Itinéraire d'une réalisation

Raccourcis d'accessibilité :

Recherche

Outils

Ecrire aux élus Plans Agenda Newsletter Numéros utiles AJJ

Liens

Itinéraire d'une réalisationPôle artistique et culturelImprimer cette page

Navigation médias

  • Vidéos
  • Photos
  • Audio

24/02/2012

Carrefour de la création

Le Pôle artistique et culturel se précise. On entre dans le concret avec l’acquisition des établissements Luna qui seront l’un des lieux de la création culturelle aubagnaise, en plein centre ville.

On sait la place que tient la culture à Aubagne. D’aucuns disent même que la ville est une scène ouverte. Ouverte au spectacle vivant, à la danse, à la musique, aux arts plastiques et visuels. Sans pour autant disposer jusqu’ici d’espaces de recherche et de création suffisants. Lorsqu’en 2008 ont été mis en place les ateliers participatifs afin d’assurer le suivi citoyen du projet municipal, l’atelier Pôle artistique et culturel a donc tout naturellement mobilisé les énergies créatrices de la ville. Les premières réunions se sont attelées à la définition de ce que pourrait être le lieu. On y trouverait un carrefour des arts, un lieu d’échange, de convivialité ; Il pourrait accueillir le conservatoire et constituer un espace multipolaire regroupant la MJC, La Distillerie et les autres équipements culturels municipaux (le théâtre Comoedia, la médiathèque et la future salle des fêtes…)

Nathalie ArtufelCet espace, on l’a d’abord imaginé boulevard Lakanal, dans les locaux actuels du SATIS, qui devait être réinstallé à La Morochita, dans le cadre d’un projet de pôle universitaire. Mais la place n’a pu être libérée, la participation de l’Etat s’avérant beaucoup trop faible pour financer ce projet. Et La Morochita a trouvé une autre destination.

L’espace de quelques mois, on a alors envisagé, mais sans enthousiasme, de réaliser le Pôle artistique et culturel sur le site des Gargues. Avant que l’opportunité des anciens établissements Luna, en plein centre ville, ne soit saisie à la satisfaction de tous. Le lieu est donc trouvé, mais le travail commencé voici bientôt 4 ans, est loin d’être fini !

Grâce à ces échanges et événements artistiques organisés à Aubagne, Rodia Bayginot dit avoir découvert que le fait d’être peintre, créatrice, lui conférait un rôle original dans la cité. « Nous avions besoin d’un lieu de recherche et de création, d’un grand espace pour créer. J’ai envie d’aider à cette réalisation ».

Evénement(s)#01 dans la cour de LakanalDurant ces 4 années, les artistes impliqués au sein de l’atelier se sont ainsi retrouvés à plusieurs reprises en situation de création collective, sorte de préfiguration du pôle. Des événements artistiques tels que #00, #01 ou En attendant Superman ont aidé à préciser le projet. Nathalie Artufel, chorégraphe et animatrice de l’atelier, pense qu’ « ils font partie d’une même énergie, ils matérialisent ce qu’est le pôle, ils sont multiformes ». C’est d’ailleurs à l’occasion de l’événement #01 que Nathalie a commencé à s’investir dans l’atelier. Elle y est rentrée par la porte artistique, « mais les entrées sont multiples », dit-elle de cette « fédération d’énergies artistiques ».

Jean-Luc Dimitri, l’un des animateurs de l’atelier depuis sa création pense qu’aujourd’hui, plus qu’un lieu il est devenu « un carrefour de rencontres des artistes ». Une idée nettement palpable lors de la séance qui a suivi l’acquisition des établissements Luna. Au sein des groupes de travail, les discussions étaient très animées. Christophe Chave s’investit dans l’atelier depuis le début en tant que directeur artistique de La Distillerie et en tant qu’artiste. « A partir du moment où la proposition était intéressante, ça ne faisait aucun doute, je devais en être, explique Christophe. La proposition est municipale, mais l’artiste doit s’en emparer » poursuit-il. Il souhaite maintenant que l’on aille plus vite dans les décisions, les choix, notamment quant à la structuration du lieu. « Ça fait près de quatre ans que l’on parle de la chose, dit-il, il faut veiller à ne pas épuiser le citoyen et Aubagne a là le moyen de devenir la référence en matière d’aide à la création locale ». Se presser, sans se précipiter. Nathalie pense « qu’il ne faut pas se planter sur Luna. Ce doit être un lieu de création, réfléchir à la meilleure manière de l’habiter ensemble, danseurs et plasticiens, penser une charte d’accueil des artistes en résidence, tout en ne perdant pas le lien avec la population ».

Alors il convient maintenant de se réunir par discipline, d’aller visiter d’autres lieux en compagnie des architectes. Et de l’investir dès 2013, en l’état, car « c’est dedans que ça se passe » ajoute Nathalie Artufel.

 


Hôtel de ville : 04 42 18 19 19ContactPlan du site Conditions d'utilisation | CréditsFin de la page.