ». Raison pour laquelle, cette Aubagnaise d’origine algérienne, qui a passé une grande partie de son enfance à la résidence Anjou, « école de la vraie vie », s’est replongée dans un projet fou exploré 20 ans plus tôt : dessiner une oeuvre par jour, le temps d’une année. 366 jours pour 366 dessins « torturés, plus intimes et tournés vers le monde, exprimant une plus grande diversité encore » que le projet initial.

Un an de création qu’elle présentera du 23 septembre au 7 octobre à la médiathèque, quand les croquis réalisés en 1996 seront regroupés dans des albums à consulter sur place. « Ces dessins parlent de moi. C’est ainsi que je parviens, au fil des mois qui passent, à parler des autres, des Aubagnais, de leur mode de vie, de leur environnement. Ma ville occupe une place centrale dans mon travail ». Et tout particulièrement le Garlaban, « la clé de notre territoire », massif derrière lequel l’artiste dissimule sa modestie, affirmant que « les Aubagnais, ce n’est pas ma peinture qu’ils aiment, c’est leur Garlaban ».

Martine Huet presente un an de création  du 23 septembre au 7 octobre, à la Médiathèque Marcel-PagnolArtiste-peintre, mais aussi enseignante en arts plastiques, cette mère de deux enfants endosse également la casquette d’organisatrice d’événements. Comptant à son actif une vingtaine d’expositions proposées au centre d’art des Pénitents Noirs ou à l’Espace Bras d’Or, Martine Huet a toujours eu à coeur « de mettre en avant la création artistique des femmes », ces artistes « aux prises avec un quotidien envahissant ».

En exposant une centaine d’entre elles lors de « Reg’Art », un événement né dans le cadre de la Journée de la Femme puis devenu « Clin d’oeil », Martine Huet a voulu les encourager dans leur vocation artistique.

Et si la manifestation s’est ouverte depuis six ans aux artistes de la gente masculine, la femme reste bien présente dans ses projets. Pour preuve, cette manifestation qui devrait trouver sa place dans MP 2018, Capitale de la Culture, au thème, certes universel, mais combien féminin : l’Amour.

 


Hôtel de ville : 04 42 18 19 19ContactPlan du site Conditions d'utilisation | CréditsFin de la page.