Eau : la gestion publique, ça coule de source !

Raccourcis d'accessibilité :

Recherche

Outils

Ecrire aux élus Plans Agenda Newsletter Numéros utiles AJJ

  >  Actualité

Liens

aubagne.fr sur Facebook
actualitéActualitésImprimer cette page

Navigation médias

  • Vidéos
  • Photos
  • Audio
Projet de ville

Eau : la gestion publique, ça coule de source !

Les élus du Pays d’Aubagne et de l’Etoile engagent le processus de transfert de la compétence eau des communes vers l’Agglo, avant la création, fin 2013, d’un service communautaire.

Cette petite révolution interviendra à l’expiration du contrat de délégation de service public liant Aubagne à la communauté urbaine de Marseille Provence Métropole et au groupe Eaux de Marseille. Révolution tranquille : plusieurs collectivités territoriales sont déjà revenues à une gestion publique, notamment Grenoble, Varages et la communauté d’agglomération des lacs de l’Essonne. Les représentants de ces trois collectivités étaient les invités du débat organisé le 2 décembre, à Roquevaire : « L’eau, l’enjeu de la gestion publique ». Pour eux, la volonté politique associée à la participation des usagers sont nécessaires pour réussir cette opération. Ce qui permet à la fois de baisser les tarifs, d’investir plus pour améliorer l’entretien des installations, favoriser des économies d’eau et protéger la ressource.

Une petite fille boit de l'eau au robinetRaymond Avrillier, ancien maire adjoint de la ville Grenoble, a contribué à la remunicipalisation du service de l’eau, en 2000. « Cela a permis, explique-t-il, trois fois plus d’investissements annuels, pour l’entretien et le renouvellement des conduites d’eau et des branchements, des tarifs jusqu’à 50% moins cher que le privé, une amélioration de la qualité du service, de l’emploi du personnel, des actions pour économiser l’eau, un accès du public à toutes les informations sur le service, et son association à ses principales évolutions grâce à un comité des usagers ».

« La création d’une régie publique de l’eau, l’été dernier,
raconte Gabriel Amard, président de la communauté d’agglomération des lacs de l’Essonne, nous a amené à supprimer les abonnements et les locations de compteurs et à appliquer la gratuité sur les trois premiers litres d’eau par jour et par personne, ainsi qu’un système de tarification progressive selon la consommation et différenciée pour les familles, les entreprises, les administrations et les collectivités. Nous sommes 25% moins chers que Veolia et nous investissons plus qu’eux, 300 000 € par an contre 54 000 €, afin d’améliorer le rendement des réseaux qui appartiennent aux communes ». Et les usagers sont associés, là aussi, au conseil d’exploitation de la régie.

Michel Partage, initiateur de l’appel de Varages, a insisté sur le fait que « l’eau n’appartient à personne, mais à tous ». Il a évoqué la tenue en mars 2012, du Forum mondial alternatif de l’eau, à Marseille pour contrer le 6e Forum mondial de l’eau, qui « en dépit des objectifs humanistes et écologistes affichés n’est qu’un grand marché de l’eau pour les multinationales ». Enfin, le conseiller général du Var a déploré que la loi du 1er décembre favorisant l’accès à l’eau des plus démunis ne fassent appel qu’à la solidarité entre usagers. «Elle sera financée par une hausse des factures des abonnés, sans que les multinationales de l’eau n’y contribuent d’une quelconque façon : c’est un système d’assurance d’impayés pour ces sociétés, et c’est scandaleux ! »

« L’eau est un bien commun de l’humanité, rappellera, en guise de conclusion au débat, Magali Giovannangeli, première adjointe au maire d’Aubagne, c’est pourquoi nous sommes à l’offensive contre sa marchandisation et pour la promotion d’un service public innovant. »

michel.decaro(at)mairie-aubagne.com


Hôtel de ville : 04 42 18 19 19ContactPlan du site Conditions d'utilisation | CréditsFin de la page.