Retour sur Aubagne - Dijon

Raccourcis d'accessibilité :

Recherche

Outils

Ecrire aux élus Plans Agenda Newsletter Numéros utiles AJJ

Liens

Retour sur Aubagne - Dijon2013Imprimer cette page

Navigation médias

  • Vidéos
  • Photos
  • Audio

La tête haute !

Ce 32e de finale de Coupe de France face à Dijon restera gravé dans les mémoires. Après avoir mené 3 fois au score, les footballeurs Aubagnais ne s'inclinent face aux professionnels bourguignons qu'aux tirs au but. Cruel, mais beau malgré tout.

C'est rare, et ça paraît un peu absurde. Mais il est parfois des défaites qui marquent plus que des victoires. Tenez, le match France – Allemagne du 8 juillet 1982 : n'appartient-il pas à la légende du football français ? Au terme d'un match à rebondissements, Français et Allemands sont à égalité 3-3 à la fin de la prolongation. Ces derniers se qualifient en s'imposant 5 tirs aux buts à 4, laissant la bande à Giresse et Platini, désemparée, aux portes de la finale.

La sortie des joueurs aubagnais à la fin du match Aubagne-DijonToute proportion gardée, c'est une dramaturgie au scénario un peu différent, mais avec exactement les mêmes chiffres, qui s'est jouée au stade de Lattre le samedi 4 janvier. Face au Dijon Football Côte d'Or (DFCO), grosse écurie de Ligue 2, l'Aubagne Football Club (AFC), pensionnaire de CFA2, a joué crânement sa chance. A l'image du premier but aubagnais, splendide et remarquable de sangfroid, inscrit par Nuno Da Costa dès la 13e minute. Durant tout le match, les protégés de Fred Cravero font mieux que résister aux assauts dijonnais et se montrent au moins aussi dangereux que leurs adversaires. La pression exercée par le DFCO se concrétise seulement à la 80e minute (égalisation par Babit 1-1). Quelques minutes plus tard (87'), l'Aubagnais Brahim Dridi exploite à merveille une erreur défensive dijonnaise pour redonner l'avantage aux siens. Explosion de joie dans le stade ! Les 3000 spectateurs, des travées de la grande tribune jusqu'à l'Espace des Libertés, en passant par la passerelle Simon- Lagunas, n'en reviennent pas. La qualification pour les 16e de finale est là, toute proche.

Un fol espoir brisé dans les arrêts de jeu par Cissé (90' +2), qui égalise de la tête. Fin du temps additionnel, place à la prolongation. L'expulsion de Faydine Daroussi (101') côté aubagnais fait craindre le pire. Contre toute attente, réduits à 10, les coéquipiers de Salim Reggad font à nouveau parler la poudre. C'est Dridi qui allume la mèche : festival de l'attaquant de l'AFC côté droit qui provoque un penalty, transformé par Thierry Batret (114'). De Lattre chavire de bonheur. Mais les Dijonnais, dont la moutarde a décidément dû monter au nez au cours de cette rencontre, douchent à nouveau la joie de tout un stade en égalisant pour la 3e fois, dans les arrêts de jeu de la prolongation (121', Bérenguer).

Fin du match et à la loterie des tirs au but, c'est le DFCO qui gagne le gros lot, grâce à un bel arrêt du portier dijonnais dès le premier tir aubagnais. Ultime motif de se mordre les doigts : Anthony Coulomb, le gardien de l'AFC auteur d'un excellent match, touche le dernier tir dijonnais. Les dieux du foot sont parfois ingrats. Mais les vaincus peuvent sortir la tête haute, auréolés de la gratitude de toute une ville qu'ils auront fait vibrer jusqu'au bout du suspense.


• Dans la tête de Nuno
Si vous vous demandez à quoi pensait Nuno Da Costa quand il était face au gardien de Dijon et qu'il a marqué son but d'un piqué plein de culot et de finesse, regardez l'interview du jeune attaquant (22 ans) de l'AFC :

• Dall'Oglio, la classe
Pas content du comportement de ses joueurs sur le terrain, l'entraîneur de Dijon a encore moins apprécié la provocation de l'un d'eux auprès du camp aubagnais alors que venait de prendre fin la séance de tirs au but. Après une soufflante dans les vestiaires, Olivier Dall'Oglio est venu s'excuser en personne auprès de Fred Cravero et de ses joueurs, en profitant de l'occasion pour les féliciter de leur prestation. Vous avez dit gentleman ?

• Cravero, la classe aussi
Juste le temps d'aller dire un mot à ses joueurs dans les vestiaires et de digérer quelque peu l'énorme déception, et le coach aubagnais faisait déjà face aux journalistes avec sa disponibilité habituelle. A peine avait-il répondu à la presse écrite et à une interview filmée qu'il était invité par Michel Aliaga, le journaliste de France 3 Provence Alpes, à intervenir en direct dans le journal du soir. Direction le camion satellite de France Télévision garé sous la passerelle au pas de course !

• Aliaga qui n'en revient pas
Fred Cravero et Michel Aliaga en duplex d'AubagneLorsqu'il prend l'antenne au côté de Frédéric Cravero, Michel Aliaga confie d'emblée à sa consoeur en studio : « Laure, des matchs j'en ai vus, mais des matchs comme celui-là, rarement. Un scénario de fou, totalement incroyable !».

• A s'en arracher les cheveux
Marcel Dib et Sébastien Perez après le match Aubagne-DijonParmi le staff dijonnais, il y avait une tête bien connue des supporters de l'OM : Sébastien Perez, le directeur sportif du DFCO, avait pris place dans la tribune du stade de Lattre. L'ancien arrière-droit olympien (de 1999 à 2001), qui a gardé sa tignasse brune, s'est pris plus d'une fois la tête dans les mains au cours de la rencontre. Inutile de dire qu'il affichait un sourire plus que soulagé à la fin du match.

• Tous les buts du match :

• La séance de tirs au but :

 

Et maintenant ?

Les supporters aubagnais ont donné de la voix durant tout le match Aubagne-Dijon21 buts lors des 3 derniers matchs (défaite 3-5 contre Alès, 3-3 contre Dijon, victoire 3-4 à Vénissieux ce 11 janvier) : en ce moment quand l'AFC joue, on est assuré d'avoir du spectacle ! Mais si Aubagne est la 2e meilleure attaque du groupe E de CFA2, elle est aussi la défense la plus perméable. C'est incontestablement là le point faible des Aubagnais, auquel il faudra remédier pour éviter toute mauvaise surprise en fin de saison. Car après un remarquable début d'exercice qui permettait d'envisager un avenir radieux, le club du président Anastasio a connu un trou d'air, avec une série de 5 défaites, coïncidant avec le magnifique parcours en Coupe de France. De là à dire que c'était le prix à payer pour accéder jusqu'aux 32e de finale... Maintenant que l'aventure en Coupe est terminée, souhaitons que l'AFC reprenne sa course en avant vers les sommets. Et la victoire arrachée aux Minguettes au bout des arrêts de jeu (but de Correa à la 94') laisse penser que les Aubagnais ont appris des Dijonnais qu'il faut y croire jusqu'au bout. En tout cas, ils ont déjà conquis le public !

Interviews

Pour voir ou revoir les interviews de Frédéric Cravero, l'entraîneur de l'AFC, Olivier Dall'Oglio, l'entraîneur du DFCO, Marcel Dib, directeur sportif de l'AFC et Hélène Lunetta, adjointe aux sports de la Ville d'Aubagne, cliquez ici.


Hôtel de ville : 04 42 18 19 19ContactPlan du site Conditions d'utilisation | CréditsFin de la page.