Assises de la santé

Raccourcis d'accessibilité :

Recherche

Outils

Ecrire aux élus Plans Agenda Newsletter Numéros utiles AJJ

Liens

aubagne.fr sur Facebook
Assises de la santé2014Imprimer cette page

Navigation médias

  • Vidéos
  • Photos
  • Audio

Premières Assises de la santé : soigner la complémentarité des acteurs

Ce 20 novembre, l’amphithéâtre de la salle des congrès d’Agora était bien rempli. Les médecins, infirmiers et autres professionnels de la santé se sont déplacés en nombre pour ces Premières Assises de la santé du territoire aubagnais.

Gérard Gazay, le maire d'Aubagne, a ouvert ces premières assises de la santé du territoire aubagnais le 20 novembre 2014 au centre de congrès AgoraPourquoi une telle initiative  organisée par la Ville ? « Près de la moitié des habitants se font soigner en dehors du territoire et notamment à Marseille, a regretté le maire d’Aubagne, Gérard Gazay, alors qu’ils peuvent trouver des réponses ici. Nous devons corriger cette réalité. Le réseau des professionnels est dense et les établissements de soins sont à la hauteur des attentes des patients. Bien sûr, des pathologies spécifiques exigent un déplacement ». Pour le maire, « il faut donc valoriser l’offre de soins, améliorer la communication entre les établissements et avec les professionnels de santé, organiser la complémentarité ». Ce dernier mot était sans doute le plus employé durant cette rencontre.

« Il va falloir discuter d’une véritable complémentarité, indiquait Norbert Nabet, directeur adjoint de l’Agence régionale de santé, ce qui doit nous conduire vers une amélioration du service rendu et sa pérennisation sur le territoire ». « Organiser la complémentarité des établissements aubagnais et leur rapprochement », pour Jean-Paul Gautier, dirigeant de l’hôpital privé La Casamance, est aussi une nécessité, « malgré des problèmes de statuts des praticiens, qui peuvent être franchis ». « Les hôpitaux aubagnais, ajoutera-t-il, doivent pouvoir récupérer 10 à 15% des patients qui vont ailleurs, ce qui représente 10 000 à 15 000 séjours, or 1 000 séjours sont, en matière d’emploi, 8 équivalents temps plein ».

En guise de conclusion, Mohammed Salem, adjoint au maire à la santé rappelait que « la qualité de vie dépend de la qualité des soins ». Et, celui qui est aussi chirurgien au centre hospitalier Edmond-Garcin, d’annoncer la réflexion entamée par la Ville au sujet du développement d’un observatoire local de la santé et d’une maison médicale d’urgence. L’objectif est « d’être bien soigné au plus près des siens, au plus vite et dans les conditions des plus sereines », devait-il dire, avant de proposer de reconduire les Assises l’an prochain.

Ils ont dit

Alain Tessier, directeur du centre hospitalier Edmond-Garcin
« Si un groupe de médecins est prêt à s’engager dans le fonctionnement d’une maison médicale d’urgence, nous pouvons les accueillir au sein de l’hôpital ».

Bernard Deflesselles, député
« Le maire a raison de réunir les acteurs publics et privés pour faire en sorte que ce bon pôle de santé du territoire puisse perdurer. C’est le rôle des élus de rassembler les énergies et d’essayer d’obtenir des moyens ».

Sylvia Barthélémy, présidente du pays d’Aubagne et de l’Etoile
« Nous avons un potentiel thérapeutique formidable, nous avons tout ici pour procurer ce bienfait qu’est la santé. Notre devoir est de préserver cette richesse ».



• Interviews de Gérard Gazay, Bernard Deflesselles et Sylvia Barthélémy :

• Interview de Norbert Nabet, directeur général adjoint de l'ARS :

• Interview de Mohammed Salem, adjoint au Maire délégué à la santé :


Vers le haut


Hôtel de ville : 04 42 18 19 19ContactPlan du site Conditions d'utilisation | CréditsFin de la page.